L’objectivation sexuelle des femmes : un puissant outil du patriarcat – les violences sexuelles graves et la dissociation

Partie 3 : les violences sexuelles, des actes d’objectivation extrêmes et dissociant

Avertissement : cet article parle de violences sexuelles, mais aussi de troubles dissociatifs et de syndrome de stress post-traumatique, et peut donc être difficile pour certaines personnes.

Partie 1 : définition et concept-clés
Partie 2 : le regard masculin ou male gaze

« Arrête de faire semblant d'être un être humain ». Parole d'un violeur à sa victime, tiré du projet Unbreakable

« Arrête de faire semblant d’être un être humain »
Parole d’un violeur à sa victime, tiré du projet Unbreakable

Sommaire

  1. Introduction
  2. Auto-objectivation et trouble de l’image corporelle
  3. Le corps comme ennemi : la réponse sexuelle pendant une agression
  4. Les troubles dissociatifs
    1. Définition
    2. Lien avec les violences sexuelles dans l’enfance
  5. Dissociation et traumatisme
    1. Syndrome de stress post-traumatique (SSPT) dissociatif
    2. Dissociation péritraumatique
  6. Conséquences de la dissociation
    1. Toxicomanie et alcoolisme
    2. Automutilations
    3. Prise de risque sexuelle et revictimisation
    4. Troubles alimentaires et obésité
    5. « Troubles » sexuels
    6. Autres troubles
  7. Le cas de la prostitution
    1. Le lien avec l’inceste et les violences sexuelles
    2. Au cœur de la prostitution : la dissociation
      1. Une méthode de déconnexion « apprise » lors de violences antérieures
      2. Les techniques de mise à distance
      3. Conclusion : une objectivation sexuelle et la vente d’un corps vide
    3. Les troubles liés aux violences sexuelles présents chez les personnes prostituées
  8. Conclusion finale : retour sur la théorie de l’objectivation sexuelle

 

 Glossaire

  • Alexithymie : incapacité à reconnaître ses émotions et à les exprimer1
  • Honte corporelle (body shame) : le fait de croire que les autres vont déprécier notre corps à cause de son éloignement des standards de beauté.
  • Interoception : capacité à reconnaître les états internes de son corps (faim, battements du cœur, besoin d’aller aux toilettes…)
  • Médiateur : variable intermédiaire entre une variable observée, à expliquer (ex : une maladie mentale) et une variable explicative (ex : des violences dans l’enfance). S’il y a médiation, cela signifie que la variable explicative  influence une variable médiatrice, qui a son tour influence la variable observée.
  • Syndrome de stress post-traumatique (SSPT) : ensemble des symptômes survenant après un traumatisme : cauchemar, évitement, flash-black, et parfois, dissociation.
  • Syndrome du côlon irritable : trouble digestif se manifestant par des douleurs abdominales, des constipations et des diarrhées. Il est dû à des modifications dans la motricité et la sensibilité de l’intestin.
  • Vaginisme : contraction involontaire des muscles du plancher pelvien entourant l’ouverture du vagin, empêchant la pénétration avec un pénis, un doigt, un spéculum ou même un tampon.

 

1.     Introduction

Dans l’énoncé initial de la théorie de l’objectivation3, Fredrickson et Roberts reprenaient la définition de Sandra Bartky4 :

L’objectivation sexuelle survient à chaque fois que le corps d’une femme, les parties de son corps, ou ses fonctions sexuelles, sont séparées de sa personne, réduit à l’état de simples instruments, ou considérés comme s’ils pouvaient la représenter. En d’autres termes, quand les femmes sont objectivées, elles sont traitées comme des corps – et en particulier, comme des corps qui existent pour l’utilisation et le plaisir des autres

Dans leur article fondateur, Fredrickson et Roberts mentionnent surtout le male gaze – le regard masculin objectivant – et le harcèlement sexuel, traités en partie 2. Mais l’objectivation sexuelle peut se manifester de manière encore plus violente et brutale, via des agressions sexuelles ou des viols. Lors d’un viol ou d’une agression sexuelle, la victime est traitée comme d’un objet dont l’agresseur se sert pour sa propre gratification sexuelle, sans jamais tenir compte des désirs et des besoins de sa victime. L’agresseur se rend donc propriétaire du corps de sa victime. C’est cette forme d’objectivation extrême dont nous aller traiter dans cet article.

Graphique

Nous nous situons toujours à la première étape : les expériences d’objectivation sexuelle, qui se produisent quand autrui nous traite comme un objet sexuel. Nous parlerons aussi beaucoup des conséquences pour la santé mentale des violences sexuelles. Entre le regard concupiscent et le viol, il s’agit plus d’une différence de degré que de nature. Comme le dit Sabine Lambert dans le texte Bienvenue chez les « pas nous, pas nous »5 :

« [E]ntre s’approprier verbalement le corps d’autrui, en se permettant par exemple de jauger de la fermeté des fesses, ou en y mettant une main pour s’assurer de son jugement et en laissant cette main malgré les protestations d’une femme, il n’y a pas de fossé, mais une continuité. »

degré

2.     Auto-objectivation et trouble de l’image corporelle

L’auto-objectivation désigne le fait, notamment chez les femmes, d’adopter un regard extérieur sur son corps, et de le traiter comme un objet décoratif ou sexuel, plutôt que de le considérer comme étant un moyen de ressentir des sensations corporelles. Selon les psychologues spécialistes de l’objectivation sexuelle, les actes de violences sexuelles induiraient une auto-objectivation6, c’est-à-dire que les victimes d’agressions sexuelles auraient plus tendance à se percevoir elles-mêmes comme des objets sexuels. Cependant, alors que l’auto-objectivation a été très étudiée, très peu de travaux ont tenté de déterminer la prévalence de l’auto-objectivation chez les victimes de violences sexuelles les plus graves, notamment de viol. En revanche, de nombreuses études ont pu associer le fait d’être victime de harcèlement sexuel et le fait d’être sujette à l’auto-objectivation (voir la partie précédente).

Seules deux d’études ont tenté d’identifier un lien entre violences sexuelles et auto-objectivation. L’une datant de 20087, n’a pas permis de valider l’hypothèse selon laquelle les expériences d’agressions sexuelles augmentent l’auto-objectivation chez les victimes.  Cependant cela pourrait être dû à des problèmes dans le questionnaire8. L’autre étude constitue une thèse de doctorat8, soutenue en 2012, et porte plus spécifiquement sur les conséquences des actes de pédocriminalité : l’autrice a pu démontrer que les agressions sexuelles dans l’enfance induisaient une auto-objectivation. Précisons au passage que les violences sexuelles sur les enfants, tout comme celles sur les adultes, sont des violences sexuées : la plupart des victimes sont des filles. Une méta-analyse récente9, établit que,  entre 8 à 31% des filles auraient été victimes de violence sexuelles contre 3 à  17% des garçons. De plus, environ 9% des filles auraient subi une pénétration contre 3% des garçons.

maillot

Les adolescent⋅e⋅s victimes d’agressions sexuelles se perçoivent comme plus gros⋅ses qu’iels ne le sont en réalité

Si les études sur la prévalence de l’auto-objectivation parmi les victimes d’agressions sexuelles sont rares, il en va différemment pour les troubles de l’image corporelle, notamment en lien avec les troubles des conduites alimentaires. Il a été démontré que les violences sexuelles, notamment celles survenues dans l’enfance10–13, entraînaient un sentiment de honte de son corps*14–16. Une étude suggère que les adolescent⋅e⋅s ayant été victimes d’agressions sexuelles dans l’adolescence ont plus de chance de se percevoir comme plus gros⋅ses qu’iels ne le sont en réalité 12.

Cette honte corporelle servirait de médiateur* entre les agressions sexuelles dans l’enfance, et la dépression10 ainsi que la boulimie11.

Ces résultats indiquent que les femmes qui ont vécu des violences sexuelles ont plus honte de leur corps et sont plus anxieuse de leur apparence, que les femmes non victimes. Or l’auto-objectivation induit une honte du corps et une anxiété quant à l’apparence, qui eux-mêmes peuvent induire des troubles des conduites alimentaires17–20, la dépression21, une réduction de l’estime de soi et du bien-être22, et enfin des troubles sexuels23,24. Il est possible que l’auto-objectivation soit le phénomène qui fasse le lien entre violences sexuelles et cette honte du corps.

3.     Le corps comme ennemi : la réponse sexuelle pendant une agression

Lors de violences sexuelles, il peut arriver que des victimes ressentent une excitation sexuelle physiologique, voire un orgasme. Cela ne signifie nullement qu’elles aiment cela : il s’agit d’une réponse purement mécanique à une stimulation. Les thérapeutes comparent parfois cela aux chatouillements : ces derniers induisent quasiment toujours un rire, même si l’expérience est désagréable. L’excitation physiologique (flux de sang vers les organes génitaux, lubrification…) peut être indépendante de l’excitation psychologique : des études ont montré que des femmes exposées à des vidéos sexuellement explicites montrent toujours des signes d’excitation physiologique même si elles n’ont pas ressenti d’excitation psychologique25. De la même manière, des hommes peuvent expérimenter une érection sans pour autant être excités psychologiquement26.

Selon une étude, environ 20% des femmes victimes d’agression sexuelle auraient vécu une réponse sexuelle physiologique et/ou une lubrification lors de l’agression26. Le chiffre de 4-5% est avancé – aussi bien par une étude scientifique que par une soignante26 – comme estimation du pourcentage de femmes victimes qui aurait connu un orgasme pendant une agression sexuelle. Mais ce chiffre est probablement sous-estimé à cause de la honte ressentie par les victimes, qui n’osent pas révéler ce qu’elles ont vécu. Notons que les hommes agressés sexuellement peuvent également présenter une réponse sexuelle. Une étude qualitative portant sur des hommes victimes de violences sexuelles de la part de femmes montre que ceux-ci ont pu avoir une érection et même éjaculer27.

Quelques études suggèrent que l’anxiété et la peur puissent même augmenter l’excitation sexuelle physiologique. Chez les femmes, être exposée à des vidéos, conçues pour provoquer à la fois de l’anxiété et de l’excitation sexuelles, accroît l’excitation sexuelle physiologique, mais réduit l’excitation psychologique28,29. Mais ce phénomène a pu être aussi observé chez des hommes ou des garçons. En effet, chez les garçons pré-adolescents, de nombreux stimuli non sexuels peuvent provoquer une érection : la colère, la peur, une punition, un accident, etc.30 Des études montrent que, bien que l’anxiété diminue l’excitation psychologique31 des hommes, elle ne provoque pas de diminution de l’érection31 ; elle pourrait même la favoriser32. Cela indique que la séparation entre excitation psychologique et excitation physique existe aussi bien chez les hommes que chez les femmes.

Le lien entre anxiété et excitation sexuelle physiologique pourrait s’expliquer simplement par le fait qu’en cas de peur, le système nerveux orthosympathique libère de la noradrénaline dans le sang. Ce neurotransmetteur permettait un plus grand afflux de sang vers les organes génitaux, du moins chez les femmes33–35. Notons cependant que l’activation du système nerveux orthosympathique n’induit pas d’excitation psychologique33. Chez les hommes, la noradrénaline est plutôt connue pour inhiber l’érection36 : le lien entre anxiété et érection est donc plus difficile à expliquer.

Alors qu’avoir un orgasme pendant un viol est tout simplement une conséquence physiologique, cela fait dire à certains misogynes « Ben ça prouve bien qu’elles aiment ça, les femmes, au final ». Cela confirme, à leurs yeux, que les femmes, par nature, aiment qu’on les violente, et donc sont naturellement inférieures aux hommes, bien que ces derniers puissent aussi avoir des orgasmes pendant un viol ou une agression sexuelle.

Dans la série Game of Thrones, Jaime viole sa sœur Cersei. Le réalisateur Alex Graves a déclaré à propos de cette scène : “A la fin, ça devient consenti car tout ce qui les concerne débouche sur un truc bandant, particulièrement quand il s’agit d’une lutte de pouvoir. (…) C’est une de mes scènes préférées.” Pour une victime, ressentir du plaisir physique est vécu comme l’humiliation

Dans la série Game of Thrones, Jaime viole sa sœur Cersei. Le réalisateur Alex Graves a déclaré à propos de cette scène : “A la fin, ça devient consenti car tout ce qui les concerne débouche sur un truc bandant”

Les violeurs vivent l’orgasme de leur victime comme une victoire, car ils considèrent – à tort – que la victime a fini par complètement céder à sa dignité, en finissant par apprécier son humiliation. Selon un chercheur ayant interviewé des hommes victimes de viol, il semblerait que les violeurs d’hommes ou de garçons chercheraient à faire éjaculer leur victime, car cela symboliserait pour eux le contrôle total qu’ils exercent sur le corps de leur victime37 : il en va sans doute de même pour les violeurs de femmes38. Fréquemment, des violeurs demandent à leur victime si elle apprécie la situation38. Cela leur permet de se déculpabiliser : « Elle a fini par aimer ! ». Par ailleurs, il s’agit d’un script classique de la pornographie et de la culture populaire : une femme violée résiste au début, puis finit par ressentir du plaisir et par aimer ce qui lui arrive. Ce script réaffirme l’infériorité des femmes qui se complairaient dans leur subordination sexuelle.

