Interactions sexuelles à coercition graduelle : les témoignages

Comme vous le savez, j’ai récolté de très nombreux témoignages concernant des interactions sexuelles, qui deviennent progressivement de plus en plus coercitives. J’ai effectué une première synthèse que vous pouvez lire ici : Retour sur le questionnaire et les témoignages : l’identification de violences sexuelles encore mal connues, les interactions sexuelles à coercition graduelle. Quelques femmes ayant témoigné m’ont raconté qu’en lisant cette synthèse, elles se sont souvenues d’autres gestes qu’elles avaient oubliés.

Pour que vous puissiez mieux vous rendre compte de comment peut se dérouler ce type de violences, j’ai décidé de publier les témoignages. Comme j’en ai reçu plus de 300, je suis obligée de faire une sélection, en privilégiant ceux qui sont assez détaillés pour qu’on puisse se rendre compte du contexte, de l’ambiance et/ou du ressenti de la victime. Pour l’instant, j’en publie sept, mais cet article sera régulièrement mis à jour avec de nouveaux témoignages.

Témoignage n°1 : « Je vais te le faire passer ton petit sourire de fierté. »
Témoignage n°2 : « Les dérapages qui ont eu lieu dans mes nombreux rapports sont, selon moi, liés à la culture porno. »
Témoignage n°3 : « Je suis effarée par le nombre de garçons qui se comportent comme ça. »
Témoignage n°4 : « Ce qui m’a marquée, c’est l’impression de transformation soudaine du partenaire. »
Témoignage n°5 : « Quelque chose s’installe, instinctif, non verbal. »
Témoignage n°6 : « J’ai trouvé la violence très pernicieuse avec lui. »
Témoignage n°7 : « J’ai eu l’impression de n’être plus rien. »


Témoignage n°1 : « Je vais te le faire passer ton petit sourire de fierté »

Je rentre dans l’appartement de ce garçon qui me plait et à qui je plais, tout se passe bien et nous commençons à coucher ensemble. Tout est normal, puis je cesse progressivement d’être excitée. Il crache alors sur mon sexe et commence à me serrer le cou, toujours pendant l’acte sexuel. J’ai envie que ça s’arrête, et je commence à être mal à l’aise : je simule. Il finit. Alors que nous somme nus, il monte sur moi, me serre le cou de plus en plus fort en me disant « Je sais ce que tu aimes maintenant ». Je suis très mal à l’aise et lui dit qu’il ne sait rien, en riant, gênée. « Si, je sais, et maintenant tu ne vas nulle part » dit-il en montant sur moi, toujours nu, en m’étranglant et en agitant son pénis sur mon visage pour que je le suce. « Je les connais les filles dans ton genre, je vais te le faire passer ton petit sourire de fierté comme au bar tout à l’heure ». J’ai du le pousser, les larmes aux yeux. Il m’a dit très sèchement de partir parce qu’on ne « cherchait pas la même chose ».

Y avait-il d’autres éléments qui vous ont paru étranges/inhabituels/malsains pendant cette interaction sexuelle et qui vous ont marqué·e ?

Il ne voulait pas m’embrasser une fois que nous nous sommes mis à coucher ensemble. Il s’est moqué de mon manque d’excitation : « Ca aurait été mieux si tu n’avais pas été aussi sèche, mais bon ».

Quelles ont été vos pensées et vos ressentis émotionnels après cette interaction ?

Je me suis sentie humiliée, utilisée et manipulée. Je pensais réellement qu’il y avait une bonne entente jusqu’à la partie physique. J’ai eu peur d’être violée, je ne pouvais pas me débattre. Ses moqueries et ses remarques sur mon physique, mon sexe, mon activité lors du rapport m’ont fait ressentir un dégoût de moi, comme si j’étais notée sur une compétence et que j’avais été recalée. Je me suis sentie aussi stupide et naïve, après coup. Je me trouvais crédule d’avoir espéré de la considération de la part de ce garçon. De la honte aussi, moi qui suis la première à dire qu’il faut se défendre, faire entendre sa voix, d’avoir été aussi soumise et peureuse.


