Les mythes autour du viol et leurs conséquences. Partie 2 : les conséquences pour la victime

Les mythes autour du viol et leurs conséquences 

Partie 2 : les conséquences pour la victime

Partie 1 : Quels sont ces mythes ? Qui y adhère ?
Partie 3 : Les mythes sur le viol restreignent la liberté des femmes
Partie 4 : Conséquences sur la propension au viol
Partie 5 : Les mythes sur le viol dans les médias

Dépression après le viol

Les taux de dépression sont élevés chez les victimes de viol

Nous avons vu dans une première partie quels étaient les mythes sur le viol et qui y adhérait. Les victimes de viol sont les celles qui souffrent le plus directement de ces mythes, qui ont  pour principale conséquence de les blâmer et de déresponsabiliser le violeur1. La responsabilité du viol est donc déplacée du coupable vers la victime.

Ce transfert est typique des agressions sexuelles. Les victimes de vol, par exemple, ne sont pas tenues pour responsables de ce qui leur arrive. Même si elles peuvent se faire légèrement blâmées (« Il n’aurait pas du transporté tant d’argent sur lui.»), les implications  sociales ne sont absolument pas équivalentes à celles que vivent les victimes de viol2.

A ce propos et comme me le faisait très justement remarquer une de mes commentatrices, elfvy, en Français, la forme « elle s’est faite violer» (appelé « causatif pronominal ») est très courante alors qu’à l’inverse le passif « elle a été violée » est beaucoup plus rare. Or plusieurs études grammaire indiquent ces deux expressions n’ont pas exactement le même sens : la construction causative pronominale (« elle s’est faite violer ») implique une certaine responsabilité ou du moins une activité volontaire du sujet !3

Nous allons voir dans cette partie quelles conséquences entraîne ce transfert de responsabilité sur la victime.

Les séquelles psychologiques chez les victimes de viol

cauchemar

Le TSPT se manifeste notamment par des cauchemars évoquant l’évènement traumatisant

Chez les victimes de viol, les séquelles psychologiques sont largement plus importantes et persistantes dans le temps que les séquelles physiques4. Les abus sexuels, et en particulier les viols, sont associés à plusieurs désordres psychiatriques dont les troubles anxieux, alimentaires, les troubles du sommeil, les troubles dépressifs et plus particulièrement les troubles de stress post-traumatique5,6 (TSPT). Le TSPT est une réaction psychologique consécutive à une situation durant laquelle l’intégrité physique ou psychologique du patient ou d’autrui a été menacée, ou effectivement atteinte7. Il se manifeste notamment par des flash-backs et des cauchemars envahissants qui hantent la victime, par l’évitement des situations pouvant rappeler à la victime l’événement traumatisant, et par une hypervigilance. 

Lors d’agressions sexuelles, le choc ressenti est particulièrement fort, puisque les victimes présentent des symptômes de TSPT plus intenses que les victimes d’agressions non sexuelles8. Un nombre non négligeable de victimes de violences sexuelles manifestent des symptômes sévères6. Bien entendu, celles-ci sont tout de même capables de se rétablir et les symptômes diminuent progressivement au cours du temps6,8. Ainsi d’après une étude de 19929, 94% des victimes de viol présentent des symptômes de TSPT 13 jours après l’agression. Elles ne sont plus que 50% trois mois après le viol. Mais, malgré cette diminution des symptômes au cours du temps, certaines victimes rencontrent encore les critères diagnostiques de TSPT des années après le viol6.

Effet du soutien social et des réactions négatives sur le rétablissement de la victime

Lorsqu’une victime de viol révèle ce qui lui est arrivé à son entourage, à la police ou à tout autre personne, elle peut être confrontée à deux types de réactions : des réactions positives (soutien social : écoute, encouragement…) et des réactions négatives (blâme, ne pas croire la victime)10.

Dans  une  étude  portant sur  323  victimes  d’agression sexuelle11,  il a été  observé  que  la  plupart  des  victimes (97,1  %)   perçoivent  des  réactions  positives, mais également  négatives  (98,2 % d’entre elles)  après qu’elles avaient révélé avoir été agressées sexuellement. Les réactions perçues comme négatives perpétuaient la plupart du temps les mythes à propos du viol et de l’agression sexuelle. La plupart de ces victimes auraient souhaité recevoir plus de soutien émotionnel (empathie, écoute…) et d’aide concrète (hébergement…).