Pour une victime, ressentir du plaisir physique est vécu comme l’humiliation suprême, car le plaisir sexuel et l’orgasme sont perçus dans notre société comme toujours positifs. Les victimes ont la sensation d’avoir, malgré elles, acquiescé à l’agression. Un sentiment d’incompréhension et de culpabilité peut en résulter. Certaines victimes se sentent littéralement trahies par leur corps :

Ce n’est que des années plus tard que j’ai réalisé que je croyais que mon corps m’avait trahie, en ayant ressenti du plaisir quand mes frères me violaient. C’est pourquoi je haïssais mon corps, et s’il faisait quelque chose que je ne voulais pas qu’il fasse, je me contentais de l’ignorer… Et j’ai fait ça au point d’avoir des lésions nerveuses au niveau des jambes, et une hernie discale. 40

Dans son livre Le berceau des dominations41, Dorothée Dussy, anthropologue et victime d’inceste, évoque « l’enfer du plaisir » que vivent certain⋅e⋅s incesté⋅e⋅s. Elle explique que la culpabilité des victimes participe activement au maintien du silence autour de l’inceste. Par ailleurs, ce « plaisir » peut agir comme une drogue sur les victimes, qui « en manque,  [vont] chercher [leur] dose sans qu’on [les] y force ». Cela fait évidemment déculpabiliser les agresseurs qui disent que leur victime était « demandeuse ». Dorothée Dussy raconte comment la culpabilité née du plaisir peut « écrabouiller » durablement – voire définitivement en l’absence d’une thérapie réussie- les victimes d’inceste.

Le fait de se sentir ainsi trahi⋅e par son corps, peut contribuer à le haïr et à vouloir s’en dissocier.

4.     Les troubles dissociatifs : définition et lien avec  violences sexuelles

4.1.           Définition

Les troubles dissociatifs se divisent en deux catégories :

  • Les troubles dissociatifs psychoformes correspondent à une dissociation des fonctions mentales. Ils impliquent des disfonctionnements de la mémoire, de la conscience, de l’identité ou de la perception.
  • Les troubles dissociatifs somatoformes42 correspondent à une dissociation des fonctions corporelles. Ils impliquent des perturbations des sensations et des fonctions motrices.

D’un point de vue neurologique, les troubles dissociatifs pourraient être expliqué par une altération du système hypothalamo-pituito-surrénal*, impliqué dans la  production de cortisol*43–47.

D’autres troubles sont souvent liés à la dissociation, notamment l’alexithymie48–50 et surtout le syndrome de stress post-traumatique (SSPT). ’alexithymie désigne l’incapacité à reconnaître ses émotions et à les exprimer1. Le SSPT comprend l’ensemble des symptômes survenant après un traumatisme : cauchemar, évitement, flash-black, et parfois, dissociation. Le lien entre dissociation et traumatisme sera explicité ci-dessous.

Les troubles dissociatifs résultent dans la majorité des cas d’un traumatisme psychologique, notamment de violences sexuelles (voir ci-dessous). Pendant ou juste après un événement traumatisant,  une personne peut se dissocier (dissociation péritraumatique), ce qui serait un moyen de surmonter le stress et la douleur provoqués par le danger. Si cet état de dissociation se maintient longtemps après le traumatisme, c’est là qu’on peut parler de troubles dissociatifs. Néanmoins, si beaucoup d’auteurs et d’autrices ont supposé que la dissociation est un moyen de défense face au danger, permettant d’éviter de subir une douleur ou un stress trop important48,51, d’autres ont proposé une autre théorie. Par exemple, la psychologue Jennifer Freyd52 a suggéré que la dissociation puisse être un mécanisme permettant à la victime de rester attachée de manière affective à son agresseur, quand elle n’a pas la possibilité de le fuir. L’exemple le plus évident est les cas d’inceste : un⋅e enfant agressé⋅e sexuellement par l’un de ses parents n’a pas d’autres choix que de rester à son contact. Oublier les violences ou être dans le brouillard quant aux agressions lui permet ainsi de pouvoir continuer à aimer son agresseur malgré tout. Pour appuyer son argument, Frey indique que les situations qui menacent immédiatement la vie des victimes (accidents, catastrophe naturelles, etc.) et qui provoquent une peur intense, induisent un sentiment d’anxiété, beaucoup de stress et de l’hypervigilance (le fait d’être toujours à l’affût du danger) ; à l’inverse, les événements comprenant une trahison (comme le parent qui trahit son enfant en le violant) conduisent à l’amnésie, à la dissociation et au fait de sentir comme dans un brouillard. Nous verrons plus tard qu’il existe bien deux types de syndrome de stress post-traumatique (le trouble psychologique induit par des événements traumatisants) correspondant à ces deux types de situations.

Les deux dimensions possibles d’un traumatisme. Selon la psychologue Jennifer Freyd, ce serait l’aspect « trahison » qui induirait les troubles dissociatifs. Adapté de Zurbriggen EL, Freyd JJ. The link between child sexual abuse and risky sexual behavior: The role of dissociative tendencies, information-processing effects, and consensual sex decision mechanisms.

Les deux dimensions possibles d’un traumatisme. Selon la psychologue Jennifer Freyd, ce serait l’aspect « trahison » qui induirait les troubles dissociatifs. Adapté de Zurbriggen EL, Freyd JJ. The link between child sexual abuse and risky sexual behavior: The role of dissociative tendencies, information-processing effects, and consensual sex decision mechanisms.

Les troubles dissociatifs psychoformes

Sorti en novembre 2013, le DSM-553, manuel de référence en psychiatrie, répertorie sous l’intitulé « troubles dissociatifs »  plusieurs troubles dissociatifs psychoformes :

  • Trouble dissociatif de l’identité : alternance de deux ou plusieurs états de personnalité distincts et discontinus, avec perte de mémoire allant au-delà de l’oublie habituel. Il s’agit des fameuses « personnalités multiples », parfois confondues avec la schizophrénie.
  • Amnésie dissociative: perte de mémoire temporaire, pouvant durer de quelques minutes à plusieurs années. C’est surtout la mémoire des événements qui est atteinte. Les lacunes de mémoire sont généralement en relation avec les événements traumatisants. C’est cette amnésie dissociative qui pourrait expliquer pourquoi certaines victimes de violences sexuelles, notamment dans l’enfance, ne se rappellent de l’évènement traumatisant que des années après (d’où les débats sur les délais de prescriptions).
  • Trouble de la dépersonnalisation et de la déréalisation: sensation durable et répétée de détachement ou d’éloignement de soi-même ou de son environnement. Impression d’irréalité ou d’être comme dans un rêve.
  • Des troubles dissociatifs non spécifiés.
Témoignage d’une victime de viol : « Je ne sais pas, je me coupe totalement du réel, les gens semblent être loin et je me renferme en moi... Leurs paroles me semblent être comme dans un rêve […] Parfois, ce sont mes amis qui me disent "Plume !!! Tu es parmi nous ?", je déconnecte assez souvent comme ça et mes amis le savent... » 54

Témoignage d’une victime de viol : « Je ne sais pas, je me coupe totalement du réel, les gens semblent être loin et je me renferme en moi… Leurs paroles me semblent être comme dans un rêve […] Parfois, ce sont mes amis qui me disent « Plume !!! Tu es parmi nous ? », je déconnecte assez souvent comme ça et mes amis le savent… » 54

Dans les études scientifiques, la dissociation psychoforme est souvent mesurée à l’aide de l’échelle d’expériences dissociatives (DES)55, qui est un auto-questionnaire où il est demandé aux participant⋅e⋅s d’indiquer à quelle fréquence il leur arrive certaines situations. Par exemple : « Conduire ou séjourner dans une voiture, et soudainement réaliser qu’on ne se souvient pas de ce qui est arrivé pendant tout ou partie du trajet », « Trouver des objets nouveaux dans ses affaires sans pouvoir se rappeler les avoir achetés », « Avoir la sensation de se trouver à côté de soi-même ou de se voir soi-même faire quelque chose », « Avoir le sentiment que son corps ne nous appartient pas », etc.

Troubles dissociatifs somatoformes

Moins bien connus et plus difficiles à diagnostiquer, les troubles dissociatifs somatoformes ne sont pas répertoriés en tant que tels dans le DSM-V, mais sont décrits et étudiés par les chercheu⋅se⋅s qui étudient la dissociation42,56–58. La dissociation somatoforme peut prendre plusieurs formes :

  • Symptômes physiques évoquant une maladie mais sans qu’aucune pathologie puisse être détectée ; ces symptômes physique n’obéissent ni aux lois de l’anatomie ni à celles de la physiologie, mais sont bien réels (la personne ne les simule pas). On parle aussi de « trouble somatique », de « trouble somatoforme » ou encore de « trouble de conversion ». Autrefois, ce phénomène était considéré comme un symptôme de ce que l’on désignait par « hystérie ». Ces symptômes peuvent parfois être extrêmement impressionnants : paralysie, cécité, douleurs chroniques inexpliquées, etc. De très nombreuses études ont pu par exemple établir un lien entre d’une part, des symptômes corporels comme des douleurs pelviennes chroniques47,56,59–62, le vaginisme*63 ou le syndrome du côlon irritable*60,64–67 chez les femmes, et d’autre part troubles dissociatifs psychoformes, syndrome de stress post-traumatique (SSPT)* et expérience d’un traumatisme (notamment violences sexuelles et/ou physiques). Notons que tous ces symptômes (côlon irritable, douleurs pelviennes…) seraient provoqués par une hypertonie des muscles du plancher pelvien68,69, qui seraient autrement dit trop contractés. Cette hypertonie est l’une des conséquences possibles des violences sexuelles70, et pourrait être un moyen de protection. En effet, une étude portant sur 77 femmes a montré que ces dernières contractaient involontairement les muscles du plancher pelvien face à une situation de danger71.
  • Perte ou diminution de la sensibilité à la douleur72–74.  Il a été démontré que les personnes suicidaires ou s’automutilant ont un seuil de tolérance élevé à la douleur72,75–78 ; or les intentions suicidaires79–81 et les auto-mutilations50,79,82–84 sont souvent associées à des troubles dissociatifs psychoformes. De plus, les personnes ne ressentant pas la douleur quand elles s’automutilent sont celles qui présentent le plus de dissociation psychoforme et qui ont rencontré le plus d’expériences traumatisantes dans leur vie72. Il semble bien que la dissociation, augmentant le seuil de sensibilité à la douleur, conditionne l’individu à négliger son corps et à ne plus craindre la souffrance physique, favorisant automutilation et suicide78,85.
  • Perte du toucher (anesthésie), impression qu’une partie du corps n’est plus là.
  • Trouble de la perception visuelle (vision déformée), auditive (entendre des sons proches comme venant de loin, hallucinations auditives86) ou gustative. Il a pu être démontré que les personnes qui entendent des voix (hallucinations auditives) souffrent souvent de troubles dissociatifs psychoformes, et ont souvent expérimenté un traumatisme, notamment des violences sexuelles dans l’enfance86.

Par ailleurs, les personnes présentant une dissociation somatoforme auraient des difficultés à reconnaître les états internes de leur corps (faim, battements du cœur, besoin d’aller aux toilettes…)87,88. Cette capacité à être conscient des états internes du corps est appelée interoception*. Cela expliquerait pourquoi les victimes de violences sexuelles, souvent dissociées, auraient des troubles du comportement alimentaire89–93.

Il existe une corrélation entre dissociation psychoforme et dissociation somatoforme : en général, les personnes souffrant de dissociation somatoforme souffrent aussi de dissociation psychoforme57,58,94–99.

La dissociation somatoforme est mesurée par une échelle appelée SDQ-20 (20-item Somatoform Dissociation Questionnaire)58. Elle est du même genre que l’échelle DES, mais les situations qui y sont décrites sont plutôt du type « Il arrive que mon corps est insensible à la douleur », « Il arrive que je sois paralysé⋅e temporairement », « Il arrive que  j’aie des douleurs quand j’urine », etc.

Une leçon clinique à la Salpêtrière est un tableau d'André Brouillet. Il représente Charcot donnant une leçon sur "l'hystérie" (le syndrome de conversion)

Une leçon clinique à la Salpêtrière est un tableau d’André Brouillet. Il représente Charcot donnant une leçon sur « l’hystérie » (le syndrome de conversion)

4.2.           Lien avec les violences sexuelles dans l’enfance

De très nombreuses études ont pu établir un lien clair entre troubles dissociatifs, psychoformes et somatoformes, et violences sexuelles. La plupart de ces études concernent les violences sexuelles survenues dans l’enfance50,57,72,78,96,98,100–121 ; néanmoins quelques  travaux ont démontré que les victimes de viol à l’âge adulte étaient aussi sujettes aux troubles dissociatifs111,122,123, et que cette dissociation était plus élevée quand l’agression était récente111.

Une étude110 montre que parmi des femmes victimes de violences sexuelles à l’âge adulte, seules celles qui ont été aussi victimes de violences sexuelles dans l’enfance, présentaient des troubles dissociatifs. Une autre étude trouve que les troubles dissociatifs chez les victimes de violences sexuellement survenues uniquement à l’âge adulte sont moins élevés que chez celles qui ont été victimes aussi bien à l’âge adulte que dans l’enfance110,112,113. Par ailleurs, les victimes de violences sexuelles dans l’enfance subissent en moyenne plus de viols et d’agressions sexuelles à l’âge adulte110,112,113. On parle de « revictimisation » : une ancienne victime de pédocriminalité devient plus vulnérable à des violences ultérieures à cause des troubles dissociatifs. En effet, les personnes dissociées sont en effet plus distraites, plus confuses et ont du mal à reconnaître leurs émotions (alexithymie*) qui servent de signaux d’alarme face au danger. Elles ont aussi tendance à prendre plus de risques108,124.

