Retour sur le questionnaire et les témoignages : l’identification de violences sexuelles encore mal connues, les interactions sexuelles à coercition graduelle

Il y a un peu plus d’une semaine, j’ai lancé un appel à témoignages intitulé : « actes de domination non consentis durant des interactions sexuelles désirées et consenties ». Il a eu un succès retentissant, puisqu’en moins de 24h, j’avais collecté plus de 200 témoignages.

A l’heure où j’écris ces lignes, c’est plus de 300 réponses que j’ai reçues à mon questionnaire.

Je commence cet article en adressant un chaleureux merci à toutes les personnes qui l’ont complété. J’apporte également tout mon soutien à celles qui y ont exprimé leur souffrance, car beaucoup de témoignages sont vraiment très durs. Si vous pensez avoir été victime de viol ou d’agression sexuelle, vous pouvez appeler la ligne d’écoute gratuite et anonyme dédiée à cela : 0 800 05 95 95. Je rappelle au passage que, selon la loi française, les fellations et les pénétrations de l’anus et du vagin par des doigts, le pénis ou des objets, constituent des viols si elles sont commises par violence, contrainte, menace ou surprise.

Pour l’instant, je n’ai eu le temps d’analyser précisément que 100 témoignages, en particulier parce que beaucoup sont très détaillés et relatent de multiples expériences. Je pense néanmoins que cela est suffisant pour vous faire un premier retour de ce qui ressort de ce questionnaire. Bien entendu, je compte lire et analyser l’ensemble des témoignages ultérieurement.

Certains témoignages sont lisibles ici : interactions sexuelles à coercition graduelle, les témoignages.

D’où partait mon questionnement ? Quel était mon objectif ?

Pour mieux vous expliquer pourquoi j’ai souhaité lancer cet appel à témoignage, partons de mon point de départ. Au détour de conversations avec des amies ou sur internet, je me suis rendue compte que certaines femmes évoquaient des expériences sexuelles « particulières » avec des hommes : sans employer le terme de « viols », elles parlaient de rapports sexuels « pas cools », « désagréables » ou « qui se passent mal ». D’autres évoquaient des expériences sexuelles qui étaient « objectivantes » et « dépersonnalisantes ».

A l’époque, ces expériences sexuelles dont j’entends parler sont, pour la plupart, désirées et consenties au départ : les femmes racontent avoir été excitées à l’idée de coucher avec leur « partenaire ». C’est par la suite que l’interaction prend une tournure coercitive. Les actes sexuels inclus dans l’interaction sexuelle (fellation, pénétration vaginale, sodomie) ne sont pas nécessairement consentis de part et d’autre. Par ailleurs, la façon dont se sont déroulés les actes sexuels peut avoir perturbé les narratrices. Certains gestes accompagnant les actes sexuels sont vécus comme des humiliations, y compris quand ils ne sont pas douloureux : claques, tirage de cheveux, fessée, etc. Ce qui les a aussi marquées, c’est l’égoïsme total de leur « partenaire » masculin. Alors qu’elles sont prêtes à lui faire plaisir (par exemple avec des fellations), lui, ne rend jamais la pareille.

Un exemple de témoignage :

C’était avec un ami d’ami que j’avais rencontré lors d’une soirée, plutôt gentil et sympathique au premier abord. J’avais envie de coucher avec lui et je l’ai amené chez moi. Il m’a immédiatement dit « Moi, ce que j’aime bien, c’est les fellations ». Ça m’a un peu surprise et mise mal à l’aise, car j’ai plutôt l’habitude de commencer par des caresses et des baisers. Je n’ai pas osé dire que je ne préférais pas commencer par ça. J’ai accepté en essayant de me rassurer : « Bon, pourquoi pas. Je vais lui faire plaisir et après, sans doute qu’il s’intéressera aussi à ce dont j’ai envie ». J’ai commencé, mais là, il a pris ma tête pour la bouger. Premier acte d’humiliation. J’ai arrêté et je lui ai demandé de ne plus faire ça. J’ai repris, mais ensuite, il m’a tiré les cheveux. Complètement déboussolée, j’ai arrêté la fellation et, dans une tentative désespérée de créer une connexion, j’ai entrepris de m’approcher de lui pour l’enlacer. Mais il m’a repoussée, s’est levé, s’est rhabillé, et est parti sans un mot. Je n’ai pas compris. Plus tard, il m’a écrit un mail me disant qu’en fait, à ce moment-là, il était furieux.

Tout était bizarre dans cette interaction. C’était froid et mécanique, sans sensualité, sans connexion. Il lui semblait normal de me demander d’accomplir des actes sexuels comme si j’étais à son service. Il a reproduit sur moi des gestes qui ont fait que j’avais l’impression d’être dans un film porno. Enfin, quand il a vu que ça ne se passait pas exactement comme il le souhaitait, il s’est mis en colère.

Ça a été la pire expérience sexuelle de ma vie. J’ai eu l’impression d’avoir été traitée comme un objet, d’avoir été humiliée. J’étais aussi en colère. Et j’ai énormément culpabilisée, car j’ai pensé que je n’aurais pas dû accepter de faire une fellation dès le départ, je sentais que c’était bizarre.  Je suis restée fortement marquée par cette histoire pendant plusieurs mois.

Dans ce témoignage :

  • L’interaction sexuelle au départ est consentie et désirée : la femme qui témoigne souhaite une activité sexuelle avec l’homme. Reste à déterminer quels actes sexuels auront lieu lors de cette interaction.
  • L’acte sexuel de cette interaction, la fellation, n’est pas désirée, en dépit du fait que l’homme n’a usé d’aucune contrainte tangible. On voit qu’il y a un rapport de pouvoir inégal entre les deux « partenaires » : l’homme formule immédiatement ses désirs quand la femme ne parvient pas à exprimer ses craintes et ses interrogations. L’un se sent en droit de s’affirmer, l’autre se l’interdit.
  • La femme a encore moins consenti aux actes qui entourent cette fellation (le tirage des cheveux et les mains sur la tête) et qu’elle a vécus comme une humiliation.
  • Le témoignage indique qu’il y a une atmosphère « bizarre » : pas de connexion, pas de caresses et de baisers, et évidemment, un égoïsme extrême de la part du partenaire masculin.