Certains travaux étudiant les effets des réactions positives (c’est-à-dire du soutien social) ont montré des effets positifs sur le rétablissement psychologique de la victime10,12, mais d’autres n’ont trouvé aucun effet statistiquement significatif10,13. Il se pourrait qu’en réalité l’effet positif du soutien social sur le rétablissement ne soit pas visible immédiatement après le viol, mais qu’il apparaisse à plus longs termes10. Le soutien social aurait dans tous les cas un impact positif sur le rétablissement physique de la victime14,15.

blâme sur la victime

Blâmer la victime peut avoir des conséquences dramatiques sur son rétablissement

A l’inverse, deux études ont montré que les réactions négatives – le blâme ou l’incrédulité liés aux mythes sur le viol, par exemple  – avaient un impact désastreux sur le rétablissement des victimes10, que ces réactions négatives aient eu lieu juste après le viol13 ou plus d’un an après12. La première étude, de 1991, a montré que les attitudes négatives du conjoint de la victime étaient fortement corrélées à des symptômes psychologiques (cauchemars, angoisse…) plus importants13. Dans l’autre étude, de 1996, tous les types de réactions négatives (blâme, incrédulité, prise de contrôle…) étaient reliées à un plus mauvais rétablissement et à de plus forts symptômes psychologiques12.

Le fait que la quasi-totalité des victimes perçoivent des réactions négatives lors de la révélation de leur viol explique sans doute pourquoi certaines restent traumatisées des années après le viol.

La victime peut également se blâmer elle-même si elle adhère aux mythes à propos du viol. Cependant, le point de vue des proches peut également influencer son  interprétation des faits6. Or plus les victimes culpabilisent pour leurs actions prétendument inadéquate (« Je n’aurais pas du mettre cette jupe »), plus elles se replient sur elles-mêmes, et moins elles s’adressent à des proches pour qu’ils les aident à gérer leur détresse6.

Qui blâme ou ne croit pas les victimes ? Qui les soutient ?

commissariat

La police n’adopte pas toujours une attitude très appropriée face aux victimes de viol….

Les amis, le conjoint et la famille semblent être les meilleurs soutiens aux victimes et c’est souvent à eux que la victime révèle le viol. A l’inverse, la police et les médecins apparaissent comme les moins aidants et ceux ayant le plus de réactions négatives à l’égard de la victime10. Il semble difficile pour la victime de pouvoir éviter ces réactions négatives, puisqu’elle sera dépendante de ces agents.

A la  suite d’un  évènement traumatique,  la victime, quand elle a un conjoint, se tourne généralement vers ce dernier pour rechercher du soutien6. Le rétablissement de la victime dépend donc fortement de son comportement. En effet, un manque de soutien provenant du conjoint ne semble pas pouvoir être compensé par le soutien provenant d’une autre source6.  Or, dans les cas de viols, environ 17% des conjoints blâmeraient la victime et 25% disent se sentir en colère contre elle16,6. De plus, le conjoint a tendance à devenir de moins en moins empathique et patient quand les symptômes de traumatisme persistent17,6. Certains conjoints ressentent même de la jalousie par rapport au violeur et s’inquiètent par rapport à leurs performances sexuelles (!)6.

Une étude18 a montré que les conjoints masculins adoptaient des comportements plus négatifs envers la victime dans les cas d’agressions sexuelles que dans les cas d’agressions non-sexuelles.

Or la façon dont les conjoints réagissent dépendrait très fortement de leur adhésion aux mythes autour du viol6,19. Plus le conjoint croirait à ces mythes, plus il aura tendance à blâmer la victime ou à minimiser l’agression. Ainsi, il a été montré qu’un conjoint sera plus attentif et soutenant s’il perçoit l’agression comme un acte de violence plutôt qu’un acte sexuel12.

De façon général, les personnes blâmant les victimes de viol sont celles présentant un fort niveau de sexisme hostile et d’adhésion aux mythes sur le viol20. Ce sont le plus souvent des hommes21.