Témoignage n°2 : « Les dérapages qui ont eu lieu dans mes nombreux rapports sont, selon moi, liés à la culture porno »

Je n’ai pas vécu de choses violentes, parce que j’étais en soi plutôt ouverte à la sexualité. Mais depuis que j’ai pris conscience de ce qui me dérangeait, je suis très précautionneuse dans mes rapports : j’ai arrêté de coucher avec des personnes que je ne connaissais que peu (one-night-stand) parce que j’avais peur de me sentir mal après, de ne pas être respectée dans mon désir, et aujourd’hui avec mon copain, dès que je me sens dominée de quelque sorte que ce soit, j’arrête (je n’aime pas DU TOUT me sentir dominée, ni dominer d’ailleurs, sauf dans des « jeux » sexuels conscients et consentis).

Les dérapages qui ont eu lieu dans mes nombreux rapports sont, selon moi, liés à la culture porno : fellation presque imposée (le type qui guide ta tête, qui se place devant toi avec son érection, qui insiste si tu esquives), ceux qui m’attrapaient les cheveux pendant la fellation pour pousser ma tête ; les mecs qui prennent l’initiative de changer 50 fois de position sans te demander ce qui te plaît, te disant : retourne-toi, mets-toi comme ça, etc. (j’ai eu beaucoup ça en Allemagne, et en parlant avec d’autres copines étrangères, elles ont eu les mêmes expériences avec des Allemands, comme s’ils faisaient du sexe pour la performance !) ; le rythme « marteau-piqueur » (QUI aime ça ?) même quand je leur demandais de ralentir pour me faire jouir ; les claques sur les fesses (on peut aimer ça, mais ce n’est pas un geste anodin pour moi, et le fait que presque tous l’aient fait m’interpelle). J’y mettrais aussi le type qui te masturbe très mal et, de toute évidence, juste comme un passage obligé avant la pénétration, une formalité dont s’acquitter.

Y avait-il d’autres éléments qui vous ont paru étranges/inhabituels/malsains pendant cette interaction sexuelle et qui vous ont marqué·e ?

L’absence de réelle connexion et l’absence de spontanéité (toujours l’impression que les gestes sont automatiques), la manière dont l’homme est centré sur son ressenti, son désir, son plaisir, son rythme. Et souvent la demande de ne pas mettre de préservatif, ou de retirer le préservatif si je voulais arrêter parce que j’avais mal (évidemment répondu NON hors de question).

Quelles ont été vos pensées et vos ressentis émotionnels après cette interaction ?

Léger malaise, l’impression d’être interchangeable, l’humiliation / la honte (c’est moi qui ai voulu le rapport après tout, et je culpabilisais d’être « trop coincée »), et l’ennui terrible, plus trop envie d’avoir des relations sexuelles. Je suis bi, et je n’ai eu qu’une seule expérience déséquilibrée avec une femme, sinon c’était toujours beaucoup plus spontané et respectueux. Pendant longtemps je me suis donc demandée si je n’étais pas plutôt juste lesbienne et pas bi… jusqu’à m’écouter et ne coucher qu’avec des partenaires respectueux.


Témoignage n°3 : « Je suis effarée par le nombre de garçons qui se comportent comme ça »

Première expérience

Quand j’avais 19 ans : j’avais fini, après une soirée, avec un garçon dans mon lit, garçon sur qui j’avais flashé depuis plusieurs semaines. Nous avions fini par avoir un rapport sexuel après qu’il ait insisté pendant très longtemps, alors que je refusais au début. Donc pas vraiment consentement si je puis dire mais bref, pendant le rapport sexuel ça ne se passait pas trop mal, mais à un moment il était derrière moi (en cuillère) et il a passé son bras sous mon cou tout en y allant de plus en plus fort, il m’étouffait. Je lui ai dit non et j’ai essayé d’enlever son bras parce que je n’arrivais plus à respirer mais il ne l’a pas fait. Assez traumatisant comme moment. Je n’ai rien dit, j’étais encore très mal à l’aise avec le sexe à l’époque.

Je n’ai pas recouché avec ce garçon après, mais il est clair qu’il n’avait aucune considération pour moi et pour mon consentement. J’ai continué à être attirée par lui et à vouloir le revoir après, mais il m’a menti et ne répondait jamais à mes messages. Quand je l’ai revu des mois après et que je l’ai invité à dormir chez moi après une soirée, il a été vexé quand il a su que j’avais mes règles. C’est pour dire la belle enflure qu’il est.