Il est donc vraisemblable que toutes les violences sexuelles entrainent des troubles dissociatifs, mais que quand ces violences surviennent à l’âge adulte, ceux-ci régressent progressivement au cours du temps111, tandis chez les victimes de pédocriminalité, ces troubles persistent, ce qui rend ces victimes particulièrement vulnérables à d’autres violences.

Plusieurs facteurs modulent ce lien entre violences sexuelles dans l’enfance et troubles dissociatifs. Les facteurs qui aggraveraient les troubles dissociatifs sont :

  • Le fait que la victime se soit dissociée pendant l’acte de violence sexuelle105. C’est ce qu’on appelle la « dissociation péritraumatique».  Plusieurs victimes expliquent que lors de l’agression, elles ont une sensation d’irréalité, voire ont l’impression de se voir à la troisième personne. Par exemple, une victime d’inceste raconte : « Quand les abus [incesteux] se passaient, je dissociais … je sortais de mon corps, c’est le corps qui subit et l’esprit est ailleurs. » 125
  • La gravité de l’agression sexuelle105,107,109. Les victimes ayant subi une pénétration (viol) sont plus dissociées que celles qui ont subi des attouchements ou des exhibitions.
  • Le jeune âge de la victime au moment des violences105,107,116
  • Un nombre important d’agresseurs50,119
  • L’aspect incestueux de l’agression100,116
  • L’aspect répété des agressions126 et le fait que les agressions se soient produites pendant un laps de temps long 100 (plusieurs années). Cela peut expliquer pourquoi les victimes d’inceste sont particulièrement sujettes aux troubles dissociatifs, puisqu’elles sont constamment en présence de leur agresseur (un parent, un frère, un oncle ; plus rarement une mère ou une sœur) et ceci pendant de longues années : les violences risquent donc d’être plus fréquemment répétées et pendant une longue période de temps.
  • Enfin, d’autres facteurs sont évoqués dans les études : la propension à la honte de la victime117, l’âge de l’agresseur100 ou encore la croyance que l’on va être tué pendant l’agression105

5.     Dissociation et traumatisme

5.1.           Syndrome de stress post-traumatique (SSPT) dissociatif

Le syndrome de stress post-traumatique53 (SSPT) survient suite à une expérience comprenant un décès, un risque de mort, de graves blessures ou des agressions sexuelles. Il peut apparaître quand on a vécu directement l’expérience traumatisante, mais aussi quand on en a été témoin ou quand on a appris qu’un tel événement traumatique était arrivé à un proche.

Il se manifeste de plusieurs façons :

  • Réexpérience (reviviscence) du traumatisme : flashbacks et souvenirs récurrents et intrusifs de l’évènement traumatisant, générant une grande détresse ; cauchemars en lien avec l’événement traumatisant. Les émotions ressenties au moment de ces réexpériences gardent la même intensité que lors de l’événement traumatisant. Les victimes revivent donc continuellement le traumatisme.
  • Evitement: les stimili (lieux, objets, situations, etc.) qui peuvent déclencher les souvenirs, pensées et sentiments en lien avec l’événement traumatisant sont soigneusement évités, pour éviter de revivre le traumatisme.
  • Altérations cognitives et émotionnelles: incapacité à ressentir des émotions positives, peu d’intérêt pour les activités, perceptions négatives de soi et des autres, incapacité à se rappeler d’aspects importants de l’événement traumatisant.
  • Hyperactivité: agressivité, crises de colère, comportements à risque, comportements autodestructeurs, insomnie, très grande anxiété, etc.
Les cauchemars sont l'un des symptômes du SSPT

Les cauchemars sont l’un des symptômes du SSPT

Les personnes souffrant de troubles dissociatifs présentent souvent un SSPT également127,128. Dans la nouvelle édition du DSM, paru en novembre 2013, un nouveau type de syndrome de stress post-traumatique a été introduit : le syndrome de stress post-traumatique dissociatif, caractérisé par la présence de des troubles dissociatifs importants. Il existe plusieurs données empiriques qui suggèrent l’existence d’un tel sous-type. Une étude129 de 1996 portant sur des survivant⋅e⋅s de l’Holocauste indiquait que seulement 34% des sujets atteints d’un SSPT avaient des niveaux élevés de dissociation ; le niveau de dissociation entre les autres survivant⋅e⋅s atteints d’un SSPT était similaire à celui des survivant⋅e⋅s de l’Holocauste ne présentant pas de SSPT. On retrouve des résultats similaires chez les anciens combattants du Vietnam souffrant d’un SSPT (32% de SSPT dissociatif)128. Une équipe travaillant sur le sujet déclare retrouver des ratios de l’ordre de 30%/70% dans ses études130. Enfin, dans une autre étude131 portant sur une grande population clinique, les auteurs ont constaté que les 116 individus présentant un SSPT pouvaient être répartis en deux sous-groupes de taille égale, le premier caractérisé par une forte dissociation, et le second par de faibles symptômes dissociatifs.

De manière générale, les personnes atteintes d’un SSPT présentent des altérations de l’activité neuronale par rapport à des gens non malades132–136. Cependant des études de neurologie ont pu mettre en évidence les spécificités du sous-type dissociatif, par rapport au SSPT non dissociatif. Pour caractériser les activités neurologiques de patient⋅e⋅s atteints d’un SSPT, on procède comme ceci : le ou la patiente écrit un texte qui narre l’expérience traumatisant qu’il ou elle a vécue. Ultérieurement, un⋅e experimentateur/trice lit au patient, installé dans un scanner, ce texte. Ceci va déclencher pour le patient un souvenir du traumatisme, et à ce moment là, les activités de son cerveau sont enregistrées.

Chez les patients atteints d’un SSPT non dissociatif (souvent appelé SSPT intrusif ou de reviviscences), le souvenir du traumatisme via la lecture du récit va engendrer des flashbacks et des souvenirs intrusifs, avec augmentation du rythme cardiaque130. Chez les personnes souffrant d’un SSPT dissociatif, le souvenir va entraîner au contraire une réponse dissociante : elles auront par exemple l’impression d’être dans un rêve, de se voir à la troisième personne ou d’être déconnecté⋅e de leur corps ; par ailleurs, leur cœur ne va pas battre plus vite130. Ces deux types ne sont pas forcément mutuellement excluant : un⋅e patient⋅e peut très bien présenter les deux sous-types de SSPT, de manière simultanée ou par alternance137. En réalité, selon deux études, l’une portant sur des femmes survivantes de violences sexuelles dans l’enfance138, et l’autre sur des vétérans de guerres et leurs conjoint⋅e⋅s126, les personnes présentant un SSPT de type dissociatif manifestent des symptômes de type intrusif (flashbacks, hypervigilance – le fait de chercher à tout le temps se préserver de menaces – et insomnies) plus graves que celles qui ont un SSPT non dissociatif. Cela peut sembler paradoxal, mais pourrait s’expliquer par le fait que la dissociation est un phénomène compensateur face à une forte détresse.

Chez ces deux types de SSPT, les régions du cerveau s’activant lors de l’écoute du récit ne sont pas les mêmes130,133,135,137,139 . Les personnes avec un SSPT intrusif présentent une activité anormalement faible des régions médio-antérieures du cerveau (en particulier le cortex préfontal médian et le gyrus cingulaire antérieur), impliquées dans la modulation de l’éveil et la régulation des émotions. Le niveau d’éveil correspond à la capacité à répondre de manière adéquate à des stimuli de son environnement : une personne trop peu éveillée sera nonchalante et molle, tandis qu’une personne trop éveillé ne restera pas sur place et s’agitera. A l’inverse, le système limbique (et en particulier l’amygdale), qui joue un rôle dans la formation des émotions (l’amygdale étant plus particulièrement impliquée dans la peur) est suractivé. Cela expliquerait pourquoi ces patient⋅e⋅s auraient des flashbacks, revivant la scène traumatisante avec des émotions aussi intenses qu’à l’origine : la suractivation du système limbique, et surtout de l’amygdale, engendrerait des émotions  très puissantes, que les aires médio-antérieures ne seraient pas en mesure d’inhiber. Par ailleurs, l’activité de l’insula antérieure droite, une région impliquée dans la conscience intéroceptive* du corps (conscience des états internes du corps) est positivement corrélée avec la gravité de ce type de SSPT140 : cela signifie que plus cette région est active, plus les symptômes seront graves.

CPF : Cortex Préfontal Médian ; GCA : Gyrus Cingulaire Antérieur ; A : Amygdale ; IAD : Insula antérieure droite PTSD intrusif : CPF et GCA (régulation des émotions) sont en sous-activité ; A (formation de la peur) et IAD (conscience intéroceptive) en sur-activité PTSD dissociatif : CPF et GCA en sur-activité ; A et IAD en sous-activité

CPF : Cortex Préfontal Médian ; GCA : Gyrus Cingulaire Antérieur ; A : Amygdale ; IAD : Insula antérieure droite
PTSD intrusif : CPF et GCA (régulation des émotions) sont en sous-activité ; A (formation de la peur) et IAD (conscience intéroceptive) en sur-activité
PTSD dissociatif : CPF et GCA en sur-activité ; A et IAD en sous-activité

Chez les personnes avec un SSPT dissociatif, c’est tout l’inverse qui se produit. Quand on leur lit le récit de leur expérience traumatisante, et donc quand on en réactive le souvenir, leurs régions cérébrales préfrontales, impliquées dans la modulation de l’éveil et la régulation des émotions, présentent une hyper-activité, ce qui induit une forte inhibition du système limbique et donc une importante répression des émotions. Le patient ne ressent plus d’émotions, ou peu,  ce qui peut se traduire par des expériences de déréalisation. Cela explique aussi pourquoi les troubles dissociatifs sont souvent associée à l’alexithymie* (incapacité à reconnaître ses émotions). Cela confirme que la dissociation est une stratégie de survie : en se dissociant, l’individu violenté arrive à surmonter un stress trop intense. Les régions préfrontales du cerveau d’une personne atteinte d’un SSPT dissociatif font que toute émotion en lien avec le traumatisme sera supprimée. Enfin, l’activité de l’insula antérieure droite est négativement corrélée avec la gravité des SSPT dissociatif : chez les personnes les plus touchées, elle ne s’active pas. Cela expliquerait pourquoi les personnes présentant des troubles dissociatifs ont peu conscience des états internes de leur corps (interoception*)87,88.

Les patient⋅e⋅s qui ont vécu des expériences traumatisantes prolongées, telles que des violences chroniques dans l’enfance, présenteraient souvent un syndrome de type dissociatif ; à l’inverse, les patients qui ont vécu une seule et unique expérience traumatisante, particulièrement choquante, développeraient préférentiellement un SSPT de type intrusif137. Une étude127 démontre que les personnes ayant vécu des violences interpersonnelles dans l’enfance (< 14 ans) souffriraient plutôt de SSPT dissociatifs, tandis que les personnes ayant vécu des catastrophes naturelles ou des violences au-delà de l’âge de 14 ans, développeraient plutôt un SSPT de type intrusif. Une autre étude138 indique que parmi des femmes victimes de violences sexuelles dans l’enfance et souffrant d’un PTSD, celles qui avaient les troubles dissociatifs les plus graves avaient été particulièrement maltraitées dans leur enfance. Par ailleurs une analyses portant sur 134 individus atteints d’un SSPT confirme ce lien entre violences dans l’enfance et SSPT de type dissociatif141. Chez des hommes alcooliques et atteints d’un SSPT, les violences psychologiques dans l’enfance sont liées à un SSPT de type dissociatif142. Enfin, une étude de 2012 portant sur 492 vétérans et leur conjoint⋅e⋅s montre que le SSPT de type dissociatif résulterait principalement d’agressions sexuelles répétées, dans l’enfance et/ou à l’âge adulte126. Néanmoins, notons qu’une autre étude ne trouve pas de lien entre violences sexuelles et PTSD dissociatif143, peut-être parce que l’échantillon étudié, constitué uniquement de femmes, comprenait un pourcentage très élevé de victimes de violence sexuelle (93%).

5.2.           Dissociation péritraumatique

image04 La dissociation péritraumatique désigne la dissociation qui a lieu pendant ou juste après l’événement traumatisant. Elle se caractérise par l’insensibilité à la douleur, la perte de la notion du temps, l’impression d’irréalité, la sensation de sortir de son corps, ou encore l’impression que tout se passe au ralenti144. Les témoignages de victimes de violences sexuels regorgent de ce type d’expérience :

Avec son regard pervers qui me paralysait et sa voix mielleuse, cet homme a abusé de moi sexuellement alors que j’étais une enfant de 5 ans. […] Terrifiée, je me coupais de mon corps, de mes sensations, pour ne pas souffrir. 145

C’était mon copain, ça a duré 9 mois pendant lesquels je retournais vers lui, et il me violait alors que mes parents étaient dans la maison. […] J’avais très mal physiquement quand il me forçait. Alors, je me laissais faire pour avoir un peu moins mal, pour qu’il soit un peu moins violent. J’avais tellement mal que je me dissociais, je me coupais de moi-même. Alors, j’en avais plus rien à faire du mal qu’il pouvait me faire; j’avais trouvé la parade pour ne plus exister. 146

Quand il faisait ce qu’il me faisait (même après 1 an et demi je n’arrive pas à l’exprimer c’est pas top je sais) je pleurais ou alors j’avais un sentiment étrange comme si je sortais de mon corps, pour atténuer la douleur. 147

Je me sentais à un mètre. Comme dans un film. Donc j’étais à un mètre derrière et je regardais la scène. J’analysais d’ailleurs très clairement la scène.148

On peut aussi penser à la fameuse phrase « Close your eyes and think of England » ou « Lie back and think of England » (« Ferme les yeux / allonge-toi et pense à l’Angleterre »). Elle est parfois attribuée à la reine Victoria, qui l’aurait donné comme conseil à se fille pour surmonter le viol conjugal de la nuit de noce. On la trouve dans plusieurs textes du début du 20ième siècle, comme un moyen pour les femmes de supporter les viols conjugaux (appelé « devoir conjugal »).