La femme témoigne d’une certaine détresse après cette expérience. Mais comment la qualifier ? On peut difficilement parler à strictement parler de viol (en tout cas, si l’on se fonde sur la définition de la loi française, qui est parfaitement discutable), car l’homme n’a usé d’aucune contrainte tangible, il a juste profité de la timidité de sa partenaire. Par ailleurs, ce qui a angoissé la femme n’est pas seulement le simple fait de s’être sentie obligée de faire une fellation, c’est aussi les gestes stéréotypés et humiliants qui l’ont entourée. Elle s’est ainsi rendue compte, trop tard, qu’en souhaitant une interaction sexuelle avec cet homme, elle avait dit « oui », sans le savoir, à toute une forme de sexualité où la femme est au service de l’homme.

Les quelques autres témoignages ressemblaient beaucoup à celui-ci. Les femmes parlaient d’une ambiance diffuse et étrange, d’actes humiliants et de la sensation d’avoir été utilisée.

J’avais envie d’évoquer ce phénomène dans mon livre sur la culture du viol, mais je manquais de matière. Par ailleurs, cela restait, malgré tout, assez confus dans mon esprit : j’avais du mal à décrire ce type de violences. C’est pour cela que j’ai décidé de lancer un appel à témoignages, qui m’a permis de mieux appréhender le phénomène. Après réflexion, j’ai pensé appeler ce phénomène « interaction sexuelle à coercition graduelle », mais je suis bien sûr preneuse d’autres idées.

Je précise au passage que je n’ai pas la prétention de mener, avec ce questionnaire, une étude scientifique. Je parlerais plutôt d’une enquête permettant de mieux cerner un phénomène. L’objectif n’est pas de donner une prévalence de ces violences, en disant « X% des femmes hétérosexuels ont déjà subi au moins une fois dans leur vie une interaction sexuelle à coercition graduelle ». En revanche, je pense que ces données peuvent permettre de mettre des mots sur des violences sexuelles encore mal identifiées. A titre informatif, je donnerais parfois la proportion de témoignages mentionnant tel ou tel comportement, pour donner une idée des types de gestes violents qui ont été les plus fréquemment cités. Cela ne signifie pas que mon questionnaire permette de mesurer des prévalences. Il peut éventuellement permettre de voir si certains actes sont plus fréquents que d’autres, ou sont plus marquants (ce qui peut également expliquer pourquoi certains actes sont spontanément plus fréquemment cités que d’autres).

A propos du consentement

Je définis ici le consentement comme étant l’expression du désir et de la volonté. Il n’est pas synonyme de « céder », autrement dit, il n’est pas la conséquence de violences, de pressions diverses (insistance, chantage,…), de situations de dépendance, de rapports de pouvoir ou même de l’effet coercitif de certaines normes (pression que l’on se met à soi-même pour être une « bonne copine » par exemple).

Passons maintenant aux résultats des 100 premiers témoignages (témoignage = questionnaire décrivant au moins un geste commis).

Précisons d’emblée que les personnes qui témoignent ont souvent décrit différentes expériences dans leur réponse. Ainsi une réponse correspond parfois à plusieurs expériences.

Quel est le sexe des protagonistes et la relation entre eux ?

Je n’ai pas demandé le sexe des protagonistes dans le questionnaire, mais, soit il était précisé par la personne qui répondait, soit j’ai pu le déduire. L’immense majorité (98%) des 100 premiers témoignages concerne des femmes victimisées par un ou plusieurs hommes, avec deux exceptions : une femme victimisée par une autre femme  et un homme trans victimisé par un homme cis. Parmi les réponses que j’ai reçues, deux femmes bisexuelles précisent avoir souvent eu des problèmes de consentement avec des hommes, mais jamais avec les femmes.

Je n’ai pas quantifié de manière précise les relations entre les protagonistes (quand celle-ci est précisée dans le témoignage), mais on trouve aussi bien des relations de type conjugales que non (ami∙e∙s qui couchent ensemble régulièrement ou « coups d’un soir »). Une réponse mentionne le milieu libertin.

Quel est le type de violences rencontrées dans le questionnaire ?

Les expériences relatées dans le questionnaire sont souvent très complexes et difficiles à analyser. Elles mêlent souvent différents niveaux de contrainte, des actes sexuels consentis et d’autres qui ne le sont pas. Pour un peu mieux identifier les différents mécanismes décrits dans les témoignages, on peut essayer de répondre à ces deux questions :

  • Quel est le type de contrainte employée ?
  • Sur quoi les protagonistes n’étaient pas d’accord ?

Quel est le type de contrainte employée ?

Les femmes qui ont témoigné ont pu être exposées à différents mécanismes qui ont contraint leur « consentement » (qui n’est plus alors un véritable consentement). Ces contraintes sont parfois extrêmement subtiles, presque invisibles.

Notons qu’au cours d’une même expérience sexuelle, les femmes peuvent subir différentes sortes de contrainte. Un cas de figure plusieurs fois rencontré dans les témoignages est celui où l’homme insiste longuement pour recevoir une fellation (insistance), puis, qui, par la suite, utilise sa force physique pour imposer une gorge profonde (force).

Les différents types de contrainte auxquelles sont exposées les femmes dans leur sexualité est quelques chose que j’analyse en détail dans le livre que je suis en train d’écrire sur la culture du viol.

Voici les contraintes que j’ai trouvées dans les 100 premiers témoignages :

La force.

Dans les témoignages, il a souvent été question d’immobiliser, ou de déplacer le corps ou une partie du corps pour forcer la partenaire à accomplir des actes sexuels, ou pour imposer la manière dont se déroule l’acte sexuel.

La surprise

Beaucoup d’hommes, dans les témoignages, accomplissent des actes sans demander à leur partenaire : ils le font, et puis c’est tout. Mises devant le fait accompli, les femmes n’osent parfois rien dire.

Longue insistance, négociation constante

Avec la surprise, l’insistance est un type de coercition très fréquemment cité dans les témoignages : « j’ai fini par accepté par lassitude », « il insiste, je craque », « nous avions fini par avoir un rapport sexuel après qu’il a insisté pendant très longtemps alors que je refusais au début », etc.

Culpabilisation

La culpabilisation a été parfois citée comme méthode pour contraindre le consentement : « Tu m’as allumée, et maintenant tu ne veux rien faire », « je t’ai fait un cunnilingus, maintenant tu dois me faire une fellation », etc.

Rapports de pouvoir inégaux

Dans les témoignages, j’ai noté des formes de contraintes très subtiles, presque invisibles, dues à des rapports de pouvoir inégaux.