Deuxième expérience

J’avais un « plan cul » à cette époque, parce qu’on m’avait conseillé d’essayer, mais je n’ai pas du tout aimé et j’ai coupé court assez vite. La cinquième fois où il est venu chez moi après une soirée, je lui ai expliqué mon ressenti : je lui ai dit que je n’étais pas faite pour ça, que je m’étais rendue compte que je n’aimais pas le sexe sans sentiments, que je n’avais pas confiance en moi et en les hommes niveau sexe pour être assez à l’aise durant le rapport. Finalement on finit par coucher une dernière fois ensemble ce soir-là (consentement total de ma part), et pendant la relation, il s’est allongé sur le dos, a mis ses bras sous sa tête et m’a dit « J’ai envie que tu me suces » d’un air hyper assuré. Ça m’a stoppée net.

Je lui ai répété plusieurs fois ce que j’aimais pendant le sexe, il ne l’a JAMAIS pris en compte. A chaque fois qu’on allait se coucher, il se mettait sur le dos en attendant que je fasse le travail. Il était très égoïste sexuellement et n’a visiblement pas écouté quand je lui ai expliqué que j’avais besoin d’avoir confiance pour avoir une relation sexuelle. Pas tactile du tout, il ne me touchait quasiment pas à part pour m’attraper la peau des hanches de façon hyper violente (parfois douloureuse d’ailleurs), ne m’embrassait pas vraiment non plus.

En conclusion

Je me permets de rajouter que tout ça m’apparaît plus clairement encore, maintenant que je suis en couple avec un garçon extrêmement respectueux, qui fait toujours passer mon plaisir avant le sien, qui prend beaucoup de temps pour moi car il sait qu’il est très difficile de me faire du bien (à cause d’un attouchement quand j’étais enfant, entre autres) et qui me demande SYSTÉMATIQUEMENT si j’ai envie de faire l’amour, s’il peut me toucher, s’il peut faire ça ou ci.

Je suis effarée par le nombre de garçons (hétéros cisgenres j’entends bien sûr) qui se comportent comme ça et de filles qui trouvent ce genre de relations sexuelles – où le plaisir féminin est relégué au second plan ou bien souvent ignoré – normales. J’ai 24 ans, j’ai eu des relations sexuelles avec 7 garçons, et mon compagnon actuel est le premier à se soucier spécifiquement de mon consentement et de mon plaisir. Quand j’en parle à mes amis, elle le considère comme un prince charmant, « tu as trop de chance », etc. Ça devrait être la norme. Depuis, j’essaie de sensibiliser les femmes sur le sujet. J’aimerais le faire avec les hommes mais je n’ai pas la patience. Je le ferai si j’ai l’occasion cependant.


Témoignage n°4 : « Ce qui m’a marquée, c’est l’impression de transformation soudaine du partenaire »

Première expérience

Lors d’un rapport sexuel avec un nouveau partenaire, nous étions en « cuillère » et sans préavis, assez brutalement, il m’a retournée pour me prendre en levrette, ce qui était inconfortable pour moi en raison d’une grande différence de taille et parce qu’il me tenait très fortement par les hanches, m’empêchant de bouger. Rapidement il a commencé à me toucher l’anus avec les doigts. J’ai dit que je ne voulais pas. Il a continué, puis a essayé de me sodomiser en m’expliquant qu’il était doué et que ça me ferait jouir. J’ai dû me débattre fortement pour empêcher une sodomie forcée. Il s’est ensuite plaint que je sois « coincée ».

Deuxième expérience

Autre rapport sexuel avec un nouveau partenaire : en plein ébat, il se met à m’appeler « salope, chienne, cochonne » avec beaucoup agressivité puis à m’enjoindre : « Dis que t’aimes ça, chienne, dis que tu veux que je te baise comme une salope » etc. Nous n’avions pas du tout parlé du rapport aux mots pendant l’acte et surtout son ton était très agressif, voire violent, rabaissant. Je n’avais pas l’impression d’un jeu sexuel consenti mais bien d’insultes assumées par leur auteur.