Comme les lapins pris dans les phares d’une voiture, les êtres humains peuvent se retrouver sidérés par la peur. Mais cette réaction n’est pas efficace pour échapper à un agresseur… ou à une voiture.

Comme les lapins pris dans les phares d’une voiture, les êtres humains peuvent se retrouver sidérés par la peur. Mais cette réaction n’est pas efficace pour échapper à un agresseur… ou à une voiture.

Il existe aussi des manifestations somatoformes de la dissociation péritraumatique : par exemple, les deux tiers des victimes de viols se retrouvent sidérées par la peur149. Paralysées, elles sont dans l’incapacité de bouger et de se débattre. Il s’agirait d’une réaction instinctive, qu’on retrouve aussi chez les animaux150. Elle permettrait d’échapper aux prédateurs carnivores, attirés par les mouvements. Malheureusement, cette réaction est peu efficace face à un violeur…

Il existe plusieurs hypothèses par rapport à l’effet de la dissociation péritraumatique. Notons d’abord que les personnes qui se dissocient pendant un événement traumatisant, ont plus souvent cru qu’elles allaient mourir51,151, ce qui suggère qu’il s’agit d’une réaction de défense face à un énorme stress. Certains auteurs arguent cependant qu’il s’agit d’une stratégie de défense mal adaptée face au danger, en tout cas sur le long terme. En effet des travaux, comme une méta-analyse de 2003 portant sur 68 études152, ont suggéré que la dissociation péritraumatique serait le principal facteur du déclenchement d’un syndrome de stress post-traumatique (SSPT)*. Cela signifie que si, face à un danger, des personnes ont expérimenté une dissociation péritraumatique, alors elles auront plus de chance de développer un SSPT. Cela a par exemple été démontré chez des vétérans de guerre153–155, chez des victimes d’accidents de la route156, des victimes de catastrophes naturelles157,  de traumatismes physiques158 ou encore des victimes de viol51. De la même façon, il a été démontré que plus les ambulanciers se coupaient de leurs émotions, plus ils présentent des signes de stress159. La dissociation péritraumatique empêcherait le cerveau d’effectuer un bon traitement des informations de l’événement traumatisant, et de l’intégrer correctement dans la mémoire autobiographique, ce qui aboutirait à des flashbacks et des souvenirs violents et intrusifs160,161. Cela est suggéré par le fait que, dans les cas de SSPT, les souvenirs et flashbacks reviennent sous la forme d’émotions, d’images et de sensations, et non sous une forme verbale et traitée. Un moyen pour les patients atteints de SSPT de guérir serait donc qu’ils parlent, notamment avec leur psychothérapeute, de l’événement vécu, et plus particulièrement des émotions et sensations ressentis, afin que ces informations puissent être traitées et « archivées » dans la mémoire autobiographique.

Selon d’autres auteurs, ce n’est pas la dissociation péritraumatique qui est problématique. Ils pointent du doigt le fait qu’une corrélation n’indique pas nécessairement un lien de cause à effet : ce ne serait pas la dissociation péritraumatique qui générerait les SSPT*, mais un autre facteur auquel elle est corrélée. Par exemple, une étude151 suggère que c’est plutôt la peur de mourir ou de perdre le contrôle qui est à l’origine du SSPT. D’autres travaux semblent démontrer que c’est la persistance de la dissociation, après le trauma, qui empêche le SSPT de se résorber162,163, ou alors que c’est la tendance à la dissociation avant le traumatisme qui prédit l’apparition d’un SSPT164. Enfin, certains résultats165 indiquent que les principaux facteurs d’apparition d’un SSPT après une agression physique seraient la gravité de la blessure et le neuroticisme (tendance aux émotions négatives). Le modèle selon lequel le SSPT proviendrait d’un mauvais traitement de l’information par la mémoire n’est pas remis en questions par les scientifiques qui favorisent ce type d’hypothèse164, mais ils suggèrent que la dissociation péritraumatique n’est pas le facteur causal dans ce disfonctionnement.

6.     Conséquences de la dissociation et du syndrome de stress post-traumatique

Les violences sexuelles engendrent de multiples problèmes de santés, notamment au niveau psychique. De très nombreuses études ont cherché à établir quelles étaient les causes de comportements – souvent autodestructeurs – tels que la toxicomanie ou l’alcoolisme, les automutilations, les tentatives de suicides ou encore les conduites à risques (par exemple, le fait de ne pas se protéger lors de rapports sexuels). Il semblerait que les violences dans l’enfance – notamment les violences sexuelles – et les troubles qu’elles engendrent (troubles dissociatifs et syndrome de stress post-traumatique) puissent en grande partie les expliquer. Par ailleurs ils pourraient aussi engendrer d’autres troubles comme la dépression ou les troubles du comportement alimentaire.

6.1.           Toxicomanie et alcoolisme

« Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée…. » est un livre biographique sorti en 1978, décrivant la vie Christiane Felscherinow, toxicomane et prostituée dès 13 ans. Cette adolescente avait subi d’importantes maltraitances de la part de son père.

« Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée…. » est un livre biographique sorti en 1978, décrivant la vie Christiane Felscherinow, toxicomane et prostituée dès 13 ans. Cette adolescente avait subi d’importantes maltraitances de la part de son père.

Le lien entre violences dans l’enfance et toxicomanie a fait l’objet de multiples études, qui ont elles-mêmes été commentées dans plusieurs reviews166–172. La plupart des études démontre que l’exposition à des violences dans l’enfance – en particulier les violences sexuelles – est un facteur de risque pour des conduites addictives. Même si certaines reviews ont pointé les faiblesses méthodologiques de nombreuses études166,167 et ont déclaré qu’aucune conclusions claires pouvaient donc être tirées (notamment en ce qui concerne les victimes masculines167), d’autres ont indiqué qu’il existait bien un lien170,172. Ainsi, selon une review de 2002170, parmi les femmes toxicomanes, on trouve un pourcentage de victimes de violences sexuelles dans l’enfance deux fois supérieur au taux de la population générale. De la même manière, parmi les femmes victimes de pédocriminalité ou d’inceste, le taux de toxicomanie est également deux fois plus élevé que dans la population générale.  Par contre, chez les hommes toxicomanes, on ne rencontre pas un nombre particulièrement élevé d’anciennes victimes de violences sexuelles ; mais les hommes ayant des antécédents de violences sexuelles dans l’enfance ont plus de risques d’être toxicomanes. De la même façon, les femmes et les adolescent⋅e⋅s des deux sexes, ayant des problèmes de drogues semblent être particulièrement touché⋅e⋅s par la maltraitance physique, ce qui  n’est pas le cas des hommes adultes toxicomanes. Une autre review169 a démontré que les femmes ayant été maltraitées physiquement ou sexuellement dans l’enfance ont plus forte chance de devenir alcooliques, mais que ce lien était difficile à établir pour les hommes.

Néanmoins, la nature du lien maltraitance – toxicomanie/alcoolisme reste difficile à déterminer : le lien est-il direct ou est-il médiatisé* par les conséquences psychologiques des violences ? Autrement dit, les violences sont-elles la cause directe des addictions, ou bien est-ce les troubles qu’elles engendrent, comme le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) ? Il semblerait que cela puisse dépendre du sexe des victimes, des types de violence et du type de drogue.

Certains travaux de recherche indiquent que c’est bien le syndrome de stress post-traumatique (SSPT)*, engendré par une expérience traumatisante – comme les violences sexuelles dans l’enfance – plutôt que de traumatisme lui-même, qui engendre une toxicomanie à l’âge adulte. Une review de 1996 établit ainsi un lien clair entre SSPT et alcoolisme171.  Dans une autre étude173 portant sur de jeunes adultes (26-35 ans), il a pu être démontré que le SSPT est associé à un risque accru de toxicomanie, mais que l’exposition traumatique seule, sans déclenchement d’un SSPT, n’entraine aucun risque particulier. Ces résultats étaient similaires pour les hommes et les femmes, et étaient particulièrement vrais pour la dépendance aux médicaments (moins pour la dépendance à la marijuana ou à la cocaïne).  Par ailleurs, les mêmes auteurs ont pu mettre en évidence dans une autre étude174, que si les personnes souffrant d’un SSPT ont plus tendance à consommer de drogues, c’est parce qu’elles cherchent à soulager les souvenirs traumatiques et les autres symptômes douloureux du syndrome de stress post-traumatique. Une étude de 1997175 montre que les adolescent⋅e⋅s toxicomanes (15-19 ans) ont en moyenne cinq fois plus de chance d’avoir un SSPT que la population générale : cela est particulièrement vrai pour les filles toxicomanes qui étaient atteintes pour 40% d’entre elles d’un SSPT dans l’échantillon, et dont 80% avaient connu un événement traumatisant, notamment un viol (40% des filles de l’échantillon en avaient été victimes). Notons que chez la majorité des garçons, le SSPT était survenu après l’établissement de la toxicomanie (donc le SSPT ne peut pas être la cause de la toxicomanie), alors que chez 60% filles, l’inverse était observé : la dépendance était apparue avec le traumatisme. Enfin, une enquête de 2000176 portant sur les facteurs de toxicomanies chez les adolescent⋅e⋅s indique qu’un diagnostic de SSPT augmente les risques de dépendances à la marijuana et aux drogues dites dures (mais pas à l’alcool, contrairement à ce qui avait été trouvé dans la review citée précédemment), et que ce risque accru est indépendant d’autres facteurs comme le fait d’avoir subi des violences physique ou sexuelles ou d’avoir été témoin de violences (on pense notamment aux enfants qui assistent aux violences conjugales). En d’autres termes, selon cette étude, avoir subi ou vu des violences dans l’enfance augmente le risque de toxicomanie, mais le développement d’un SSPT suite à ces violences, est un facteur de risque supplémentaire.

Cependant, le rôle médiateur* du SSPT pourrait dépendre du sexe de la victime. En 2009, l’analyse de données portant sur 177 adolescent⋅e⋅s âgé⋅e⋅s de 15 à 19 ans (52% de filles – 48% de garçons), pris⋅e⋅s en charge par la protection de l’enfance au Canada177, ont pu démontrer que chez les filles, les violences physiques, sexuelles ou psychologiques dans l’enfance  pouvaient entraîner un SSPT, qui lui-même était un facteur de risque pour la consommation de cannabis. Chez les garçons, en revanche, les violences sexuelles dans l’enfance étaient directement liées à la consommation de cannabis, tandis que les violences physiques et psychologiques ne semblaient pas être un facteur de risque direct ou indirect. Dans une autre étude portant sur des adolescent⋅e⋅s ayant subi de la négligence, le lien SSPT – problèmes d’alcool semble également plus important chez les filles178.

Outre le SSPT, d’autres facteurs pourraient jouer le rôle de médiateurs* entre violences dans l’enfances et toxicomanie : l’anxiété170, la dépression170, l’autodénigrement168 et les problèmes relationnels168.

6.2.           Automutilations

bouleauEn ce qui concerne les automutilations, le facteur le plus certain identifié à ce jour est la maltraitance dans l’enfance179–182, même si une étude a aussi permis d’identifier comme facteurs les violences physiques et sexuelles à l’âge adulte chez les patientes borderlines183. De nombreuses études ont mis en évidence et reproduit de fortes associations entre les violences dans l’enfance et les comportements d’automutilation. Les conclusions les plus robustes concernent les violences sexuelles50,83,108,163,183–196 et les violences physiques185,188,191,194,195,197–202, mais d’autres types de violences pourraient jouer un rôle : les  violences psychiques et/ou la négligence envers les enfants183,185,187,193,201,203 ; la séparation d’avec un parent193,194,202 ; le fait d’avoir été témoin de violences sur autrui195 ; le harcèlement scolaire194 ; ou encore divers épisodes stressants204. Par ailleurs, les différents types de maltraitances ne mènent pas aux mêmes comportements de mutilation. Ainsi, les personnes ayant subi des violences physiques dans l’enfance aurait plutôt tendance à se scarifier par intermittence, alors que chez les victimes de pédocriminalité, le comportement est plus régulier et donc plus grave191.

Le lien entre violences et automutilation apparait comme complexe. D’une part, il semblerait que les violences puissent parfois jouer un rôle direct191,193,196 dans la genèse de comportements d’automutilation ; d’autre part, la dissociation108,181,191,201,203,205, l’alexithmie*200,201 ou encore le SSPT*190 pourraient également être de leur côté des facteurs importants de développement de ce comportement. Cela signifie que les violences – notamment sexuelles – dans l’enfance ont à la fois un rôle direct et indirect (via notamment la dissociation, l’alexithmie* et le SSPT) sur l’apparition de comportements automutilateurs. Notons qu’une étude semble indiquer que les troubles dissociatifs sont particulièrement associés à des scarifications sur les bras194.