Le premier cas de figure survient quand l’homme fait des demandes, voire accomplit des actes sans rien demander (contrainte par surprise), tandis que la femme n’ose même pas protester ou au moins, demander des éclaircissements sur la demande. Le rapport de pouvoir est donc inégal : on note un contraste saisissant, entre des hommes qui pensent qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent avec le corps de leur « partenaire » et des femmes qui ne se sentent pas légitimes à s’exprimer. Les femmes témoignent fréquemment d’une anxiété sociale (« je n’ai pas osé contester puisque je l’aimais », « j’ai eu peur de passer pour une rabat-joie », « je ne voulais pas donner une mauvaise impression », « j’ai pu accepter […] pour que l’homme avec qui je couchais ait une bonne image de moi », etc.). Une femme fait remarquer qu’il est difficile de mettre fin à une interaction sexuelle commencée, surtout si c’est elle qui l’a été initiée.

Dans le second cas de figure, qui recoupe en partie le premier, la femme pense qu’il est tout à fait normal d’être utilisée sexuellement par un homme pour lui faire plaisir, parce que c’est ce qu’on lui a enseigné (médias, proches,…). Elle ne conçoit même pas que sa sexualité puisse servir à lui procurer, à elle, du plaisir. Dans les témoignages que j’ai reçus, il s’agit souvent de jeunes filles ou jeunes femmes qui, en gagnant en âge, ont réalisé l’injustice de la situation et ont compris que leur sexualité n’est pas à mettre au service des hommes.

Dans ces deux cas de figure, l’homme n’a donc quasiment rien à faire pour imposer à sa « partenaire » ce qu’il veut. Précisons que selon moi, cela ne l’excuse absolument pas, car j’estime que chaque partenaire, et en particulier le partenaire en position de force, a pour responsabilité de veiller au consentement réel de son/sa partenaire.

De plus, dans nombre de témoignages, il apparait que quand une femme ne se sent pas en confiance pour dire « non » à un homme, très souvent l’homme a pu user précédemment de contraintes. Cela va d’ailleurs dans le sens d’une étude qui montre que quand, dans une relation conjugale, une femme a l’habitude d’accepter des actes sexuels non désirés en l’absence de contrainte directe de la part de son conjoint, celui-ci a généralement eu un comportement coercitif dans la passé pour la faire céder1.

Absence de contrainte

Tous les témoignages que j’ai reçus décrivent des expériences sexuelles comprenant au moins un acte sexuel non désiré. Néanmoins, à d’autres moments (généralement au début de l’expérience sexuelle), les femmes se sont parfois engagées volontairement, et sans contraintes, dans des interactions ou des actes sexuels. Le fait qu’il y ait pu avoir plusieurs niveaux de contraintes, et souvent du désir de la part des femmes, peut d’ailleurs générer chez elles une certaine confusion ou une certaine culpabilité (« Je me sens mal, mais en même, j’ai désiré coucher avec lui »).

Sur quoi les protagonistes n’étaient pas d’accord ?

Les protagonistes peuvent avoir un « désaccord » à différents niveaux de l’interaction sexuelle :

  • Désaccord dès le départ, sur le fait de partager, à ce moment-là, de la sexualité
  • Désaccord sur les actes sexuels en eux-mêmes ayant lieu dans cette interaction sexuelle : pénétration, sodomie, fellation…
  • Désaccord sur la façon dont se déroule l’acte sexuel
  • Désaccord sur les gestes non sexuels mais qui accompagnent les actes sexuels : insultes, crachat, gifles…

Je détaille ci-dessous les cas de figures rencontrés dans les réponses du questionnaire

Désaccord dès le départ, sur le fait de partager, à ce moment-là, de la sexualité

Dans la plupart des témoignages que j’ai reçus :

  • soit il y a un « accord » au départ sur le fait de partager de la sexualité à ce moment-là : la femme est excitée et enthousiaste à l’idée d’avoir une activité sexuelle avec l’homme dont il est question.
  • soit le « désaccord » est « résolu » grâce à des formes de contraintes relativement subtiles :
    • soit, de base, le rapport de pouvoir est trop inégal pour que la victime se sente en mesure de protester.
    • soit l’homme insiste au point de faire « craquer » la femme qui, lassée, cède pour avoir la paix.

Au départ, donc, dans la plupart des témoignages que j’ai reçus, soit il n’y a pas de coercition, soit le moyen de coercition employé est socialement considéré comme acceptable. En effet, peu de personnes considèrent qu’insister ou profiter d’un rapport de pouvoir inégal constituent réellement des formes de coercition sexuelle.

Dans la plupart des témoignages, le niveau de coercition et de violence augmente au cours de l’interaction sexuelle. Autrement dit, ces hommes violents déploient relativement progressivement leurs méthodes coercitives. Ils profitent d’avoir sous la main une femme tout à fait consentante, ou qui leur a cédé, pour commettre les actes non désirés. C’est pour cela que j’ai pensé au terme d’ « interactions sexuelles à coercition graduelle », même s’il est peut-être un peu trompeur : en effet, les agresseurs agissent étape après étape, mais le niveau de violence peut augmenter assez brutalement entre chaque étape.

Ce qui m’a marquée dans les témoignages, c’est que le déroulement de certaines interactions sexuelles tout à fait consenties et désirées au départ est très ressemblant à celui d’interactions qui sont, elles, coercitives dès le début. Un consentement très enthousiaste au départ ne signifie donc pas que l’interaction sexuelle sera exempte de violences par la suite.

Désaccord sur les actes sexuels en eux-mêmes (pénétration, sodomie, fellation,…).

Ici, les femmes racontent que l’interaction sexuelle a commencé (soit de manière consentie, soit à cause d’une forme de coercition socialement acceptable) et que soudain, le « partenaire » masculin leur impose un nouveau type d’acte sexuel qu’elles ne désirent pas.

Les cas de figures les plus courants que j’ai rencontrés dans les témoignages sont :

  • Sodomie ou tentative de sodomie, commise par la force, la surprise, ou à force de négociation : 27% des personnes témoignent spontanément en avoir été victime. Plusieurs femmes révèlent une même tactique : l’agresseur fait semblant de « se tromper » d’orifice lors d’un rapport vaginal en levrette.
  • Doigt dans l’anus (toujours commis par surprise dans les témoignages) : 13% des personnes disent avoir déjà subi cela. Quatre personnes ont précisé que c’est quelque chose qui leur est fréquemment arrivée.
  • Des fellations, imposées par l’insistance, la culpabilisation ou la force (mains sur la tête ou en tirant les cheveux) ou avec une combinaison de plusieurs de ces contraintes : 5% des personnes
  • Les autres exemples d’actes non consentis évoqués dans les témoignages sont des pénétrations vaginales par les doigts ou le pénis, un cunnilingus, un anulingus (pratiqué sur la victime) et un léchage des pieds suivi d’une masturbation contre lesdits pieds.