Troisième expérience

Enfin, début d’un rapport sexuel avec un nouveau partenaire : il me caresse le sexe avec ses mains d’abord, assis à côté de moi. Puis sans me consulter, il s’assoit à califourchon sur mon ventre (ce qui est évidemment très inconfortable pour moi) et « fouille » mon sexe avec ses doigts, très penché dessus. Ça m’a donnée l’impression d’être réduite à un sexe, il me tournait le dos, j’étouffais à moitié, je ne ressentais pas le moindre plaisir, j’étais un objet d’investigation. En me débattant je l’ai viré.

Y avait-il d’autres éléments qui vous ont paru étranges/inhabituels/malsains pendant cette interaction sexuelle et qui vous ont marqué·e ?

Ce qui m’a marquée dans les trois cas, c’est l’impression de transformation soudaine du partenaire : son expression change, son ton change, son regard n’est plus vraiment sur moi.

Quelles ont été vos pensées et vos ressentis émotionnels après cette interaction ?

J’ai eu l’impression d’avoir été transformé soudainement en un objet, je n’étais plus une « partenaire sexuelle » mais un objet sexuel, une marionnette.

Juste après je m’en voulais d’avoir mal choisi mon partenaire, de m’être trompée et de ne pas avoir eu le courage de les sortir du lit à coups de pied et en leur hurlant dessus. Mais j’avais eu peur en fait : j’avais l’impression que si j’exprimais ma colère en étant nue dans un lit avec un homme nu et excité, ça pouvait très mal finir pour moi (peur du viol, peur d’être frappée).


Témoignage n°5 : « Quelque chose s’installe, instinctif, non verbal »

Il y a eu plusieurs expériences, avec plusieurs partenaires différents, ce sont des actes qu’on ne peut pas vraiment appeler viols, mais qui étaient tout de même « bizarres » « pas normaux ».

Première expérience

La situation qui m’a le plus marquée s’est passée un matin, mon copain m’a demandé un fellation avant qu’il parte travailler. Il insistait depuis plusieurs jours pour que j’avale et je refusais à chaque fois. Cette fois encore, j’ai dit « OK » pour une pipe, mais qu’il me prévienne et se retire avant de jouir. Il était d’accord. A un moment, alors que je le sentais proche de venir, il m’a agrippé la tête très fortement. Je lui ai redemandé « T’oublies pas de me prévenir ? ». Il m’a répondu « Mais oui t’inquiète pas ». Mais j’étais inquiète quand même, j’ai eu un mouvement de recul pour me dégager, mais il a assuré sa prise jusqu’à ce que je ne puisse plus bouger et qu’il imprime lui-même les mouvements de va-et-vient. Et il ne s’est pas retiré à la fin.

Deuxième expérience

J’ai eu une seconde situation très différente, mais tout autant marquante, beaucoup moins brusque, mais très malsaine, dans laquelle le type me faisait bouger comme une poupée, mais avec tellement de « douceur » que j’ai cru jusqu’à la fin que c’était moi qui avait un problème. Il me faisait relever la tête et ouvrir la bouche, il écartait mes jambes ou me faisait changer de position au gré de ses envies, sans jamais me demander et surtout sans me donner le loisir de me mouvoir seule. J’avais un bras dans le plâtre, ce qui n’arrangeait vraiment rien.

Y avait-il d’autres éléments qui vous ont paru étranges/inhabituels/malsains pendant cette interaction sexuelle et qui vous ont marqué·e ?

L’ambiance est différente, d’un rapport sain. Il n’y a pas la possibilité de dire non, ou alors elle existe mais l’autre n’en tient pas compte. Quelque chose s’installe, instinctif, non verbal, l’autre n’est plus du tout sur la longueur d’onde commune instaurée au début, il part dans ses fantasmes personnels. Il interdit à sa/on partenaire de l’y suivre et exige qu’iel s’y soumette. Tout ça se passe en silence, ça s’impose au fil du rapport.

Me sentir dégoûtée, avoir envie de terminer vite, voire simuler pour qu’il termine au plus vite est aussi un indice que ce n’est pas normal. J’ai appris à décrypter tout ça avec le temps, j’ai éprouvé parfois toutes ces choses sans savoir ce que ça signifiait.