Quant aux interactions avec les agents des systèmes juridique et médical, la littérature suggère qu’elles sont souvent mauvaises et vécues par les victimes comme un « second viol », une seconde persécution après le traumatisme initial. La plupart des personnes dénoncées pour viol ne sont pas poursuivies, les victimes traitées aux urgences hospitalières ne reçoivent pas de compréhension et beaucoup d’entre elles n’ont même pas accès à des services de soins psychiatriques de qualité22.

A ce propos, certains comportement des policiers et de représentants de la justice, relatés par Muriel Salmona, psychiatre spécialisée en psychotraumatologie et victimologie, font vraiment froid dans le dos :

Une adolescente de 13 ans a été violée par trois adultes (ayant autorité) qui l’ont obligée à visionner avec eux un film pornographique, et ils ont reproduit sur elle toutes les scènes. Le brigadier et la brigadière de police qui l’auditionnent (audition filmée puisqu’elle est mineure) se mettent à rire lorsqu’elle décrit les scènes de viol. Pire, ils ont dit à la victime qu’elle était une libertine. Ils lui ont demandé si elle aimait être sodomisée. Ils ont même osé dire : "Tu crois vraiment qu’une fille qui est violée, elle se débat comme toi ?" Que penser de ces rires et de ces commentaires ? De telles questions ne peuvent venir de professionnels capables d’impartialité lors des dépôts de plaintes pour viol. Sans surprise cette brigade des mineurs a mis 8 mois avant de traiter la plainte.
Une autre patiente adolescente de 15 ans a été violée par un ancien camarade de classe. Elle non plus n’avait jamais eu de rapports sexuels auparavant, mais elle le connaissait. L’accusé a reconnu qu’elle avait dit non et qu’il lui tenait fermement les deux bras. Pourquoi le procureur a-t-il prononcé un non-lieu ? Est-ce parce qu’elle  avait oublié de leur parler d’échanges MSN entre eux avant le viol ? Une victime avant d’être violée doit savoir qu’elle va être violée et donc éviter tout contact avec le futur agresseur, sinon elle n’est pas crédible ? ! Le moindre oubli vaut plus que des aveux. Le procureur ne s’est pas arrêté au non-lieu. Il a déposé une plainte pour dénonciation mensongère pour crime imaginaire. Il a laissé la brigade des mineurs mettre en garde à vue cette adolescente. Garde à vue où les policiers l’ont traitée de menteuse et lui ont dit que c’est très grave, qu’elle risquait 10 ans de prison.

Aux Etats-Unis, la minimisation des cas de viol – en particulier quand il concerne des femmes pauvres et appartenant à des minorités ethniques- est un grand sujet d’inquiétude. Plusieurs scandales ont éclaté à ce propos23.

Quand est-on le plus blâmé ou le moins cru ?

L’importance du soutien dépendrait de plusieurs circonstances. Ainsi, les agressions sexuelles les plus graves (avec pénétration : les viols) sont celles qui suscitent le moins de réactions positives et le plus de réactions négatives24,14. Les victimes appartenant à des minorités ethniques subissent également plus de reproches24. Les femmes adhérant le plus à leur genre (c’est-à-dire les femmes les plus « féminines »)  sont perçues comme plus crédibles2. Si le viol a été perpétré par un inconnu plutôt que une connaissance, la victime reçoit plus de soutien, probablement parce que les circonstances collent mieux à celle du viol stéréotypé6,25,21 et elle est perçue comme plus crédible26. Si la victime a résisté ou si elle a une bonne réputation, elle sera moins blâmée20. Enfin, les femmes ayant vécu une agression sans violence physique seront elles aussi plus dénigrées ; elles mettront plus de temps aussi à recherche un traitement médical10 alors qu’elles seront aussi plus affectées sur le plan psychologique6.

En bref, excepté quand le viol correspond au viol stéréotypé (la nuit par un étranger armé, avec une victime totalement pure), les victimes ne sont pas considérés comme totalement innocentes.

Les victimes sont le plus blâmées quand la configuration du viol suggère qu’elles aient pu ressentir une attirance sexuelle envers leur agresseur : ainsi les femmes hétérosexuelles et les hommes homosexuels sont plus blâmés que les lesbiennes et les hommes hétérosexuels27,28,29. Une étude a montré que le viol était jugé comme « plus horrible » et plus traumatisant pour les hommes hétérosexuels que pour les femmes et les hommes homosexuels30, comme si le viol était une simple relation sexuelle, et dans un déni complet de la souffrance des femmes et des homosexuels qui en sont victimes. D’après une enquête de 1997, les policiers pensent souvent que le viol est moins traumatisant pour les homosexuels et ils ne prennent pas aux sérieux les plaintes déposées par ceux qu’ils pensent « gays »31.

campagne alcool

"Elle ne voulait pas le faire, mais elle n'a pas pu dire non." Une campagne américaine contre l'excès d'alcool met l'accent sur le comportement des victimes...