Rappelons que toute pénétration sexuelle commise par force, menace, surprise ou contrainte est un viol (et donc un crime) aux yeux de la loi française : les coïts (pénis dans le vagin), les sodomies, les doigts dans l’anus ou le vagin et les fellations constituent des viols sous ces conditions.

Désaccord sur la façon dont se déroule l’acte sexuel

Ici, les femmes ont, soit consenti, soit subi, l’acte sexuel en question. Le partenaire sexuel masculin prend ensuite le contrôle de l’acte sexuel, et leur impose :

  • Le moment où l’acte sexuel doit s’arrêter
  • Le rythme et la profondeur
  • L’endroit où il éjacule
  • La présence ou non d’un préservatif
  • Les positions

Dans les témoignages, il s’agit de

  • fellations:
    • L’homme peut éjaculer dans la bouche de sa partenaire (évoqué par 4% des personnes) ou sur son visage (évoqué par 2% des personnes) sans lui demander.
    • Il peut aussi prendre le contrôle avec ses mains, empêchant sa partenaire de se dégager et/ou imposant un rythme et une profondeur. L’utilisation des mains pour prendre le contrôle sur la fellation a été mentionnée par 34% des personnes.
    • Ces fellations « sous contrôle » prennent parfois une tournure extrêmement violente, avec des hommes qui forcent leur partenaire à accomplir une gorge profonde, l’empêchant de respirer et la faisant vomir. Quatre personnes sur 100 ont raconté avoir vomi ou avoir failli vomir après que leur partenaire les a obligées à accomplir une fellation profonde.
  • Pénétration vaginale ou anale par le pénis :
    • Plusieurs femmes racontent que lors d’une pénétration vaginale (7%) ou anale (1%), elles ont ressenti des douleurs et ont demandé à leur partenaire d’arrêter. Celui-ci a refusé alors même que la plupart du temps, les femmes racontent avoir pleuré.
    • Plus généralement, certaines femmes mentionnent que des hommes imposent un rythme et une profondeur à la pénétration vaginale, et refusent de changer leur manière de faire quand elles leur demandent de ralentir, ou d’aller moins loin.
    • D’autres parlent de l’imposition des positions(15%) : des hommes déplacent le corps de leur partenaire comme si c’était un objet, pour leur faire prendre la position qu’ils désirent, et/ou les immobilisent pour les empêcher de se dégager d’une position. Ils peuvent aussi simplement refuser de changer de position, en disant « non, moi j’aime ça » quand leur partenaire les informe qu’elle trouve la position inconfortable ou douloureuse.
    • 12% des témoignages racontent que des hommes ont enlevé en cachette leur préservatif (stealthing) ou ont insisté pour ne pas en mettre
    • Des hommes éjaculent à des endroits sur le corps (fesses ou intérieur du vagin) alors que des femmes ne le désirent pas. Pour l’intérieur du vagin, elles ont explicité leur refus. Pour les fesses, l’homme du témoignage n’avait pas prévenu sa partenaire.
  • Pénétration vaginale avec les doigts : une femme raconte qu’une pénétration vaginale avec les doigts s’est transformée, contre sa volonté, en fist (introduction de la main entière).

Désaccord sur des gestes non-sexuels qui entourent les actes sexuels

Enfin, la dernière catégorie de désaccord concerne des gestes non strictement sexuels, mais qui entourent, donnent une tonalité et influencent l’activité sexuelle. Généralement, ils sont simplement commis « par surprise » : le partenaire masculin les accomplit sans rien demander. Il s’agit généralement soit de gestes de violences physiques, soit des gestes considérés comme humiliants.

Dans les questionnaires, on retrouve :

  • Des claques sur les fesses (21%) ou ailleurs sur le corps ou sur le visage (7%)
  • Des cheveux tirés (17%)
  • Des étranglements commis en appuyant sur la gorge (13%)
  • Une immobilisation physique (12%)
  • Des insultes (« salope », « chienne », « pute »,…) ou des phrases humiliantes, voire menaçantes ou agressives (« Je les connais, les filles dans ton genre, je vais te le faire passer ton petit sourire de fierté ») (11%)
  • Des ordres : « suce », « retourne-toi », « mets-toi comme ça », etc.
  • Des crachats sur le corps ou dans la bouche (6%)
  • Des morsures (parfois jusqu’au sang) (3%)
  • Des mains sur la bouche pour empêcher sa « partenaire » de parler (3%)
  • Deux femmes racontent avoir été filmées ou photographiées par surprise pendant les activités sexuelles. Dans au moins l’un des cas, des photographies ont été partagées ; dans l’autre cas, il semblerait que non, suite aux menaces de la victime de porter plainte.

Rappelons que capter, enregistrer et partager des images, des vidéos ou des paroles à caractère sexuel d’une personne contre son consentement est condamné par la loi (article 226-2-1 du code pénal). Il en est de même pour les  faits de violences physiques et les injures.

Ces gestes ne sont pas anodins : une gifle, une fessée ou un étranglement constituent des gestes d’agression et de domination. Le crachat est, quant à lui, un signe de mépris. Enfin, immobiliser et bâillonner permettent de réduire une personne à l’impuissance. Certes, ces gestes peuvent être commis de manière assez légère, de sorte qu’ils ne génèrent pas de douleur physique. Néanmoins, la portée symbolique n’est pas effacée. Leur signification ne peut pas être ignorée, au prétexte qu’on se situe dans le cadre de la sexualité, et qu’on est donc en dehors des conventions « classiques ». Il me semble – et j’en suis encore plus certaine après la lecture des témoignages  – que l’idée selon laquelle la sexualité serait un « domaine sauvage », « à part », « en dehors de la vraie vie » sert souvent de prétexte aux hommes à commettre des agressions dans un contexte sexuel. N’importe quelle femme qui serait traitée de « salope », recevrait une gifle, un crachat, se ferait mordre, étrangler, ou tirer les cheveux dans la « vraie vie » serait considérée comme la victime d’une agression. Très peu d’hommes se permettraient de faire ça dans un contexte non sexuel. Pourquoi, une fois qu’une femme a choisi de coucher avec un homme, ces actes deviendraient-ils subitement normaux ?

Il est vrai que certaines femmes peuvent être excitées par ce genre de gestes de domination. Cela ne signifie pas que c’est le cas de toutes, et même parmi celles qui peuvent parfois les apprécier, cela n’a rien de systématique. Quelques répondantes ont ainsi signalé qu’elles pouvaient aimer ce type de gestes, s’ils sont effectués dans le cadre de « jeux sexuels » consentis. Cela ne les a pas empêché de se sentir humiliées quand ils ont été réalisés sans qu’on leur demande leur avis.