Je crois qu’il est très rare que tout le monde prenne le temps de demander à chaque fois « Est-ce que je peux…. » avant de faire quelque chose, mais il y a les fois ou ça se passe bien, le partenaire fait un geste, on se sent assez en sécurité pour dire non et le partenaire s’excuse, ou alors les regards se croisent et on sait que même si ce geste n’était pas prévu au début ça nous plait bien finalement. Je qualifie de malsain tout ce qui ne se passe pas comme ça.

Quelles ont été vos pensées et vos ressentis émotionnels après cette interaction ?

Entre la première et la seconde il y a des points communs : la honte d’abord, je ne sais pas très bien de quoi, c’est irrationnel. C’est un peu le même genre de honte que je ressens après m’être trompée de numéro et me rendre compte que j’ai envoyé un sexto à mon patron. Comme si on m’avait trouvée en train de faire quelque chose de très intime que personne n’aurait dû voir.

Ensuite le « Ce n’est pas grave ». J’ai rassuré mon partenaire sur le fait que ce n’était pas grave d’avoir dini dans ma bouche, j’ai souri, j’ai plaisanté, même. J’ai assuré l’autre que « C’était très bien », et je l’ai remercié pour sa gentillesse, pour m’avoir aidée à me rhabiller après, et pour m’avoir raccompagnée chez moi.

Me sentir sale est aussi un autre point commun, ça non plus je ne l’explique pas.

Pour le second surtout, alors que j’étais complètement consentante au départ et qu’on avait discuté de nos préférences avant. A l’époque je l’avais raconté sur mon ancien blog, sous forme d’une histoire en triple vue à la troisième personne, du point du vue objectif, neutre, du point de vue de l’homme qui ne voulait que partager un bon moment en pensant bien faire, et du point de vue de la femme qui n’arrivais pas à dire ce qui la gênait, qui subissait et qui finissait en pleurant intérieurement. J’avais déjà été violée avant, mais c’était la première fois que j’ai réalisé et surtout que je me suis autorisée à me dire que quelque chose n’allait pas et que je n’étais pas le problème. C’était aussi la première fois que je subissais quelque chose de « doux » sans violence de type gestes brusques et force imposée.


Témoignage n°6 : « J’ai trouvé la violence très pernicieuse avec lui. »

Ce qui m’a le plus choquée dans notre relation, c’est la fréquence à laquelle il me tirait les cheveux. C’était d’autant plus frappant qu’aucun autre homme avec qui j’avais été avant ne m’avait tiré les cheveux. La première fois, je ne l’ai pas mal pris car j’ai pensé que c’était un geste spontané dans une relation au départ assez enflammée, un peu « Wild », du coup je me suis plutôt dit « Hum, ça va être rock’n roll avec lui » (Je ne suis pas opposée sur le principe aux choses un peu passionnées, si c’est dans un esprit de partage et si c’est voulu par les deux).

Je crois que mes protestations auraient dû être plus vigoureuses mais j’étais folle de lui, et ce genre d’état d’esprit amène à accepter des choses qu’on n’aime pas trop, voire qu’on n’aime pas du tout. Je crois que j’étais dans une suradaptation permanente à lui, je le faisais passer en premier en tout et je ne voulais pas passer pour une fille pénible ou rabat-joie. Je me disais aussi que les règles du jeu se calent petit à petit, je ne me sentais pas d’attaque pour passer en mode revendicatif dès le début. Je l’adorais plus que ma vie, je voulais qu’il m’aime et je ne voulais pas prendre le plus petit risque de lui déplaire. C’est comme ça que s’est installée la relation d’emprise.

Il parlait aussi tout le temps de son envie de me fesser, mais comme il en parlait, là au moins je pouvais lui dire clairement non, alors que les cheveux étaient toujours tirés dans le feu de l’action sans que j’aie vu venir. Il a quand même réussi à me fesser quelques fois sans que j’aie vu venir.

Il y avait aussi de la violence dans certains baisers. Parfois il me mordait la langue, voulant peut-être me mordre la lèvre, je ne sais pas, et il me faisait extrêmement mal. Là aussi, le comportement se reproduisait régulièrement. Une fois il m’a mordu la lèvre très violemment, j’ai poussé un cri. Ce n’était pas un petit mordillement de jeu, ce que j’aime bien par ailleurs et que je peux faire moi-même, c’était vraiment une morsure.