Une étude de 2010 a montré que, bien que certaines personnes interrogées ne blâment pas directement la victime, plus de la moitié de celles-ci considéraient que le comportement de la victime (par exemple : sa façon de se vêtir, si elle avait bu de l’alcool…) avait pu causer l’agression sexuelle32. Dans la réalité, les  agressions  impliquant  de  l’alcool  (chez  la victime comme chez l’agresseur )  sont  également  davantage  associées  à  des réactions  négatives24. De même, selon un mythe répandu, les femmes actives sexuellement ont plus tendance à mentir à propos de leur agression sexuelle que les femmes « chastes ». Ainsi, même si on prétend que dans notre société, les femmes ont la possibilité d’avoir autant de partenaires sexuels qu’elles le souhaitent, dans leur réalité, cela leur sera reproché si elles sont victimes de violence sexuelle2. Une étude a montré que, lorsqu’une scène de viol est dépeinte à des sujets, ceux-ci auront tendance à plus blâmer la victime si celle-ci est décrite comme portant une jupe courte33. Ils considéreront qu’elle voulait avoir un avoir un rapport sexuel, qu’elle portait une tenue trop suggestive et qu’elle avait provoqué son violeur.

 

Le viol : un crime largement impuni du fait des mythes sur les agressions sexuelles

Le viol est un crime encore largement impuni puisque seuls  5 % des viols de femmes majeures font l’objet d’une plainte  et trois quarts de ces plaintes sont suivies d’un non lieu ou d’un classement sans suite34 ! Comment expliquer ce phénomène ?

Tout d’abord, certaines personnes ayant subi un rapport sexuel non consenti ne se considèreront pourtant pas comme victime de viol. Il y a plusieurs explications à ce phénomène, notamment l’adhésion aux  mythes autour du viol. Il a été en effet montré que quand une victime adhérait à certains mythes (« quand une victime ne débat pas, ce n’est pas un viol » et « si une femme allume un homme, elle cherche les ennuis ») et qu’elle s’était réellement trouvé dans la situation décrite dans le mythe (ici : qu’elle ne s’est pas débattu ou elle avait séduit son agresseur), elle avait tendance à ne pas se considérer comme victime35.

Ensuite, si les victimes sont si peu disposées à porter plainte, c’est par peur d’être dénigré par les policiers ou les magistrats20. Ainsi, du fait que les victimes ayant été violées par un proche sont plus blâmées que les autres, ces dernières mettent plus de temps à signaler le crime à la police, ce qui contribue d’autant plus à leur incrédibilité2. Elles ont également plus tendance à mentir à propos de l’agression26.

Matthew Hale

Matthew Hale

Le dénigrement des victimes affecte non seulement la probabilité que la victime signale le viol à la police mais également la conviction de la police et des jurés qu’il y a bien eu agression.20 A noter que pour les cas de viol, dans les cours américaines et jusque dans les années 1980, les juges lisaient à voix haute au jury l’avertissement de Hale, un juriste anglais du XVIIIème siècle : « Le viol est une accusation facile à formuler, difficile à prouver, et dont il est encore plus difficile de s’en défendre quand on en est accusé, même si on est parfaitement innocent.» Il est évident que dans de telles circonstance, il est difficile pour une victime d’être prise au sérieux…

Des années 1970 jusqu’aux années 1990, les Etats-Unis connurent plusieurs réformes visant à modifier la législation sur le viol26,23. Auparavant, la victime devait prouver qu’elle avait résisté à son agresseur, et la défense pouvait, quant à elle, puiser dans le comportement sexuel passé de la victime des circonstances atténuantes au crime. Les légistes pensaient en effet que ces lois archaïques décourageaient les victimes à porter plainte et empêchaient les poursuites contre les violeurs. On tâcha également de mieux former les policiers, les procureurs et les médecins à ce sujet. Des progrès ont été faits, mais malgré tout cela, le problème continue à persister aujourd’hui : de nombreux représentants de la justice, les médias, le public et les victimes elles-mêmes continuent d’adhérer aux mythes autour du viol23. Le mythe le plus persistant chez les magistrats est celui que les femmes mentent régulièrement à propos des accusations sexuelles, bien que les fausses accusations soient rares (2-10%)36. Ainsi, la police souhaite souvent que les propos de la victime soient testés par un détecteur de mensonge23, ce qui peut avoir pour conséquence que cette dernière, ne se sentant pas crue, retire sa plainte.