Là où l’on voit que la limite entre domination symbolique et agression réelle est fragile, c’est quand on constate que les mêmes gestes servent à commettre des violences de gravité diverse. On est donc face à un continuum. Pour revenir à l’exemple des mains derrière la tête pendant la fellation, elles peuvent appuyer plus ou moins fortement pour imposer un rythme, ce qui semble relativement acceptable aux yeux de beaucoup de monde si j’en crois les discussions que j’ai pu lire en ligne. Mais ces mêmes mains peuvent également servir à empêcher la partenaire à se dégager et/ou à lui imposer une gorge profonde (donc un étouffement, ce qui me semble être une violence gravissime). De la même façon, les hommes qui forcent les femmes à accomplir une fellation contre leur volonté (et donc les violent) agrippent la tête de leur victime de cette façon-là.

Idem, pour le tirage de cheveux. Des fois, c’est un tirage de cheveux « simple » qui est relaté dans les témoignages, mais c’est aussi une méthode pour commettre un viol. Certaines femmes racontent s’être vues imposer une fellation ou une sodomie de cette façon-là.

Plusieurs femmes témoignent aussi du fait qu’un homme les a étranglées en leur serrant la gorge. Dans la plupart des cas, le geste ne semble pas servir à directement imposer un acte sexuel non désiré. En particulier, une femme parle d’une « simulation d’étranglement » (la main était juste posée et n’a pas serré), donc d’une violence avant tout symbolique. Mais dans un autre témoignage, un homme étrangle sa victime dans l’objectif clair de la forcer à lui faire une fellation, et donc à la violer (heureusement, elle parvient à le repousser).

Enfin, l’immobilisation : plusieurs femmes racontent que leur « partenaire » les a, à un moment ou à un autre, empêchées de se mouvoir, ou de mouvoir une partie de leur corps. Dans la plupart des cas, il semble qu’il ne profite pas de l’immobilisation pour imposer ou maintenir un acte sexuel. Mais quelques fois, cette immobilisation peut servir à imposer une pénétration (vaginale ou anale) ou à empêcher la partenaire de se dégager.

Ainsi, les gestes décrits dans les témoignages sont très fréquemment les mêmes, que l’on soit dans une « violence symbolique » avec des gestes non douloureux ou dans la violence physique et/ou l’imposition d’actes sexuels (dont des viols).

Comment les victimes ont-elles vécu ces violences ?

Les violences rencontrées dans les questionnaires analysées sont très diverses et peuvent varier en degré de gravité. Néanmoins, l’immense majorité des expériences citées ont suscité des sentiments négatifs, y compris celles correspondant à des situations qui sont très souvent banalisées (comme les fessées, le tirage de cheveux, les mains sur la tête lors des fellations, etc.).

Une atmosphère étrange

Certaines femmes témoignent d’une « atmosphère étrange », d’une « ambiance diffuse » qui irradie toute l’interaction.

« L’ambiance est différente d’un rapport sain. Il n’y a pas la possibilité de dire non ou alors elle existe, mais l’autre n’en tient pas compte. Quelque chose s’installe, instinctif, non verbal, l’autre n’est plus du tout sur la longueur d’onde commune instaurée au début, il part dans ses fantasmes personnels. Il interdit à sa/son partenaire de l’y suivre et exige qu’iel s’y soumette. Tout ça se passe en silence, ça s’impose au fil du rapport. »

Certaines femmes notent également l’absence totale de « connexion » et de sensualité. Elles décrivent des gestes « automatiques », « mécaniques », « froids », sans chaleur et sans spontanéité. Une minorité de femmes font remarquer que leurs agresseurs refusaient les baisers et les caresses, ce qui peut contribuer à ce manque de connexion. D’autres, au contraire, mentionnent des caresses trop fortes.

Une objectification sexuelle

Beaucoup de femmes parlent d’humiliation, d’un sentiment de salissure, de souillure. D’autres évoquent un malaise, l’impression d’être interchangeable.  Beaucoup témoignent du fait qu’elles ont eu l’impression, non pas de participer à l’interaction sexuelle, mais d’être un objet à disposition de leur agresseur :

« Je n’étais plus une partenaire sexuelle mais un objet sexuel, une marionnette » (par une femme ayant subi trois expériences, dont deux concernant des viols et une, des insultes sexistes)

« J’ai eu l’impression d’être inerte, un objet inanimé » (une femme ayant subi plusieurs expériences, comprenant des fessées, des insultes et un déplacement de son corps par son « partenaire » comme si elle était une chose)

« J’avais l’impression d’être devenue une poupée gonflable et de ne plus vraiment participer au rapport » (suite à une expérience avec des mains sur la tête pendant la fellation et un tirage des cheveux)

 « Il décidait des changements de position seul sans jamais parler, ce qui me donnait carrément l’impression d’être ni plus ni moins qu’une poupée gonflable qui se faisait retourner dans tous les sens »

« Ma participation était annihilée au profit de quelque chose de désagréable pour moi et qui a fini par ressembler à de la masturbation, sauf que j’étais un objet qui subissait cette masturbation. » (mains sur la tête pendant la fellation)

« L’homme dans ce schéma se sert de sa-son partenaire, il a le contrôle dessus et se fiche de son ressenti » (sodomies et fellations non consenties)

Globalement, ces femmes expliquent qu’elles ont perdu tout contrôle sur le déroulement de l’interaction sexuelle et y dont perdu le statut de « participante »/ « partenaire ». En plus de cela, les hommes n’ont eu aucune considération pour elles, leurs besoins, leurs envies et leur plaisir. Cela les place effectivement en position d’objet, puisqu’elles ont été traitées par leurs agresseurs comme un simple corps à leur service.

Une dissociation

Le fait de n’avoir aucun contrôle sur l’interaction sexuelle peut donner l’impression de ne plus être présente :

« J’ai eu l’impression de ne plus être vraiment là. »

« La surprise et la douleur semblaient loin de moi. »

« J’ai eu l’impression que ça arrivait, mais pas à moi. »

« Pendant quelques minutes je n’étais plus là […]. J’étais totalement absente. »

Cela évoque des troubles dissociatifs, en particulier la dépersonnalisation et la déréalisation, qui correspondent à une sensation de détachement ou d’éloignement, à une impression d’irréalité. Quelques personnes ont écrit clairement qu’elles s’étaient senties dissociées.