Une fois, vers la fin quand vraiment la relation avait pris un très vilain tour, il m’a embrassée puis enfoncé plusieurs doigts dans la bouche. Là j’ai carrément eu l’impression qu’il reproduisait des gestes de film porno.

A part ces gestes violents, il y a aussi des choses moins visibles, plus « subtiles » si on peut dire. Par exemple, je préfère être nue qu’habillée, car je me sens plus en « communion » avec l’autre, mais lui aimait bien le sexe « à la va-vite ». Il ne voulait pas qu’on prenne le temps de se déshabiller, ou rarement. Je me souviens lui avoir dit, au début en riant, « J’ai l’impression de m’être faite trousser comme une servante du Moyen-Age sur un tas de foin » (on plaisantait beaucoup au début de la relation, du coup j’essayais de garder de l’humour). Et puis j’ai trouvé ça de moins en moins drôle. Je crois qu’une partie de moi sentait qu’il n’était pas dans le partage comme moi, mais j’étais encore dans le déni. Avec le recul j’ai la sensation que j’ai été plus souvent « consommée » par lui qu’aimée.

Tout ça s’inscrit dans son schéma « passage à l’acte rapide », qui va aussi avec une absence de préliminaires ou, au mieux, des préliminaires bâclés. Dans tous les cas, ça ne correspondait ni à mon rythme, ni à mes besoins et envies.

Parfois j’essayais d’enlever des vêtements une fois l’acte commencé, pour me rapprocher de lui, de sa peau, et je me souviens m’être dit plusieurs fois qu’au lieu de m’aider il me laissait me débattre (quand par exemple la position me coinçait un peu). Il y a une fois en particulier qui me reste en mémoire : il était beaucoup plus costaud que moi car il était alpiniste, et son poids me coinçait ; j’essayais d’enlever un t-shirt de nuit et il n’a pas fait le plus petit geste pour m’aider.

J’aime être dans la pénombre, et je le lui avais dit plusieurs fois, mais lui aimait la lumière franche et parfois il se relevait en plein acte pour allumer la lumière. Pourtant j’avais déjà exprimé ma gêne. Ce n’est pas anodin pour moi, car la pénombre m’aide à me concentrer sur les sensations et à ne pas penser aux aspects de mon corps qui me complexent. C’est donc un ingrédient important pour moi si je veux avoir un tant soit peu de plaisir. Qu’il n’y prête pas attention, voire le balaie d’un rire, est encore un signe de son attitude dominatrice. C’était devenu comme une sorte de lutte de volontés, vraiment pas le cadre idéal pour prendre du plaisir. De toute façon, dans cette lutte je ne risquais pas d’avoir le dessus, vu que j’étais amoureuse et lui ne l’était pas, ou beaucoup moins que moi, donc il était beaucoup plus détaché, tandis que j’essayais de faire des compromis, de m’adapter etc.

Y avait-il d’autres éléments qui vous ont paru étranges/inhabituels/malsains pendant cette interaction sexuelle et qui vous ont marqué·e ?

Oui, il n’y avait pas de paroles sur ce dont on avait envie, quasiment pas d’interaction. Je me souviens avoir parfois essayé de le regarder dans les yeux pour que ça soit plus intense et il fermait les yeux immédiatement.

Comme il avait eu très peu d’expériences sexuelles, il était mal à l’aise avec les préservatifs. Et comme il n’aimait pas ça, il n’en achetait pas ! Donc les premières fois que j’allais chez lui, il n’y avait tout simplement aucun moyen de contraception à portée de main. Du coup ça m’a obligée à reprendre la pilule très vite, sinon ça voulait dire abstinence et c’était inenvisageable car j’étais folle de lui. Bien sûr j’aurais pu faire pression pour les préservatifs, par exemple en refusant de prendre la pilule, mais on était un peu enflammés, c’était un « amour » tout neuf, je n’avais pas envie de me prendre la tête avec celui dont je croyais qu’il était l’homme de ma vie. Du coup j’ai cédé à ce qui était quand même un peu un truc d’enfant gâté (je regrette).