En conclusion

La littérature nous apprend que la très grande majorité des victimes d’agressions sexuelles perçoivent des réactions négatives (blâme, moquerie, incrédulité, minimisation de l’agression, manque de soutien social), du fait que les mythes à propos du viol soient très répandus. Ces réactions négatives nuisent très fortement à leur rétablissement et nuisent au bon fonctionnement judiciaire.

Alors, que ça ne devrait pas être aux femmes d’éviter le viol –mais aux violeurs d’arrêter leurs agressions – la société et le système judiciaire attendent toujours d’elles qu’elles le fassent, en résistant, en restreignant leurs déplacements ou en étant pudiques et réservées.

—————————————————————————————————————————-

Références

1. Scott MB, Lyman SM. Accounts. Am Sociol Rev. 1968;33(1):46-62.

2. Page AD. Judging Women and Defining Crime : Police Officers’ Attitude Toward Women and Rape. Sociological Spectrum. 2008;28:389-411.

3. Gaatone D. Le passif en français. Paris: Duculot; 1998.

4. Calhoun K. Treatment of rape victims : facilitating psychosocial adjustment. New York: Pergamon Press; 1991.

5. Chen LP, Murad MH, Paras ML, et al. Sexual Abuse and Lifetime Diagnosis of Psychiatric Disorders: Systematic Review and Meta-analysis. Mayo Clinic Proceedings. 2010;85(7):618 -629.

6. Bilette V, Guay S, Marchand A. Le soutien social et les conséquences psychologiques d’une agression sexuelle  : synthèse des écrits. Santé mentale au Québec. 2005;30(2):101-120.

7. First M. DSM-IV : diagnostics différentiels. Paris: Masson; 1999.

8. Valentiner DP, Foa EB, Riggs DS, Gershuny BS. Coping strategies and posttraumatic stress disorder in female victims of sexual and nonsexual assault. Journal of Abnormal Psychology. 1996;105(3):455-458.

9. Rothbaum BO, Foa EB, Riggs DS, Murdock T, Walsh W. A prospective examination of post-traumatic stress disorder in rape victims. Journal of Traumatic Stress. 1992;5(3):455-475.

10. Ullman SE. Social support and recovery from sexual assault: A review. Aggression and Violent Behavior. 1999;4(3):343-358.

11. Filipas HH, Ullman SE. Social reactions to sexual assault victims from various support sources. Violence Vict. 2001;16(6):673-692.

12. Ullman SE. Social Reactions, Coping Strategies, and Self‐blame Attributions in Adjustment to Sexual Assault. Psychology of Women Quarterly. 1996;20(4):505-526.

13. Davis RC, Brickman E, Baker T. Supportive and unsupportive responses of others to rape victims: Effects on concurrent victim adjustment. American Journal of Community Psychology. 1991;19(3):443-451.

14. Ullman SE, Siegel JM. Sexual assault, social reactions, and physical health. Womens Health. 1995;1(4):289-308.

15. Kimerling R, Calhoun KS. Somatic symptoms, social support, and treatment seeking among sexual assault victims. Journal of Consulting and Clinical Psychology;Journal of Consulting and Clinical Psychology. 1994;62(2):333-340.

16. Ageton S. Sexual assault among adolescents. Lexington  Mass.: Lexington Books; 1983.

17. Moss M, Frank E, Anderson B. The Effects of Marital Status and Partner Support on Rape Trauma. American Journal of Orthopsychiatry. 1990;60(3):379-391.

18. Davis RC, Brickman E. Supportive and Unsupportive Aspects of the Behavior of Others Toward Victims of Sexual and Nonsexual Assault. Journal of Interpersonal Violence. 1996;11(2):250 -262.