Culpabilité

Beaucoup culpabilisent de ne pas avoir réagi plus rapidement ou plus fermement. Certaines se sont blâmées d’avoir désiré et/ou initié une activité sexuelle, en particulier quand cette sexualité sort de l’ordinaire et/ou de la conjugalité classique (« coups d’un soir », sodomie, etc.) : « tu l’as voulu, tu l’as eu ».

Dégoût ou peur de l’hétérosexualité

Quelques femmes disent qu’elles songent (ou ont songé) à éviter les activités sexuelles avec les hommes. Une femme précise qu’elle a arrêté les « coups d’un soir » à cause des trop nombreux « dérapages » rencontrés lors de ces interactions. D’autres disent avoir été dégoûtées du sexe.

Deux femmes ont précisé qu’il est impossible de savoir en avance comment se déroulera une interaction hétérosexuelle, puisque des hommes apparemment gentils et respectueux peuvent d’un coup changer une fois au lit. « Ce n’est pas écrit sur leur tête ». L’hétérosexualité leur semble être une loterie : on ne sait jamais sur quel type d’homme on tombe.

Autres réactions

Certaines ont aussi ressenti de la colère, d’autres de la peur.

Une femme déclare avoir développé un syndrome de stress post-traumatique après avoir subi plusieurs expériences sexuelles non consenties (elle était jeune et ne savait pas comment dire « non »).

Une seule personne, m’a dit que ce qu’elle avait subi n’était « pas trop grave ». Lors d’un rapport, on lui avait imposé une position qui ne lui convenait pas. Mais comme le reste du rapport lui a plu, ça ne l’a pas affectée plus que cela.

Une autre femme évoque un sentiment plus ambivalent, concernant notamment les interactions non-désirées et violentes au début : oui, elle a un ressenti négatif mais, ayant le sentiment que la brutalité d’un homme représente son niveau de désir, elle a aussi trouvé cela valorisant.

Des « dérapages », des « erreurs » ?

Sur les réseaux sociaux, plusieurs personnes m’ont mise en garde : attention à ne pas exagérer et à ne pas crier au viol pour rien. Une personne m’a ainsi dit qu’ « il est normal de tenter des choses », une autre que « ça fait partie du jeu sexuel », et enfin une autre a déclaré qu’il est « normal de tâtonner et de parfois se tromper ».

Je crois que si on est dans une démarche réellement éthique, on ne « tente » pas si l’on ne sait pas ce que l’en pense l’autre. « Tenter » revient à ne pas lui laisser le choix, à lui imposer un acte. Il est toujours possible de lui demander, ou au moins, de faire les choses très progressivement, afin de lui indiquer la direction où l’on souhaite aller, tout en lui laissant le choix de la suivre, cette direction. Il me semble que l’on peut considérer l’interaction sexuelle comme un processus continu, où chaque étape doit faire l’objet d’un véritable consentement de part et d’autre, et où chacun∙e est attentif/ve à l’autre.

Bien entendu, les malentendus sont toujours possibles, mais je pense que les personnes qui ont témoigné sont bien placées pour savoir si les actes qu’elles ont subis constituent de simples erreurs dans le cadre d’une interaction respectueuse, ou d’un acte de violence. Une personne explique que pour avoir vécu les deux cas de figure, la différence est nette : «  Il y a les fois où ça se passe bien, le partenaire fait un geste, mais on se sent assez en sécurité pour dire non, et le partenaire s’excuse ». De la même façon, quelques femmes ont ainsi raconté qu’après avoir protesté face à un acte non désiré, leur partenaire s’est immédiatement arrêté et n’a plus jamais recommencé. Les femmes dans ces situations n’en ont pas voulu à leur partenaire.

Si les véritables erreurs semblent rares dans les témoignages que j’ai analysées, en revanche, beaucoup d’hommes prennent ce prétexte pour commettre les agressions : ils font semblant de confondre l’anus avec le vagin, disent ne pas avoir réussi à se retenir d’éjaculer pendant une fellation, tablent sur le malentendu pour expliquer le doigt dans l’anus, prétendent avoir voulu caresser les cheveux, et non pas les tirer, etc. Beaucoup de femmes racontent les avoir d’abord crus, avant de constater que les « erreurs » et les « malentendus » se répétaient un peu trop souvent pour être crédibles.

Conclusion sur les interactions sexuelles à coercition graduelle

Ces témoignages relatent, pour la plupart, des expériences hétérosexuelles où la violence sexuelle est graduelle.  Ces expériences démarrent, soit avec un réel consentement/désir de la part de la femme, soit avec un « consentement » contraint par des formes de coercition sexuelle socialement acceptées.

Puis, progressivement, la femme perd de plus en plus le contrôle sur l’interaction : elle subit des gestes sexuels qu’elle ne désire pas (surtout des pénétrations anales, donc des viols, dans les témoignages), elle n’a pas le contrôle sur la façon dont se déroule ces actes sexuels (le rythme, la profondeur,…) et/ou subit des gestes non-sexuels (fessées, cheveux tirés, insultes…) qui constituent au mieux des agressions symboliques et verbales, au pire, des agressions physiques.

Pour l’agresseur, agresser de manière graduelle est assez avantageux. D’abord, parce que les expériences sexuelles sont souvent conçues de manière binaire : soit elles seraient totalement consenties de bout en bout, soit elles ne le seraient pas du tout. Beaucoup d’interactions sexuelles à coercition graduelle ne rentrent pas dans ce cadre, puisqu’il peut y avoir, à certains moments, du désir de la part de la femme, en général au début. Ainsi, il y a de grandes chances que les interactions sexuelles à coercition graduelle ne soient pas perçues comme étant réellement des violences ; au pire, ce serait du sexe « pas cool ». Pour un homme qui agresse de cette façon-là, il sera facile de se convaincre, et de convaincre les autres, qu’il n’est pas un agresseur sexuel, puisque, après tout, « la fille était d’accord au début ».

L’idée que la sexualité serait « un domaine à part » où tout est permis me semble être aussi une idée qui revient à banaliser la violence sexuelle graduelle. J’ai lu nombre d’articles rédigés par des « pick-up artists » qui, tous, donnent les mêmes conseils pour « bien baiser » : soyez dominant, donnez des ordres, prenez le contrôle, agrippez-la fermement, etc. Les pick-up artists justifient ces conseils de deux façons : 1) les femmes aiment forcément ça, 2) le sexe ne fait pas partie de la vie réelle, vous pouvez donc dominer au lit sans scrupules. J’ai par exemple lu, à propos des insultes et des actes de domination de manière générale, que « dans un contexte social, on ne doit jamais parler à une femme de cette manière, mais rappelez-vous, pendant un acte sexuel, les règles du jeu changent totalement. Ce qui est impensable dans la vie quotidienne devient faisable dans des moments torrides ». Des actes de violences symboliques, verbales ou physiques deviendraient subitement appréciables dans un contexte sexuel.