En plus, comme c’était quelqu’un de brillant, très éduqué, artiste, très poétique, hyper intéressant, etc., pas du tout un goujat comme on pourrait croire en lisant ce que j’ai écrit avant, et que je partageais avec lui plus qu’avec aucun autre homme avant, j’étais un peu aveuglée. Il y avait une sorte de décalage entre la vision que j’avais de lui, l’amour inconditionnel que je lui portais, et les détails prosaïques qui, eux, n’étaient pas très reluisants. A cause de ce décalage, mon cerveau avait « bugué », je ne voyais pas la domination, j’étais vraiment sous emprise. Je crois qu’une partie de moi (libre-arbitre, réflexe vital, estime de soi, je ne sais pas comment le nommer) s’était mise en sommeil pour accepter n’importe quoi afin de le conserver auprès de moi.

La violence s’installe de manière très subtile et souvent invisible. C’est d’autant plus invisible et sournois quand le dominateur est par ailleurs, « dans la vraie vie », quelqu’un de très touchant, timide, cultivé, artiste, sensible voire un peu déprimé, comme c’était le cas avec mon ex. Il n’était plus du tout la même personne au lit. Mais le glissement était invisible, justement parce que tout démarrait toujours très bien et que je n’avais aucune raison de me méfier vu que nous étions sur la même longueur d’onde, du même milieu, éduqués tous les deux, etc. Tout ça pour dire que j’ai trouvé la violence très pernicieuse avec lui, justement parce qu’il ne correspondait pas du tout au cliché du macho. Je pense que c’est important que les femmes arrivent à dire que les violents et les dominateurs ne sont pas juste les gros lourds qu’on croise dans la rue, mais peuvent en fait être n’importe qui.

Quelles ont été vos pensées et vos ressentis émotionnels après cette interaction ?

Rien ne se déroulait comme moi je l’aurais souhaité. Moi je voulais communier avec lui, qu’on se donne l’un à l’autre. Lui n’était clairement pas dans la communion, ou en tout cas pas dans un mode de relation qui me convient et est sain pour moi. A la longue je me sentais presque sale.

En fait, ensuite, tout est venu confirmer ces ressentis intimes, mais c’est le temps qui m’a révélé l’ampleur des dégâts à l’intérieur de moi. J’ai remarqué que je vivais dans un état de terreur car la relation d’emprise s’était installée et enkystée. Puis après un grand nombre de violences psychologiques que je ne détaille pas ici car le sujet est le sexe, j’ai découvert qu’il m’avait trompée avec son ex.


Témoignage n°7 : « J’ai eu l’impression de n’être plus rien. »

J’ai fréquenté un homme régulièrement sans être en couple pendant un an. On se voyait une fois par mois environ pour coucher ensemble. Pendant un des rapports sexuels consentis, il a commencé à me mettre la main assez fort sur le visage, la joue précisément, pour que je tourne la tête et ne le regarde plus. J’ai commencé à ne pas trop aimer ce qu’il faisait mais je n’ai pas osé lui exprimer, et j’ai continué comme si de rien n’était. Pourtant il m’a demandé si c’était bien, mais je n’ai rien osé dire.

Puis il m’a lâché le visage, mais quelques secondes plus tard il m’a giflée. Là, j’ai dit tout de suite « Par contre, ça, ça ne me plait pas » et j’ai fondu en larmes. Il a tout de suite arrêté et s’est excusé, devenant tout de suite plus tendre. Sa réaction a été très correcte et, après que j’ai repris mes esprits, on a continué le rapport.

Quelles ont été vos pensées et vos ressentis émotionnels après cette interaction ?

Je n’ai pas aimé la position de dominé qu’il m’a imposée. La gifle a été très intense émotionnellement pour moi car je ne m’y attendais pas du tout. J’ai fondu directement en larmes de façon incontrôlable car je pense que ça m’a blessée dans mon ego. J’ai trouvé ça très violent et dégradant. J’ai eu l’impression de n’être plus rien, que pour lui je n’étais pas importante, que ma personne importait peu et qu’il n’y avait que le corps. D’un côté c’est ce qu’on peut attendre d’un plan cul, mais moi j’attendais de cette relation sexuelle un minimum de tendresse et cette gifle a été une négation de tout ça.

Je tiens à préciser que cette expérience n’a pas été traumatique, car même si sur le moment ça a été dur émotionnellement, le garçon a compris tout de suite mon refus, a été très correct et ne m’a rien imposé par la suite.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s