6.3.           Prise de risque sexuelle et revictimisation

Les études établissant un lien entre violences sexuelles – notamment dans l’enfance – et prise de risque sexuelle ou revictimisation sont très nombreuses. Deux grands types de risques sont en général examinés dans les études : risque de contamination à une maladie sexuellement transmissible (MST) ou risque de subir des violences sexuelles à l’âge adulte. Les violences sexuelles comprennent elles-mêmes un risque de contamination pour la victime. De la même manière, imposer par la force ou la persuasion le non-port du préservatif peut être perçu comme une forme de violence sexuelle ou du moins comme un abus de pouvoir sur une personne fragilisée – surtout si la victime est pénétrée vaginalement ou analement car le risque de contamination au VIH est alors plus fort pour elle206, sans compter le risque de grossesse pour les femmes. Beaucoup d’études examinent ces deux types de risques en même temps et c’est pour cela que j’en parle dans le même paragraphe.

On parle de victimisation sexuelle quand un⋅e survivant⋅e de violences sexuelles dans l’enfance est à nouveau victime (revictimisé⋅e) à l’âge adulte207,208. Ce phénomène a été mis en évidence dans différentes populations : dans des échantillons d’étudiant⋅e⋅s112,209–214, dans des échantillons cliniques (c’est-à-dire recruté dans un milieu clinique)100,215, parmi les femmes militaires216, parmi les hommes homosexuels et bisexuels217, 218, 219, 220, et dans la population générale92,110,113,221–223. Les survivant⋅e⋅s de violences sexuelles dans l’enfance ont entre 2 à 11 fois plus de risques de subir une agression sexuelle à l’âge adulte221,223. Une méta-analyse de 2001224 indique que 15 à 79% des femmes victimes de violences sexuelles sont violées à l’âge adulte.

Une méta-analyse225 portant sur 46 études a pu établir chez les femmes un lien entre les violences sexuelles survenues dans l’enfance et dans l’adolescence, et sources de risques par rapport au VIH. Quatre sources de risque ont été examinées : les rapports non-protégés, un nombre important de partenaires, la revictimisation à l’âge adulte et la prostitution. La méta-analyse a pu démontrer que les violences sexuelles dans l’enfance et l’adolescence étaient bien corrélées à ces quatre variables. Autrement dit, les femmes victimes de violences sexuelles dans leur enfance ou leur adolescence, ont plus de chance d’avoir des rapports sexuels non protégés, d’avoir de nombreux partenaires, d’être victimes de viol à l’âge adulte et de se prostituer, que les femmes non victimes. Le lien entre violences sexuelles et prostitution sera explicité plus bas.

Dans une étude portant sur 520 femmes néo-zélandaises221, il a pu être démontré que les femmes victimes de violences sexuelles dans l’enfance, et notamment de violences graves (viol), ont plus de chance d’avoir des rapports sexuels non protégés, d’avoir de nombreux partenaires, d’être contaminées par des MST, de tomber enceintes à l’adolescence, et d’être victimes de viol après l’âge 16 ans, que les femmes non victimes. Deux explications possibles à cela : les femmes victimes de violences sexuelles dans l’enfance vivent généralement dans un milieu familial difficile qui les rend vulnérables ; par ailleurs, les victimes de violences sexuelles ont tendance à commencer plus tôt leur vie sexuelle, ce qui peut aboutir à plus de prises de risque.

Parmi les hommes homosexuels et bisexuels américains, ceux qui ont été victimes de violences sexuelles dans l’enfance ont plus tendance à avoir des rapports anaux non protégés et ont été plus fréquemment contaminés par le VIH217. Une autre étude218 sur les hommes qui ont des rapports sexuels avec d’autres hommes confirme ce lien, et indique que les médiateurs* entre violences sexuelles dans l’enfance et rapports non protégés sont la prise d’alcool ou de drogue pendant les rapports sexuels, le fait d’avoir des  « coups d’un soir » avec d’autres hommes, et enfin d’avoir été victimes de violences conjugales de la part d’un autre homme.  Par ailleurs, il a été démontré que parmi les hommes homosexuels et bisexuels sud-africains, les victimes de violences sexuelles dans l’enfance ont plus tendance à consommer de la drogues et à être à nouveau victimes à l’âge adulte, ce qui les exposent à davantage de risques de contamination219. Enfin une autre étude220 a montré que les hommes homosexuels et bisexuels ayant subi des violences sexuelles dans l’enfance ont plus de risques d’avoir des rapports anaux réceptifs non protégés, de se prostituer, d’être contaminés par le VIH et d’avoir été victimes de relations abusives.

Une étude de 1995124 portant sur 127 femmes prostituées aux Pays-Bas a montré qu’environ 10% d’entre elles, régulièrement, n’utilisaient pas de préservatifs.  La  majorité (10 femmes sur 13) de ces femmes prostituées qui prenaient des risques avaient subi un ou plusieurs types de violences parmi ceux-ci : des violences sexuelles dans l’enfance, le fait d’avoir été forcée de se prostituer, des violences par un partenaire (physiques et/ou sexuelles) ou encore des violences de la part des clients-prostitueurs (physiques et/ou sexuelles). Elles présentaient également plus de troubles dissociatifs, étaient plus jeunes et étaient dans un plus grand besoin financier. Il semblerait que le principal facteur de risques de l’exposition au VIH soit les violences perpétuées par les clients prostitueurs, encore plus que le besoin financier. De plus, l’exposition aux violences dans la prostitution est liée aux violences perpétuées par un partenaire (violences sexuelles ou physiques) et au fait d’avoir été forcée d’entrer dans la prostitution. Ces dernières violences sont elles-mêmes corrélées aux violences sexuelles dans l’enfance.

Une étude226 portant sur 618 adolescent⋅e⋅s japonais⋅e⋅s, délinquants ou non, a montré que, parmi les garçons délinquants, ceux qui avaient été victimes de violences sexuelles, avaient commencé leur vie sexuelle plus tôt et avaient eu plus de partenaires ; par ailleurs, les garçons non délinquants anciennes victimes de violences sexuelles utilisaient moins souvent de préservatifs que les non-victimes. Chez les filles délinquantes, les troubles dissociatifs et un antécédent de violences sexuelles étaient associés à un plus grand nombre de partenaires sexuels.

Au vu des résultats de ces études, plusieurs variables peuvent médiatiser* ou modérer le lien entre les violences sexuelles dans l’enfance, et les prises de risque ou la revictimisation ultérieures : la consommation de drogues218,219, l’environnement familial221, le fait de commencer sa vie sexuelle tôt221,226, d’avoir été victime de violences conjugales218, de se prostituer225,220, etc. Cela signifie que les violences sexuelles dans l’enfance induisent des comportements ou des situations qui sont elles-mêmes des facteurs de revictimisation ou de prises de risques sexuelles. Il existe de nombreuses autres études, outre celles cités ci-dessus qui ont cherché à déterminer le mécanisme sous-jacent de ce lien entre violences sexuelles dans l’enfance et revictimisation/prises de risques sexuelles. Les psychologues se sont notamment penché⋅e⋅s sur les conséquences psychologiques des violences sexuelles.

  • le syndrome de stress post-traumatique (SSPT)*. Une étude a montré que parmi des femmes anciennes victimes de violences sexuelles, celles qui avaient été revictimisées avaient plus de chances d’avoir eu un SSPT dans leur vie227. D’autres travaux ont démontré qu’une victimisation sexuelle associée à un niveau élevé de symptomatologie post-traumatique était un facteur de risque pour une revictimisation228.
  • les troubles dissociatifs. A priori, plusieurs éléments peuvent laisser penser que les troubles dissociatifs peuvent être un facteur de risques, notamment si les comportements sexuels sont effectués dans des états de dissociation très poussés52. En d’autres termes, une personne souffrant de tels troubles peut s’engager dans une activité sexuelle sans pouvoir ressentir d’émotions ou de sensations – la coupant des signaux indiquant la peur, le danger, le plaisir, etc. En plus de cette incapacité à avoir conscience de certains aspect de son propre l’état mental et émotionnel, elle peut également ne pas se rendre compte de certains éléments extérieurs tel que l’utilisation (ou non) d’un préservatif, ou même (dans des cas extrêmes) de l’identité de son partenaire. Dans ces conditions, difficile de prendre des décisions lors des rapports sexuels. Par ailleurs, une personne ayant subi des violences sexuelles et étant dissociée, peut également être absente (à un moindre degré) lorsqu’on lui parle de sexualité, notamment dans le cadre de programmes de prévention. Certaines études suggèrent que les personnes souffrant de troubles dissociatifs ont des problèmes de mémoire229, notamment si les mots à mémoriser sont en rapport avec le traumatisme vécu230,231: on peut supposer qu’un agent de prévention qui parle de pénétration, de pénis ou d’autres éléments sexuels, peut induire une dissociation chez la personne traumatisée, à qui cela rappellera l’agression. De plus, les personnes victimes de troubles dissociatifs et qui ont été traitées comme des moins que rien pendant une partie de leur vie, pourraient ne pas être en mesure de réagir de manière adéquate lors d’actes sexuels52. Par exemple, au lieu d’arrêter un acte sexuel car il devient déplaisant, une femme qui a été victime d’inceste peut préférer se dissocier comme elle a en eu l’habitude pendant des années. Ou bien, elle peut ne pas être capable de refuser un rapport sexuel non protégé car ayant été maltraitée, elle est persuadée que sa santé et son bien-être n’ont absolument aucune importance. Enfin, les prédateurs sexuels peuvent apprendre à reconnaître la confusion ou la distraction comme des signes de vulnérabilité chez une femme, et être plus susceptibles de l’attaquer110. Quelques études suggèrent que la dissociation puisse  jouer un rôle au moins dans la prise de risque sexuelle : on l’a vu, les femmes prostituées n’utilisant pas régulièrement de préservatifs présentent plus de troubles dissociatifs124, et les adolescentes japonaises délinquantes qui ont subi des violences sexuelles et qui sont dissociées ont plus de partenaires sexuels (ce qui est un facteur de risque de contamination)226. Par ailleurs, une autre étude211 suggère que les personnes revictimisées ont plus de mal à reconnaître les règles de savoir-vivre (ce qui signifie qu’elles vont avoir plus de mal à reconnaître qu’une personne leur manque de respect et se moque d’elles) et des règles de sécurité basiques (comme tout simplement « si je dois nager dans de l’eau froide, alors je dois mettre une combinaison »). De plus, ces difficultés de reconnaissance étaient significativement liées aux troubles dissociatifs. Une autre étude fait le lien entre dissociation péritraumatique et revictimisation232. Cependant deux études n’ont pas trouvé de lien significatif entre dissociation et revictimisation 112,228.

6.4.           Troubles alimentaires et obésité

Plusieurs études ont pu établir un lien entre les violences sexuelles et l’apparition de troubles alimentaires. Par exemple, une étude de 199689 indique qu’il existe un lien entre le fait d’avoir subi violences sexuelles et le fait de présenter certaines caractéristiques typiques des troubles alimentaires, comme la quête de la minceur, le perfectionnisme ou le manque d’interoception*.

boulimie-alimentLe lien violences sexuelles/troubles alimentaires est particulièrement bien établi pour les violences sexuelles dans l’enfance. Une méta-analyse de 2002 a trouvé un lien faible mais significatif entre  violences sexuelles dans l’enfance et troubles alimentaires93. Une méta-analyse de 2010 regroupant 37 études a confirmé ce lien233 . Une autre étude, portant sur 7 403 sujets anglais, établit qu’il existe un lien entre violences sexuelles dans l’enfance et troubles alimentaires92.

Le lien entre violences sexuelles survenant tardivement dans l’adolescence (15-17 ans) ou à l’âge adulte et troubles alimentaires a moins été exploré. Quelques études semblent suggérer néanmoins qu’il existe 234–237. Selon une des études citées précédemment92, portant sur 7 403 sujets anglais, le lien de cause à effets semble inversé par rapport aux violences sexuelles dans l’enfance : les personnes souffrant de troubles alimentaires auraient plus de risques de subir des agressions sexuelles à l’âge adulte. Par ailleurs, chez les femmes revictimisées, le lien entre violences sexuelles dans l’enfance et troubles alimentaires étaient renforcé.

La nature exacte du lien entre violences sexuelles et troubles alimentaires est complexe et reste encore à préciser. Une étude suggère que la détresse psychologique et l’alexithymie*, générées par les violences sexuelles dans l’enfance, sont à l’origine des troubles alimentaires238. D’autres semblent montrer que le syndrome de stress post-traumatique (SSPT)* sert de médiateur* entre violences sexuelles dans l’enfance, l’adolescence ou à l’âge adulte et troubles du comportement alimentaire237,239. Enfin, une étude a suggéré que la honte corporelle* puisse également médiatiser violences sexuelles dans l’enfance et boulimie11.

Par ailleurs, plusieurs études suggèrent également qu’il existe un lien entre violences sexuelles dans l’enfance et obésité à l’âge adulte 240–246. Ce lien n’existerait que pour les femmes, et ne concernerait que les viols dans l’enfance (avec pénétration)246. Le lien entre violences sexuelles dans l’enfance et obésité à l’âge adulte pourrait être dû au développement d’une hyperphagie (prise de nourriture en grande quantité dans une faible période de temps, mais absence de contrôle du poids, contrairement à la boulimie), un trouble alimentaire qui pourrait être provoqué entre autre par les violences sexuelles dans l’enfance247,248. Une autre explication pourrait être que l’obésité peut être perçue comme un moyen de protection contre les violences sexuelles, par les victimes. En effet, la minceur étant un critère de beauté pour les femmes dans la société occidentale, certaines victimes de violences sexuelles peuvent considérer leur obésité comme un moyen d’éviter les avances sexuelles de potentiels agresseurs sexuels 240,243,249. Chez d’anciennes victimes de violences sexuelles, la perte de poids peut déclencher des symptômes du syndrome de stress post-traumatique, si elles se rapprochent du poids auquel elles ont été violées 240. Par ailleurs, les femmes obèses ayant été victimes de violences sexuelles et suivant un programme pour perdre du poids, perdent moins de poids et adhèrent moins au programme que les femmes obèses qui n’ont pas été victimes250.