Parallèlement, l’agresseur peut tabler sur la stigmatisation de la sexualité féminine, en particulier dans un cadre extra-conjugal : une femme qui exprime son désir sexuel envers un homme ne peut pas venir se plaindre si, par la suite, elle subit des violences sexuelles de la part de celui-ci. Il y a l’idée qu’il est totalement illusoire pour une femme d’avoir une sexualité qui sorte beaucoup des normes conjugales classiques (sexualité avec beaucoup d’hommes et/ou qu’elle connait peu et/ou sans sentiments, etc.) et d’exiger d’être respectée dans le cadre sexuel. Je crois que cela a un lien avec l’idée selon laquelle les femmes seraient naturellement masochistes : si elles aiment le sexe, c’est qu’elles aiment la violence, car pour elles, c’est la même chose. CQFD.

Enfin, notons que le contexte sexuel, par ses caractéristiques, renforce les rapports de pouvoir. Premièrement, une femme nue et seule avec un homme agressif est d’emblée dans une situation de plus grande vulnérabilité : il est plus difficile de fuir, l’agresseur n’a pas besoin d’enlever les vêtements pour agresser sexuellement/violer, et il n’y a généralement pas d’autres témoins. Il est aussi plus difficile de stopper une interaction sexuelle déjà commencée, à cause de la norme selon laquelle une interaction sexuelle est consentie une fois pour toute. Les interactions sexuelles sont aussi des occasions où on considère que tout doit se faire sans parler (parler serait anti-sexe) : il est donc particulièrement difficile d’exprimer clairement ses craintes et ses refus.

La problématique des interactions sexuelles à coercition graduelle montrent que le consentement est une notion complexe. D’abord, parce que les contraintes rencontrées par les femmes dans leur sexualité sont souvent invisibles, résultant de rapports de pouvoir inégalitaires. Ainsi, les agresseurs n’ont souvent pas besoin d’exercer directement une contrainte pour imposer des actes sexuels non désirés : ils peuvent simplement profiter de leur pouvoir. Deuxièmement, parce qu’une interaction sexuelle est un processus, qui comprend plusieurs étapes : le consentement doit donc, lui aussi, être continu et progressif. Enfin, parce que les mêmes actes sexuels peuvent être réalisés de différentes façons : avec ou sans préservatif, en imposant un rythme ou une profondeur, ou non, en présence, ou non, d’actes de domination, etc. La nature d’un même acte sexuel peut être radicalement différente en fonction de la façon dont il est accompli. Le consentement doit donc aussi concerner ce point-là.

Dit de façon plus simple, chaque partenaire devrait, à chaque moment, avoir le contrôle sur tous les aspects de l’interaction sexuelle.

Bibliographie

  1. Katz J., Tirone V. Going Along With It: Sexually Coercive Partner Behavior Predicts Dating Women’s Compliance With Unwanted Sex. Violence Against Women 2010;16(7):730–42. Doi: 10.1177/1077801210374867.
Publicités

20 réflexions sur “Retour sur le questionnaire et les témoignages : l’identification de violences sexuelles encore mal connues, les interactions sexuelles à coercition graduelle

  1. Merci pour cet article très intéressant. L’histoire que tu décrit au début je l’ai vécu, mais il me semblait tellement banal quasi normale… En plusieurs d’années de célibat j’ai vécu des histoires bien pires que cela… IL est très triste que ce type d’histoire est quasi banal et devient quasi la « normalité » des interactions homme-femme… Enfin, je ‘t’invite sur mon blog car j’écris des billets également, sur la relation homme-femme au delà du contexte de la sexualité… Car selon moi les codes sont à redéfinir totalement!
    http://icimamasolo.over-blog.com/2017/10/des-rapport-hommes-femmes-un-code-de-societe-a-revoir.html

    • Merci Eva Sophie pour ton commentaire.
      L’hétérosexualité « normale » est effectivement tellement emplie de contraintes, de violences, que cela semble normal.
      Merci pour ton lien, j’irai jeter un œil.

  2. Merci beaucoup. Cet article est dur à lire, psychologiquement, mais en même temps il m’a fait beaucoup de bien. Je n’arrive plus à savoir si j’avais participé à l’enquête, mais je me retrouve dans certains témoignages, et ta façon de les analyser est rassurante, bénéfique : non, ces comportements ne sont pas acceptables, et le voir écrit avec une telle clarté me donne de l’espoir.

    • Merci Dyna Rose pour ton commentaire.
      Oui, effectivement, c’est dur à lire, et je pense que ça a dû être très dur aussi pour les personnes qui ont raconté, car ça a dû faire remonter plein de choses. Moi aussi, ça me donne de l’espoir, car nommer et décrire les violences est la première étape pour les combattre.

  3. C’est dingue comme on peut s’identifier à tous les témoignages ! C’est à la fois rassurant (je ne suis pas la seule à avoir vécu & ressenti ça) et terrifiant. Merci pour ce travail de recueil et d’analyse, très clair comme toujours, hâte de lire la suite et d’en parler mieux autour de moi !

    • Bonjour June,
      Oui, cela n’arrive pas que dans l’hétérosexualité. Une femme a ainsi témoigné avoir été agressée par une autre femme,. Néanmoins, les rapports de pouvoir entre hommes et femmes et le modèle de sexualité qu’on promeut (homme dominant, femme dominée) font, qu’à mon avis, ça concerne plus particulièrement les interactions hétérosexuelles.

  4. Bravo pour ce travail complexe mais tellement nécessaire!
    En découvrant votre travail, je me suis rendue compte que j’avais vécu des situations similaires sans jamais pouvoir mettre un nom dessus. Et wouaw, qu’est ce que ça soulage de savoir qu’on est pas seule!
    Je voulais ajouter que le fait que la fille/femme soit plus jeune/ moins expérimentée permet une sorte d’autorité supplémentaire de l’homme car elle est dans ce cas plus intimidée, naïve, influençable, etc…

    • Merci Melie-Melo pour votre commentaire !
      Oui, je pense que le différentiel d’âge et d’expérience est un important facteur de violences sexuelles : une jeune fille/femme qui couche avec un homme plus expérimenté se dit probablement que c’est à lui de « mener la danse » car il s’y connait mieux… C’est une situation propice pour commettre des violences sexuelles.