19. White P, Rollins J. Rape: A Family Crisis. Family Relations. 1981;30(1):103-109.

20. Cohn ES, Dupuis EC, Brown TM. In the Eye of the Beholder: Do Behavior and Character Affect Victim and Perpetrator Responsibility for Acquaintance Rape?1. Journal of Applied Social Psychology. 2009;39(7):1513-1535.

21. Grubb A, Harrower J. Attribution of blame in cases of rape: An analysis of participant gender, type of rape and perceived similarity to the victim. Aggression and Violent Behavior. 2008;13(5):396-405.

22. Campbell R. The psychological impact of rape victims. American Psychologist;American Psychologist. 2008;63(8):702-717.

23. Westmarland N, Gangoli G. International Approaches to Rape. The Policy Press; 2011.

24. Ullman SE, Filipas HH. Predictors of PTSD symptom severity and social reactions in sexual assault victims. Journal of Traumatic Stress. 2001;14(2):369-389.

25. Golding JM, Wilsnack SC, Cooper ML. Sexual assault history and social support: Six general population studies. Journal of Traumatic Stress. 2002;15(3):187-197.

26. Spohn C, Homey J. Rape law reform and the effect of victim characteristics on case processing. Journal of Quantitative Criminology. 1993;9(4):383-409.

27. White S, Yamawaki N. The Moderating Influence of Homophobia and Gender‐Role Traditionality on Perceptions of Male Rape Victims1. Journal of Applied Social Psychology. 2009;39(5):1116-1136.

28. Wakelin A, Long KM. Effects of Victim Gender and Sexuality on Attributions of Blame to Rape Victims. Sex Roles. 2003;49(9-10):477-487.

29. Idisis Y, Ben‐David S, Ben‐Nachum E. Attribution of blame to rape victims among therapists and non‐therapists. Behavioral Sciences & the Law. 2007;25(1):103-120.

30. Doherty K, Anderson I. Making sense of male rape: constructions of gender, sexuality and experience of rape victims. Journal of Community & Applied Social Psychology. 2004;14(2):85-103.

31. Lees S. Ruling passions : sexual violence, reputation, and the law. Buckingham ;;Philadelphia: Open University Press; 1997.

32. McMahon S. Rape Myth Beliefs and Bystander Attitudes Among Incoming College Students. Journal of American College Health. 2010;59(1):3-11.

33. Workman JE, Orr RL. Clothing, Sex of Subject, and Rape Myth Acceptance as Factors Affecting Attributions about an Incident of Acquaintance Rape. Clothing and Textiles Research Journal. 1996;14(4):276 -284.

34. Jaspard M. Nommer et compter les violences envers les femmes : une première enquête nationale en France. Population et Sociétés. 2001. Available at: http://www.ined.fr/fr/publications/pop_soc/bdd/publication/138/. Consulté décembre 3, 2011.

35. Peterson ZD, Muehlenhard CL. Was It Rape? The Function of Women’s Rape Myth Acceptance and Definitions of Sex in Labeling Their Own Experiences. Sex Roles. 2004;51(3/4):129-144.

36. Lisak D, Gardinier L, Nicksa SC, Cote AM. False Allegations of Sexual Assualt: An Analysis of Ten Years of Reported Cases. Violence Against Women. 2010;16(12):1318 -1334.

About these ads

26 réflexions sur “Les mythes autour du viol et leurs conséquences. Partie 2 : les conséquences pour la victime

  1. Passionnant cet article !

    Les réactions de certains conjoints font vraiment froid dans le dos… Merci pour la patience, évidemment, mais bon ça on a l’habitude…
    Mais alors, être jaloux de l’agresseur, s’inquiéter de ses performances sexuelles… C’est juste ignoble tellement c’est égoïste…
    Il y a tellement de gens qui considèrent que le viol est une relation sexuelle et non un acte de violence !
    Ca me rend folle…

    • Oui, moi aussi j’ai trouvé ça fou !!
      Je pense aussi que le coeur du problème, c’est la croyance viol = sexualité
      Mais ce que je trouve à la limite le plus révoltant, c’est les moqueries de certains policiers. Ils sont quand même censés protéger les victimes.

    • victime de viols répétés de mon mari c’est trés dur de faire les démarches pour porter plainte car on se sent sale, incomprise, jugée, on ne se sent pas victime mais coupable!