6.5.           « Troubles » sexuels

Est-ce que le fait de ne pas être intéressé·e par la sexualité, ou de ne pas apprécier particulièrement la sexualité, constitue-t-il nécessairement un trouble ? Personnellement, je pense que ça dépend des cas de figure, d’où les guillemets à « troubles ». La question a d’ailleurs fait débat dans la communauté des psychopathologistes251. Dans tous les cas, les violences sexuelles impactent la sexualité des victimes252 : peur de la sexualité, manque de désir ou d’excitation, problèmes de lubrification, coït douloureux, vaginisme* ou encore difficultés à avoir des orgasmes. Chez les femmes adultes, une expérience de viol double les chances de développer ce type de « problèmes » sexuels70,253,254. Par ailleurs, les femmes victimes de violences sexuelles dans l’enfance sont moins intéressées par la sexualité, ont plus de difficultés à avoir des orgasmes et sont globalement plus insatisfaites de leur vie sexuelle que les femmes non victimes255–257. Enfin, elles ressentent plus d’émotions négatives (dégoût, peur, colère…) quand elles sont excitées sexuellement258.

Il existe plusieurs explications quant à l’origine de ces « troubles ». Le syndrome de stress post-traumatique, produit par les violences sexuelles, générerait ces perturbations de la vie sexuelle254. Par ailleurs, les violences sexuelles contribueraient à donner une mauvaise image de la sexualité aux victimes, ce qui réduirait leur excitabilité. Enfin, les victimes de viol rencontrant des « troubles » sexuels présentent souvent une hypertonie du plancher pelvien70,259,260 (cf. troubles dissociatifs somatoformes). Ces troubles physiques contribueraient en partie aux « troubles » sexuels70.

6.6.           Autres troubles

La dépression est la réponse la plus commune et la plus universelle à tout type de violences261. Elle est l’une des nombreuses conséquences des violences sexuelles, chez l’enfant81,186,262–264 et chez l’adulte265,266. Les violences sexuelles génèrent également des comportements suicidaires78,81,108,186,197. Le lien entre violences sexuelles et dépression et/ou comportements suicidaire, semble médiatisé* par les troubles dissociatifs. Autrement dit, c’est la dissociation générée par les violences sexuelles qui est directement à l’origine de ces troubles108,262,263. Enfin, les violences sexuelles pourraient générer des troubles anxieux267,268

7.     Le cas de la prostitution

7.1.           Le lien avec l’inceste et les violences sexuelles

Les violences sexuelles comme facteurs d’entrée dans la prostitution

Virginie Despentes

Virginie Despentes

Commençons par citer deux écrivaines, toutes deux anciennes prostituées, et qui ont à peu près la même analyse sur les causes de la prostitution. Virginie Despentes écrira « Le viol fabrique les meilleures putes. Une fois ouvertes par effraction, elles gardent parfois à fleur de peau une flétrissure que les hommes aiment, quelque chose de désespéré et de séduisant. Le viol est souvent initiatique, il taille dans le vif pour faire la femme offerte, qui ne se referme plus jamais tout à fait. Je suis sûre qu’il y a comme une odeur, quelque chose que les mâles repèrent, et qui les excite davantage »269. Andrea Dworkin elle, déclarera :

L’inceste est la filière de recrutement. C’est là qu’on envoie la fille pour lui apprendre comment faire. Donc, bien sûr, on n’a pas à l’envoyer nulle part, elle y est déjà et elle n’a nul autre endroit où aller. On l’entraîne. Et l’entraînement est spécifique et il est crucial : on l’entraîne à ne pas avoir de véritables frontières à son propre corps, à être bien consciente qu’elle n’est valorisée que pour le sexe, à apprendre au sujet des hommes ce que l’agresseur, l’agresseur sexuel, lui apprend 270.

Andrea Dworkin

Andrea Dworkin

Notons que malgré leur expérience et leur analyse communes, les deux femmes n’en viendront pas à la même conclusion. Pour Virginie Despentes, la prostitution est surtout un travail bien payé et accessibles aux femmes non qualifiées. Pour Andrea Dworkin, Il s’agit d’une violence intolérable.

Les propos de ces deux femmes sont confirmés par de nombreuses études scientifiques, qui ont établi un lien entre violences sexuelles et entrée dans la prostitution, il y a déjà près de 40 ans. En 1977, une étude271 établissait qu’entre 57 et 65% des femmes prostituées interrogées avaient connu des violences sexuelles, en général avant l’âge de 15 ans et en général de la part de leur père, ce qui était largement disproportionné par rapport aux chiffres de la population générale estimés à cette époque. En 1983, une enquête portant sur 200 femmes prostituées à San Francisco272 démontrait que 60% d’entre elles avaient subi des violences sexuelles dans l’enfance, en moyenne par deux hommes et pendant 20 mois. Près de la moitié de ces femmes ayant connu des violences sexuelles dans l’enfance avaient été agressées de manière répétée ; 20% l’avaient été 2 ou 3 fois ; et 30% l’avaient été une fois. Les deux tiers avaient été agressés par leur père ou beau-père. Enfin, 70% d’entre elles affirmèrent qu’il existait un lien entre les violences sexuelles qu’elles avaient subies et leur entrée dans la prostitution. Une étude de 1987 a trouvé que 73% des prostituées interviewées avaient connu des violences sexuelles, notamment des viols avant l’âge de 16 ans, contre 29% dans l’échantillon d’individus non prostitués273. Soixante-deux pourcent des femmes prostituées ayant connu des violences sexuelles déclarèrent que ces violences influencèrent leur entrée dans la prostitution. Par ailleurs, les violences sexuelles subies par les personnes prostituées étaient plus graves et plus répétées que dans le groupe témoin. Cela a été confirmé par une étude de 1999 : en comparant avec un échantillon de personnes victimes d’inceste mais n’étant pas rentrées dans la prostitution, il a été montré que les personnes prostituées ont en moyenne subi des violences sexuelles plus graves, et qu’elles ont également connu plus de violences intrafamiliales d’autres types (violences physiques, violences psychologiques, etc.)274.

Dans une étude de 1998, 57% des personnes prostituées disent avoir subi des violences sexuelles dans l’enfance275. Un autre travail indique que 32% des femmes prostituées interrogées avaient subi une pénétration avant l’âge de 11 ans, contre 13% dans la population générale276. Une étude de 1991277, portant sur un échantillon de femmes et d’adolescentes sans abri, montre que, indépendamment de facteurs tels que la fugue ou la toxicomanie, les violences sexuelles dans l’enfance sont un facteur d’entrée dans la prostitution. Une autre étude de 1996 a trouvé que les violences sexuelles dans l’enfance étaient un facteur significatif d’entrée dans la prostitution278. Une étude de 1991 indique que les personnes ayant subi des viols dans l’enfance avaient quatre fois plus de chance d’avoir été prostituées279, tandis qu’il a été trouvé dans une enquête de 2002 que les femmes prostituées avaient deux fois plus de chance d’avoir subi des violences sexuelles, par rapport à des femmes non-prostituées280.

Dans une étude qualitative portant sur 20 prostituées québécoises281, 17 ont connu des violences sexuelles avant l’entrée dans la prostitution. Pour un premier groupe constitué de quatre femmes, l’anthropologue note qu’elles ne pouvaient que devenir prostituées, car les violences sexuelles leur ont forgé une identité de prostituée. Pour ces femmes, les violences sexuelles par les hommes de la famille ont commencé très tôt (5-8 ans), et ont été rémunérées par leur agresseur(s). Par ailleurs, elles ont aussi été traitées de « putes » et d’autres mots dégradants les rapprochant de la prostitution dès leur enfance. Pour un deuxième groupe, constitué de sept femmes, la violence sexuelle apparaît comme la cause principale de l’entrée dans la prostitution, mais n’a quand même pas forgé de manière aussi intime une identité de prostituée, comme pour le premier groupe. Pour un troisième groupe (6 femmes), la violence sexuelle a contribué à l’entrée dans la prostitution, mais n’en est pas la cause principale. Enfin, les trois femmes n’ayant pas connu de violences sexuelles avant l’entrée dans la prostitution sont venues à se prostituer à cause de la pauvreté et/ou de la toxicomanie.

D’autres études établissent ce lien entre violences sexuelles (dans l’enfance mais aussi à l’âge adulte) et entrée dans la prostitution, mais elles ne peuvent être toutes citées ici282–293. Notons cependant que les violences sexuelles ne sont pas le seul facteur d’entrée dans la prostitution. De manière générale, grandir dans une famille dysfonctionnelle et subir des violences de tout type sont des facteurs d’entrée274,282,294–299.

Plusieurs chemins peuvent exister entre  violences – en particulier les violences sexuelles – et entrée dans la prostitution :

  • fugueUn chemin courant est la fugue, permettant une entrée dans la prostitution à l’adolescence. Les enfants victimes de maltraitances et d’inceste en effet plus de chance de fuguer300. Par ailleurs, iels ont également une faible estime d’elles-mêmes et ont plus tendance à consommer de la drogue, ce qui les rend particulièrement vulnérables. Une fois dans la rue, sans ressources, la prostitution peut être un des seuls moyens d’obtenir de la nourriture, un toit, de la drogue ou de l’argent289,299: les études sur des populations nord-américaines indiquent qu’environ un quart des adolescente·s sans domicile ont eu recours à la prostitution pour survivre301,302. Par ailleurs, vulnérables à cause de leur manque de ressources et d’estime de soi, iels constituent des proies faciles pour les proxénètes qui les appâtent à de plusieurs manières. Par exemple303 :
    • à l’aide de promesses d’argent et d’amour
    • en leur fournissant de la drogue contre un rapport sexuel, puis en leur demandant de se prostituer
    • en leur donnant de l’argent, de la nourriture et d’autres ressources, et en leur demandant après de se prostituer pour rembourser une soi-disant dette.
  • Un autre chemin peut-être celui de la drogue. En effet, les victimes de violences sexuelles sont plus susceptibles de devenir toxicomanes166–172. Or la prostitution permet de gagner beaucoup d’argent très rapidement, et peut donc apparaître, a priori, comme le meilleur moyen de financer sa consommation. Une étude portant sur des femmes prostituées accro au crack indique qu’un certain nombre d’entre elles ont commencé à se prostituer pour payer leur consommation de drogues (crack ou autre)304. Dans une enquête de 1982, 27% des 200 femmes prostituées interrogées ont déclaré avoir commencé à se prostituer pour payer leur drogue305. Dans une autre, 16% ont déclaré être entrée dans la prostitution de rue pour financer leur consommation303.
  • Les enfants maltraitée·s ont des rapports sexuels plus tôt que les enfants non maltraitées. Un certain nombre de ces rapports sexuel sont d’ailleurs non consentis et constituent donc des viols. Dans tous les cas, les rapports sexuels précoces sont des facteurs d’entrée dans la prostitution295. Un autre chemin possible est le fait que des parents violents peuvent aller jusqu’à prostituer leurs enfants. Dans une étude de 2007, jusqu’à 12% des femmes prostituées l’avaient été par un parent, un grand frère ou une grande sœur303. Dans ce cas-là, la prostitution est en continuité directe avec les maltraitances subies dans l’enfance : plus exactement, elle fait partie intégrante des violences que l’enfant connait au sein de sa famille.
  • Notons que même parmi les adolescente·s sans abri, celles et ceux qui ont subi des violences sexuelles ont plus tendance à utiliser la prostitution comme moyen de survie que celles et ceux qui n’ont pas subi de telles violences277,306. Les victimes de violences sexuelles qui fuguent, ont certes tendance à fuguer un plus grand nombre de fois que les adolescent·e·s sans abri n’ayant pas subi de violences sexuelles, ce qui est un facteur de risques d’entrée dans la prostitution. Cependant, même en tenant compte de cela et de la consommation de drogues, les violences sexuelles restent une variable explicative, ce qui indique que les fugues et/ou la consommation de drogues ne constituent pas la seule explication du lien entre violences sexuelles et entrée dans la prostitution chez les adolescent·e·s. Cela suggère que l’entrée dans la prostitution n’est pas seulement due à l’existence de situations matérielles difficiles (itinérance, toxicomanie, …) provoquées par les violences dans l’enfance. Des facteurs psychologiques peuvent aussi entrer en jeu. En effet, les troubles dissociatifs induits par les violences sexuelles sembleraient « faciliter » la pratique de la prostitution. La dissociation, qui est à la base un comportement acquis permettant de se protéger des souffrances induites par les violences, est recyclée afin de devenir un mécanisme pour se désensibiliser et pouvoir effectuer les passes. On comprend donc mieux pourquoi Dworkin disait que l’inceste permettait d’« apprendre [à la victime] comment faire [dans la prostitution] ». Cela est détaillé dans le paragraphe « Une méthode de déconnexion apprise lors de violences antérieures ».