  5. https://polldaddy.com/js/rating/rating.js
    https://polldaddy.com/js/rating/rating.jshttps://polldaddy.com/js/rating/rating.jsBonjour, article recherché et bien écrit, assez objectif. Sans vouloir me faire l’avocat du diable, il me semble que ce qui est ici décrit est inhérent aux situations décrites. Coucher avec une personne sans la connaitre entraine une part de risque, c’est un fait. Je fais un parallèle, en tant qu’homme, je ne suis pas très à l’aise à l’idée de faire de la boxe avec un inconnu. J’ignore comment il va réagir, son caractère, ses limites, ce qu’il considère comme acceptable…

    Bref, ne pas coucher avec des connards finis permettrait d’éviter bien des soucis. Punir légalement l’anulingus effectué après avoir insisté ou sans avoir prévenu sa/son partenaire, je n’y crois guère. Une relation sexuelle n’est pas toujours filmée et régie par un contrat écrit. Comment les repérer? Dur à dire, il y en a tellement…

    Bien cordialement,


    • https://polldaddy.com/js/rating/rating.js
      https://polldaddy.com/js/rating/rating.jsBonjour,
      Bonjour Twinky,

      Avez-vous lu l’article dans son ensemble ? Car il n’est pas seulement question d’inconnus. Nombre de femmes relatent des violences qui ont été commises au sein d’une interaction sexuelle avec un conjoint.

      Ensuite, il vous semble normal de dire qu’une femme prend un risque en couchant avec un homme inconnu. J’espère que vous êtes cohérent, alors, et que vous ne reprochez pas aux féministes d’être misandres, puisque vous tenez un discours en mode : « les hommes sont dangereux, les femmes sont naïves de coucher avec eux sans prendre plus de précautions ». Vous semblez suggérer que les femmes devraient craindre les hommes et leur violence.

  6. Bonjour,
    Merci beaucoup pour cette excellente synthèse : ce sujet est rarement abordé de front même si notre travail sur le consentement comme processus continu le présuppose en creux.
    Je m’interrogeais sur un aspect que vous n’abordez que très brièvement (mais qui est présent en permanence dans votre souci d’alterner le vocabulaire parfois euphémisant utilisé par les personnes pour décrire leur expérience et des rappels sur leur qualification en fonction d’une définition légale ou féministe de l’agression sexuelle et du viol) : avez-vous des conclusions sur les liens entre la gradualité de la coercition et la capacité / volonté ou au contraire l’incapacité ou le refus des femmes de qualifier subjectivement les pratiques subies d’agressions sexuelles ou de viols ?


    • https://polldaddy.com/js/rating/rating.js
      https://polldaddy.com/js/rating/rating.jsBonjour et Anne, merci du commentaire et désolée pour ma réponse tardive.

      Je n’ai pas trop examiné ça… Je n’ai pas remarqué spécialement de lien entre les caractéristiques de la violence et le vocabulaire employé/les qualificatifs utilisés, mais comme ce n’est pas quelque chose à laquelle j’ai fait particulièrement attention, il est probable que j’ai loupé quelque chose.; C’est effectivement quelque chose d’intéressant que je vais regarder ultérieurement.

      J’ai néanmoins le souvenir d’une personne qui a subi clairement un viol par sodomie et qui écrivait « je ne sais pas si c’est un viol ».

      Mon hypothèse est peut être que la reconnaisse de la violence est plus difficile dans une relation conjugale que dans un cadre extra-conjugal.

      Je sais qu’il existe des études qui examinent les critères qui font qu’une victime va qualifier le viol qu’elle a subi de « viol ». Sans surprise, les viols commis par des conjoints, sans usage de violences physiques, sont moins reconnus comme tels, que ceux commis par un inconnu, à l’étude de l’usage de la force.
      Il est possible qu’on retrouve le même phénomène dans les témoignages que j’ai récoltés.

  7. Pingback: C’est le 1er novembre, je balance tout ! – Des livres et les mots

  8. Bonjour, vous avez simplement mis en évidence dans votre article ce qu’on appelle l’incompatibilité sexuelle. Lorsque le ou la partenaire impose une pratique qui déplait à son vis à vis ce n’est effectivement pas normal, en revanche il est normal que parfois les pratiques sexuelles d’un des partenaires ne soient pas compatibles avec son vis à vis (et dans ces cas là il n’y a rien d’autre à faire que de se séparer, comme dans le premier témoignage, l’homme et la femme avaient simplement des visions différentes de l’acte).

    Mais cela peut aussi arriver à l’homme dans le cadre d’une relation hétérosexuelle : parfois la demoiselle a des attentes incompatibles avec ce qui lui plait. Et en général il est impossible de déterminer ces choses là avant l’acte (et donc effectivement il n’est pas aberrant de parler de « loterie », puisque c’est exactement ça).

    • Bonjour,

      Les doigts dans l’anus par surprise, c’est de « l’incompatibilité sexuelle » ? La sodomie « surprise » ou forcée, aussi ? Rentrer brutalement son pénis dans la gorge de sa « partenaire » pour la faire vomir aussi ?

      Questions théoriques, évidemment.

      J’ai validé votre commentaire, mais je le trouve vraiment déplacé.

    • http://i0.poll.fm/js/rating/rating.jsNelisse, oui pour la compatibilité sexuelle mais dans le respect.
      Si une personne impose à son partenaire par la surprise ou malgré la protestation de l’autre des actes, cela ‘est pas la manque de compatibilité mais de l’agression sexuelle ou de viol…
      C’est pourquoi: le respect et la communication est importante dans une relation. Il est important que vous ayez le CONSENTEMENT de chaque étape de la relation… En manque de ce consentement, cela s’appelle une agression sexuelle ou VIOL.

  9. Merci beaucoup pour cet article!

    Je trouve la comparaison avec la violence physique très intéressante.
    Je me reconnais particulièrement dans les témoignages de pénétration vaginale douloureuse consentie au départ, et je me souviens avoir souvent pleuré après ces rapports. Mon partenaire de l’époque m’avait dit que je pleurais sans doute parce que j’étais « stressée » à cause de mes études… Et je l’avais cru ; pourtant, si on m’avait frappée pendant 5/10 minutes non-stop et que j’avais pleuré après, jamais je n’aurais douté de la véritable cause de mes pleurs…

    J’entends parfois certaines féministes dire que les viols n’ont « rien à voir avec le sexe » pour expliquer que très souvent le but principal des violeurs n’est pas le plaisir sexuel (ce que je ne conteste pas) ; mais il faudrait sans doute adapter l’expression pour prendre en compte le fait que même le sexe «  »lambda » (au moins dans les relations hétérosexuelles) est empreint de violences.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s