  2. GG antisexisme ! :)
    Et encore une fois incroyablement(dans le VRAI sens du terme) référencé, mais ç’est une analyse qui me semble trés objective, bravo, (enfin te passionne pas trop non plus par ce sujet, comme l’a dit sandrine70, au bout d’un moment ça devient déprimant en effet, mais bon la ça va c’est bien écrit et assez neutre)
    Ceci dit, mais sans parler de viol, l’analyse psychologique me semble pertinente même éventuellement dans d’autres contextes, en tout cas c’est intéressant de ce point de vue.
    En fait je l’avais déjà lu hier je crois. Je me rappelle plus ce que j’en avais pensé exactement mais une superbe impression, en tout cas tu as l’air en forme ça fait plaisir :)
    Tiens, j’ai cast un spell sur mon site ;-)

  3. Merci pour ce bel article. Je suis particulièrement content de voir écrit noir sur blanc ce que je dis et répète inlassablement depuis si longtemps : se faire violer n’est pas pareil qu’être violé(e). Et y a quand même beaucoup plus qu’un simple nuance. Merci donc. Et je fais tourner l’article.

    • Oui ! Je l’ai lu dans un livre sur le passif, écrit par un grammarien. Il donnait d’ailleurs cet exemple :
      "Elle est folle. Elle va se faire écraser par un tram"
      "Elle est folle. Elle sera écrasée par un tram"

      On voit qu’il y a bien une différence de sens, la 2ème phrase paraissant bizarre.

  4. Merci pour ces articles très intéressants. Ils me renvoient à l’Histoire du viol de Georges Vigarello, un essai que j’avais beaucoup aimé. En fin de compte, les clichés n’ont pas tant changé que ça au fil des siècles, on dirait.

  5. Bravo pour cet article !

    Des précisions, de l’objectivité et des références. Cela me rappelle mon cours de psychologie sociale et particulièrement une anecdote de mon professeur : en Italie, il n’y a pas si longtemps, un homme accusé de viol a été relaxé parce que sa victime portait un jean près du corps, "serré". La raison est que, selon les magistrats, elle était consentante car il n’aurait pas pu enlever ce jean seul, et qu’elle l’avait forcément aidé…

    • Merci HarleyQuinn !

      Encore une histoire hallucinante à ce propos –’.
      Et après j’entends des gens comme Marcela Iacub nous dire que le viol est quelque chose qui est très bien pris au sérieux, très bien traité.

  6. viol = sexualité forcée, c’est faux à mon avis.
    là où une victime perd sa dignité par la force d’un ou plusieurs coupables, c’est du viol.

    on pourrait regarder les "hell weeks" des étudiants comme viol volontair.

  7. Un "second viol" je pensais être la seule à le dire. Le viol n’a effectivement rien à voir avec la sexualité. Mais il est encore considéré comme une sexualité forcée. Ces deux termes sont totalement contradictoires. Encore faut-il que le plus grand nombre en prenne conscience! Nous en sommes loin. Aujourd’hui encore, une décision de justice : 2 ans et demi – 3 ans de prison pour un policier, un CRS, un agent de sécurité de la SNCF qui ont violé une femme (prostituée). Pourquoi cette peine alors que le viol est puni de 15 de réclusion et 20 ans lorsqu’il est commis par personne ayant autorité. Le viol a été correctionnalisé…

    Les personnes qui estiment que le viol est "pris au sérieux" sont extrêmement malhonnêtes… D’autant plus qu’elles sont (ou se disent) juristes. Le cas est désespéré comme dirait l’autre !!

    Merci pour ce décryptage très éclairant

  8. Ping : Les dangers des mythes sur le viol « parler pour exister

  9. Ping : Harcèlement de rue | Les Questions Composent

  10. Ping : féminisme | Pearltrees

  11. Ping : Ampleur & conséquences | Pearltrees

  12. Ping : Témoignage – Le doigt froid | L'Égalitarisme c'est pas ce que vous croyez !

  13. Ping : Viol | Pearltrees

  14. Ping : rape culture | Pearltrees

  15. Ping : Mythes sur le viol | Pearltrees

  16. Ping : LE VIOL : ON EN PARLE OU PAS ? | Vagabundeo.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s