Inceste et prostitution : un fonctionnement similaire

Bouc émissaire, celui qui porte les fautes

Bouc émissaire, celui qui porte les fautes

« La prostitution est à la société ce que l’inceste est à la famille » : c’est ce que déclarait Jorge Barudy, un psychiatre spécialisé dans les violences dictatoriales et intra-familiales307. En effet, des similitudes émergent dans les deux systèmes307,308 :

  • L’agresseur est roi. Que ce soit l’incestueur ou le client, tous les deux pensent avoir le droit de « se servir », dans la famille ou parmi une classe de femmes « dédiées à ça », pour obtenir un rapport sexuel.
  • Le sacrifice. L’enfant incesté·e est sacrifié·e pour maintenir l’harmonie familiale. De la même façon, les prostituées sont sacrifiées pour maintenir un prétendu bon fonctionnement de la société. On entend régulièrement que la prostitution permet de réduire les viols. Elle est souvent considérée comme « un mal nécessaire ». Saint Augustin disait ainsi « Supprimez les prostituées et vous apporterez un trouble général par le déchaînement des passions.309» L’écrivain néerlandais Bernard Mandeville affirmait quant à lui « Il est évident qu’il existe une nécessité de sacrifier une partie des femmes pour conserver l’autre et pour prévenir une saleté d’une nature plus repoussante.310»Par ailleurs, l’argent gagné dans la prostitution ne profite pas toujours directement à la personne prostituée307. Il profite fréquemment au proxénète (avec lequel il peut y avoir une relation sentimentale) ou aux enfants, qui ne savent rien mais pour qui la prostituée se sacrifie. Il y a donc une notion de sacrifice lié à l’argent, en lien avec une idée de rédemption ou de réparation d’une faute.
  • Le stigmate. L’inceste, tout comme la prostitution sont deux phénomènes perçus comme étant mauvais par la société. Pourtant, le poids de la « faute » des hommes incesteurs et prostitueurs (celle d’utiliser d’autres êtres humains pour leurs prétendus besoins sexuels), est reporté sur l’enfant incesté·e, tout comme sur la personne prostituée. C’est finalement ces dernièr·e·s qui sont stigmatisé·e·s.
  • La rétribution. Les enfants victimes d’inceste reçoivent également une rétribution, fixée par l’incesteur : de l’argent, des cadeaux ou un peu plus d’attention. Dorothée Dussy, anthropologue spécialiste de l’inceste, note que cette rétribution permet d’acheter le silence de la victime41. Elle précise aussi que l’argent transfère la responsabilité de l’inceste sur la victime, et permet de transformer l’agression sexuelle en un petit commerce tranquille. De la même façon, l’argent permet aux clients prostitueurs de se dédouaner de toute responsabilité vis-à-vis des personnes prostituées311–313.Le même processus est à l’œuvre par rapport aux demandes d’indemnisation des victimes de violences sexuelles. Ainsi, le fait que Nafissatou Diallo ait touché 1,5 millions de dollars de la part de Strauss-Kahn suite à son procès au civil, ou encore les rumeurs évoquant le fait qu’elle serait intéressée par l’argent, ont fait dire à beaucoup de monde qu’elle n’était pas réellement victime, mais juste une femme vénale. Dorothée Dussy note que les incesteurs et la famille remettent systématiquement en cause le sens moral des victimes d’inceste quand celles-ci font des demandes d’indemnisation. Les incesté·e·s eux-mêmes refusent parfois de suivre les suggestions des avocats et refuse de demander des dommages et intérêts41. Plus récemment, lors de l’affaire du Carlton, les personnes prostituées qui s’étaient portées parties civiles ont juste demandé 1 euro symbolique pour les dommages et intérêts314.
  • Le secret. C’est la loi du silence qui règne dans les familles incestueuses. De la même façon, le silence règne sur le milieu de la prostitution. Les personnes prostituées prennent rarement la parole en public, par peur des représailles de la part des proxénètes ou par peur du stigmate. Le secret sur la prostitution doit être gardé dans la société.

7.2.           Au cœur de la prostitution : la dissociation

Annie Mignard

Annie Mignard

Les personnes prostituées ont des rapports sexuels non désirés à répétition. Elles sont en contact direct avec des hommes qui ne les attirent pas, voire qui les dégoûtent. Pour se protéger et ne pas ressentir de trop fortes émotions négatives, elles doivent donc se dissocier de leur corps et de leur être lors des passes. L’objectif est de ne pas être mentalement présente307,315.

Cette mise à distance revient constamment dans les témoignages de personnes prostituées. Elle a déjà été finement décrite par l’écrivaine Annie Mignard en 1976 dans son texte Propos élémentaires sur la prostitution316 :

Le corps réagit il différemment lorsqu’il y a de l’argent et lorsqu’il n’y en a pas ? En est-on moins malade pour autant? Moins coupée ? Moins expulsée de soi-même? Où peut-on aller se réfugier quand le lieu de son corps est occupé par autrui ? Quand on n’a même plus son espace du dedans ? Une prostituée dit « Je me réserve ce qu’il y a au-dessus des épaules. » Ca ne sauve pas grand-chose de penser qu’on est partagée en bas-morceaux et en quant-à-soi. Cette expérience schizoïde, toutes les prostituées la vivent comme schizoïde. Et se sauvent de la folie et de la mort en se dissociant : en dissociant leur carne de leur moi, en prétendant qu’elles ne sont pas là pendant que le client utilise leur chair. En ne sentant rien. Pas le moindre vice, il n’y a personne.

Cette dissociation peut simplement se manifester par le fait de penser très fortement à quelque chose d’autre. Une prostituée québécoise explique :

Quand y’en a un qui est en train de te pénétrer, pense pas à tes enfants ou pense pas à qu’est-ce que t’aurais pas dû faire, puis pense pas que t’es là, avec. Pense à d’autre chose. Pense que t’es sur le bord de la plage. Pense que tu fais de l’équitation. Pense à ce que t’aimes. Mais pense pas à ce que t’es en train de faire là […].281

Cette méthode ressemble beaucoup au conseil souvent préconisé au début du 20ième siècle aux femmes pour supporter les viols conjugaux : « Ferme les yeux et pense à l’Angleterre ».

Mais pour certaines prostituées, la dissociation semble encore aller plus loin : il ne s’agit pas seulement de penser à autre chose, mais de vivre des expériences de dissociation péritraumatique, semblable à ce qu’expérimentent les victimes de viol. Ces expériences incluent notamment une désensibilisation (à la douleur et aux émotions), des impressions de sortir de son corps, la perte de la notion de temps, ou encore l’impression que notre corps ne nous appartient pas. Par exemple, une femme témoigne sur le forum Doctissimo :

Pendant le taff, je me sens complètement déconnectée. C’est comme si j’étais juste un corps, avec un mode d’emploi (là tu peux rentrer, là tu peux pas, à utiliser avec préservatif, etc.) J’encaisse mais je ne me sens pas là. J’ai d’ailleurs tendance à perdre la notion du temps.317

La dissociation, le fait de ne pas être mentalement présente, apparaît l’une des conditions pour tenir dans la prostitution. Plusieurs autres travaux confirment que le processus de dissociation est au cœur de l’acte prostitutionnel315,318–320. Par exemple, une étude de 2009321 signale que les 14 femmes prostituées interrogées ont toutes dû se dissocier pour supporter les passes. C’est également le cas de l’ensemble des prostituées interviewées dans d’autres études318,319,322, malgré des parcours ou des conditions d’exercice de la prostitution parfois très différents318,319,322. Toutes les personnes qui ont travaillé sur la prostitution ont pu mettre en évidence ce phénomène, même celles qui considèrent que la prostitution n’est pas intrinsèquement une violence. Par exemple, Ine Vanwesenbeeck, une chercheuse néerlandaise en faveur de la dépénalisation totale de la prostitution, a déclaré que cette « compétence à la dissociation » contribuait à une « attitude professionnelle » dans le domaine du « travail du sexe », voire était nécessaire pour l’exercer323. Selon Teela Sanders, une autre chercheuse également favorable à la dépénalisation, les personnes qui n’arrivent pas à assez se dissocier n’ont pas su assez bien gérer les risques émotionnels liés à ce « travail », et sont par conséquent sujettes à des émotions très négatives qui peuvent avoir de graves conséquences324. Ainsi, là où les chercheuses abolitionnistes voient des troubles dissociatifs causés par des violences275,293,315,325, d’autres y voient une façon de gérer ses émotions via un jeu de rôle322–324,326.

Une méthode de déconnexion « apprise » lors de violences antérieures

Dans plusieurs études, un certain nombre de personnes prostituées interrogées expliquent qu’elles ont appris à se dissocier lors de maltraitances dans l’enfance, en particulier lors de violences sexuelles293,321,327–329. Les violences sexuelles ont aussi appris à ces femmes que leur corps pouvait être utilisé pour le plaisir d’autrui. Dans l’étude portant sur 14 femmes prostituées, l’autrice souligne que des techniques de mise à distance de son propre corps étaient déjà intégrées par ces femmes avant l’entrée dans la prostitution321. Une étude néerlandaise portant sur 127 femmes prostituées a montré que les femmes ayant subi le plus de violences dans l’enfance avaient tendance à plus fréquemment se dissocier pour supporter le stress et les émotions négatives124.

Plusieurs femmes racontent comment les violences sexuelles dans l’enfance leur ont appris à se dissocier. Par exemple une femme suédoise explique328 :

En outre, ce que je ressentais pendant l’acte lui-même, ou comment dire […] je me déplaçais vers ma tête. […] Et je vois que me suis servie de la même chose [dans la prostitution], oui, mais cela vient de l’inceste […] J’étais complètement déconnectée.

Dans le cadre d’une étude de 2014, portant sur les conducteurs de camion en Amérique centrale, une prostituée costaricienne a été longuement interviewée329. Elle raconte avoir été agressée sexuellement par son père étant enfant, et déclare que cela l’a « aidée » dans le « business de la prostitution » :

Je dois être honnête avec vous. Pour moi, le fait que je puisse quitter mon corps et ne rien sentir quand j’ai des rapports sexuels a été bénéfique pour la pratique de la prostitution.

Elle précise que les années de violences sexuelles passées auprès de son père ont été « une formation à cette profession ».  Selon elle, il est plus facile d’être prostituée quand on est capable de se détacher de l’acte et de « penser à autre chose ». Elle considère que la plus grande compétence d’une prostituée est « d’être capable de se couper de ce qu’elle est en train de faire, et de ressentir du plaisir si elle le souhaite ». Précisons que malgré tout ce qu’elle a subi, cette femme ne se considère absolument pas comme une victime, ni de l’inceste (elle avait du plaisir, dit-elle) ni de la prostitution.

Dans une étude américaine, une autre femme explique clairement le lien entre les violences sexuelles qu’elle a subies et sa capacité à se dissocier pendant les passes :

La prostitution, c’est comme un viol. C’est comme quand j’avais 15 ans et que j’ai été violée. J’avais l’habitude de quitter mon corps. Je veux dire que c’est ce que j’ai fait quand cet homme m’a violée. Je suis allée au plafond, et je me suis insensibilisée parce que je ne voulais pas ressentir ce que je ressentais. J’avais très peur. Et quand j’étais prostituée, j’avais l’habitude de faire ça tout le temps. J’engourdissais mes sensations. Je n’avais même pas l’impression d’être dans mon corps. Je quittais en fait mon corps et j’allais quelque part ailleurs avec mes pensées et mes sentiments, jusqu’à ce qu’il décolle de moi et que ce soit fini. Je ne sais pas comment expliquer autrement, sauf que je le vivais comme un viol. Pour moi, c’était un viol.293

Par ailleurs, il est fréquent que les victimes de violences dans l’enfance rejouent les traumatismes qu’elles ont vécus dans l’objectif de reprendre le contrôle197,330. A l’époque du traumatisme, elles se sont senties passives, impuissantes et faibles. Pour résoudre ce sentiment d’impuissance, elles recréent la scène du drame, mais cette fois-ci en essayant d’avoir un rôle où elles sont actives et ont du pouvoir – ou croient en avoir. C’est un phénomène que l’on observe dans la prostitution, puisqu’un certain nombre de personnes prostituées ont le sentiment de prendre leur revanche, ou de se réapproprier leur corps suite aux violences, en faisant payer des hommes281,321,330–332.  Virginie Despentes raconte ainsi que son passage dans la prostitution a été « une entreprise de dédommagement [de son viol], billet après billet, de ce qui [lui] avait été pris par la brutalité. »269 Une prostituée québécoise, elle, explique281 :

Moi, c’était plus la vengeance envers les hommes… J’ai dit: « Les ostis y vont payer !» Ça, ça r’montait de loin… à cause de mon père, la famille… ça r’montait à l’enfance ! Là j’ai dit: « Vous avez pas fini de payer, j’te jure ! » Je me suis dit en moi-même : « Toi, mon osti, tu vas payer c’que les hommes m’ont fait. Et c’est là que j’ai commencé à aimer ça… les faire payer… pas la prostitution… les faire payer. Pour ce que moi j’avais vécu antérieurement. J’ai dit ça pour mon père : « Tu vas payer, tu m’prendras pas l’cul pour rien…», c’est ça que je me disais. Je les ai fait payer. Jusqu’à temps que j’ai été capable, je les ai fait payer. […] JE L’AI FAIT PAYER. Je jouis rien qu’à le dire. T’as pas eu mon cul pour rien. Pour moi, c’était le top, c’était la priorité.

Cependant, ce sentiment de pouvoir sur les clients est une illusion, car dans la réalité, les personnes prostituées subissent énormément de violence, notamment de la part des clients prostitueurs124,275,333–336. Cela indique, que c’est bien eux qui ont le contrôle sur elles, et non pas elles sur eux… De plus, l’étude sur les prostituées néerlandaises démontre que plus une femme a été victime de violences dans l’enfance, plus elle le sera dans la prostitution124. La prostitution n’est donc absolument pas une méthode efficace pour surmonter le désespoir provoqué par des violences antérieures.

Les techniques de mise à distance

De base, le fait de présenter des troubles dissociatifs provoqués par des violences sexuelles survenues dans le passé « aide » à supporter les passes. Néanmoins, les prostituées utilisent en supplément d’autres techniques pour amplifier cette dissociation.

Plusieurs chercheuses ont tenté d’étudier en détail ces méthodes de déconnexion318,322,337,338. Les criminologues norvégiennes Cecile Høigård et Liv Finstad ont jugé que ces techniques de mise à distance étaient au cœur de l’acte prostitutionnel. En effet, sur les 26 personnes qu’elles ont interrogées, seules deux n’ont pas évoqué ces mécanismes de défense. La préoccupation de dissocier le Moi du corps est donc constante. Par ailleurs, ces techniques apparaissent également comme quasi-universelles : des prostituées du monde entier les utilisent, sans pourtant communiquer entre elles. Je vais en décrire quelques-unes ci-dessous

La dissimulation de son identité
Le changement d'apparence via le maquillage peut aider à rentrer dans un rôle

Le changement d’apparence via le maquillage peut aider à entrer dans un rôle

Une des premières choses que font les personnes qui se prostituent est de prendre un pseudonyme307,315,318,322,326,339. Elles ne donnent jamais leur véritable prénom aux clients et ne disent rien de leur vie privée318,326. Ce changement de nom leur permet d’avoir deux identités bien distinctes : celle à l’intérieur, et celle à l’extérieur de la prostitution. Il permet d’éviter une « contamination » de leur vie par l’activité prostitutionnelle. Cela constitue donc un premier clivage, puisque lors de l’activité prostitutionnelle, les personnes prostituées vont être dans la peau d’un personnage créé de toute pièce et qui n’existe que dans ce cadre-là (un personnage correspondant bien sûr aux stéréotypes sexistes et racistes pour coller à la demande des clients). Elles peuvent même aller jusqu’à inventer une biographie fictive à ce personnage322,339. Par exemple, une prostituée raconte pourquoi et comment elle a créé le personnage d’Eleanor :

Tu dois te créer un rôle, en plus de celui que tu joues dans au sauna [lieu de prostitution]. L’endroit où tu vis ne doit absolument pas être divulgué. Tu dis à ta famille une chose, mais tu dis à ton client autre chose qui protège ta vie de famille. Les clients me posent des questions sur ma vie, et je leur parle habituellement de psychologie, car c’est quelque chose que je connais. Eleanor est étudiante à Manchester et elle étudie la psychologie. 322

Par ailleurs, des rituels basés sur l’habillement et le maquillage permettent également de rentrer et sortir de ce rôle, en permettant un important changement d’apparence 307,318,322.

L’établissement de frontières physiques

Une autre technique est de créer des frontières physiques 315,318,322,324,326,338. Par exemple, certaines parties du corps sont accessibles au prostitueur, mais d’autres lui sont absolument interdites. Une prostituée témoigne :

Mon visage était tabou. Il ne fallait pas y toucher. Ou mes bras. Oui. Je ne sais pas exactement d’où ça vient, mais effectivement il ne fallait pas toucher à mes bras. Ces bras étaient les miens et je portais toujours des pulls à manches longues.328

Une personne raconte comment elle se réfugie dans sa tête, comme pour fuir son corps qui peut alors être utilisé par le client sans qu’elle-même soit réellement touchée328 :

Je me déplaçais vers ma tête. […] C’est à partir de là que j’entrais dans une autre réalité. Et alors, c’était dans ma tête. De cette façon, il me semblait que je n’avais pas de corps non plus. […] Comme cela, on pouvait en principe faire ce que l’on voulait de mon corps, sans que je ressente quoi que ce soit.

Dans une étude de 2005322, l’ensemble des 50 prostituées interviewées (prostituées britanniques « volontaires » et issues essentiellement de la prostitution d’intérieur) indiquait utiliser cette technique.

Le préservatif sert parfois de barrière entre la prostituée et le client

Le préservatif sert parfois de barrière entre la prostituée et le client

Certaines parties du corps ne doivent donc pas être prostituées. Une partie du corps est achetable, l’autre (généralement la  tête et le haut du corps) reste « à soi » et permet à la personne de s’y réfugier symboliquement. Par ailleurs, le préservatif – au-delà de sa fonction de protection contre les infections sexuellement transmissibles – est aussi souvent perçu comme un moyen de poser une barrière entre soi et l’acheteur315,326,338.

De la même façon, certains actes sexuels sont interdits dans la prostitution et réservés au sexe intime315,324. On pense au baiser : très généralement, les prostituées refusent d’embrasser. A l’inverse certaines pratiques peuvent être réservées à la prostitution (par exemple, la fellation)322. De manière générale, les actes semblent être de nature différentes : ils sont décrits comme « cliniques » dans la prostitution, et sans plaisir ni émotion322.

Au-delà du corps, il peut y avoir une séparation d’ordre géographique. Les personnes prostituées cherchent généralement à se prostituer dans un lieu différent de leur lieu de vie et/ou leur quartier. Cette séparation entre « lieu privé » et « lieu de « travail » » est souvent indispensable315,326,339. La séparation spatiale peut être située à une plus petite échelle. Par exemple, dans Une vie de putain340,  une anthologie combinant les récits de personnes prostituées, une femme explique qu’elle utilise un drap pour séparer le client de son lit, qui lui appartient :

La preuve que j’effectue cette séparation est que, sur mon lit, il y a toujours un drap qui sépare le client de ce qui m’appartient. Il n’a jamais, au grand jamais, le droit de coucher dans mon propre lit. Il est étendu sur un drap particulier et pas dans mon lit. Mes draps sont ma propriété. C’est là où je pose ma tête, où je me reconnais moi-même avec mon odeur.

Enfin, de manière générale, les personnes prostituées évitent autant que possible les contacts physiques avec le prostitueur319. Elles peuvent par exemple simuler une pénétration anale en utilisant leurs cuisses, ou imiter une fellation avec leur main326. Certaines préfèrent offrir des services de dominatrice dans l’objectif de réduire ces contacts physiques326.

L’utilisation de drogues et d’alcool
L'utilisation de drogues est très fréquente dans la prostitution

L’utilisation de drogues est très fréquente dans la prostitution

Quand les autres techniques de mise à distance n’induisent pas une déconnexion assez importante, les drogues prennent leur relais pour amplifier le phénomène de dissociation. En effet, de nombreuses prostituées utilisent de la drogue ou de l’alcool pour pouvoir « y aller » ou pour pouvoir « tenir » 318,321,327,339,341,341–343.  L’une raconte :

Avec le premier client, je suis descendue de la voiture en courant. Impossible. Les autres filles m’ont dit de boire, que ça m’aiderait. C’était vrai. Pour pouvoir y aller, il fallait que je prenne quatre ou cinq Martinis.311

Rosen Hicher, survivante de la prostitution qui tient à témoigner de ce qu’elle a vécu explique :

Je suis donc tombée [dans la prostitution]. Et j’ai mis vingt-deux ans à en sortir. Vingt-deux ans de violences sexuelles, arrosées de beaucoup d’alcool pour tenir le coup, pour ne pas voir, ne pas sentir.344

Une étude néerlandaise de 1995345 portant sur 127 femmes prostituées et sur 27 hommes prostitués indique que  44 % des femmes prostituées et 74% des hommes prostituées buvaient au moins parfois de l’alcool avant de se prostituer, et environ 26% des femmes prostituées et 70% des hommes prostitués prenaient au moins parfois de la drogue. Une étude de 2000346 portant sur des consommatrices afro-américaines de crack indique que celles qui se prostituent en consomment plus et utilisent la drogue comme moyen de réduire les émotions négatives liées à le prostitution. Dans une étude de 2004341 portant sur 119 prostituées américaines (de rue ou d’intérieur), 70% d’entre elles ont expliqué utiliser de la drogue et/ou de l’alcool pour engourdir leurs émotions, et 54% considéraient qu’il était nécessaire d’être shooté pour pouvoir faire une passe. Dans ce cadre-là, les drogues et l’alcool apparaissent, pour ainsi dire, des « outils de travail », puisqu’ils permettent d’effectuer la passe sans trop souffrir.

Autres techniques

D’autres techniques aidant à la dissociation ont pu être répertoriées : la mise en place de barrières temporelles (la passe ne doit pas durer plus d’une certaine durée) avec souvent la volonté d’écourter au maximum le temps de la passe326, l’humour337 ou encore rester passive pendant l’acte319 (« Ma « technique » de travail consiste donc à être la plus passive possible, en faisant passer ça pour de la soumission féminine que je trouve excitante » dit par exemple une femme prostituée sur Doctissimo317).

Conclusion : une objectivation sexuelle et la vente d’un corps vide

La dissociation pour vendre son corps tout en préservant son âme

La dissociation pendant la passe apparaît comme universelle. Certain·e·s vont jusqu’à parler de « compétence » nécessaire à la prostitution. Cette capacité semble dans un certain nombre de cas avoir été acquise lors de violences sexuelles antérieures, notamment lors d’agressions sexuelles incestueuses. C’est pour cela que Dworkin affirme que l’inceste constitue la filière de recrutement pour la prostitution270.

En se dissociant, les personnes prostituées cherchent à préserver leur être de la marchandisation. Pour cela, elles se réfugient symboliquement dans certaines parties du corps.

En se dissociant, les personnes prostituées cherchent à préserver leur être de la marchandisation. Pour cela, elles se réfugient symboliquement dans certaines parties du corps. Le reste du corps, vide, est à vendre.

On peut essayer de comprendre ce que les personnes prostituées cherchent absolument à préserver via la dissociation. Pourquoi choisissent-elles de mentalement quitter leur corps ou de se réfugier dans leur tête ? La journaliste Kajsa Ekis Ekman qui a écrit un livre sur la dissociation dans la prostitution et la Gestation pour Autrui, L’être et la marchandise, offre une analyse intéressante347. Elle déclare que cela permet aux personnes prostituées de distinguer ce qui est vendu (les parties du corps prostituables, associées à des actes sexuels « cliniques », « froids ») du Moi (les parties du corps non vendues, et sa sexualité propre). L’objectif est de séparer le corps de l’âme, afin de pouvoir vendre le premier tout en préservant la deuxième. Tous les jours, les personnes prostituées transforment leur corps en produit, tout en cherchant à ne pas se transformer elles-mêmes en marchandise. C’est dans les parties non vendues (souvent le haut du corps : visage, cou, épaule…) que continue à vibrer le Moi et où les sensations demeurent intactes. C’est dans ces parties que se réfugie symboliquement la personne prostituée.

Il y a ainsi une dualité entre le corps-produit, le corps-marchandise, qui est vendu, et le corps dont la personne se sent encore propriétaire, qui est le corps qui vibre et ressent. Une prostituée dit par exemple « Ce corps n’est pas le mien – celui que je donne au client n’est pas le vrai, ce n’est pas le mien »340. Une autre explique : « Au moment de l’acte sexuel, il se produit une dissociation, comme si ce que je ne voulais pas salir allait se réfugier quelque part en moi… tout devient mécanique, comme si une autre prenait cette place dégoûtante où je ne veux pas être… comme si je repoussais mon humanisme pour pouvoir passer au travers et « faire mon client ».348

Les personnes prostituées cherchent à distinguer le corps-produit du « vrai corps » afin de préserver le second. Mais ce n’est pas tout : elles ont le souci constant de différencier les actes sexuels vendus de leur sexualité322,326. Les actes sexuels vendus sont décrits comme étant « cliniques », « chirurgicaux », « froids », « mécaniques », et la majorité des personnes prostituées cherchent à éviter d’éprouver du plaisir lors d’une passe322,326.

Cependant plusieurs témoignages indiquent que la dissociation ne permet pas sur le long terme de préserver le Moi. Au bout d’un moment, le corps reste un produit – même en dehors de la prostitution – et la sexualité est contaminée par la prostitution326. Par exemple, une prostituée raconte :

Quand mes mains touchent mon corps au travail, elles rencontrent un produit. En dehors du travail, mon corps possède une continuité, une intégrité […] Hier soir, lorsque j’étais dans mon lit après le travail, j’ai touché mon ventre et mes seins. C’était la même sensation qu’au Capri [le club de danse nue] et ils refusaient de  redevenir eux-mêmes. Quand [mon partenaire] m’a embrassée, j’ai reculé instinctivement à son contact. Nous avons sursauté tous les deux et nous nous dévisagés. D’une certaine façon, le miroir s’était brisé et il était devenu l’un d’eux [clients]293.

A cause de cela, certaines femmes prostituées décident de n’avoir des relations sexuelles, en dehors de la prostitution, qu’avec des femmes, malgré un passé hétérosexuel. Cela parce qu’il n’est plus possible pour elles de coucher avec des hommes sans les voir comme des prostitueurs, et de dissocier le « sexe-travail » de leur propre sexualité326. D’autres refusent d’avoir des relations sexuelles en dehors de la prostitution324.

A la lumière de cette dissociation, on comprend mieux l’expression « vendre son corps ». Les organisations militant pour la dépénalisation de tous les pans du système prostitueur (en l’occurrence proxénétisme et clientélisme) affirment que ce n’est pas le corps qui est vendu, mais des services sexuels. Cependant, en lisant les témoignages des personnes prostituées, on comprend qu’elles mettent à la disposition du prostitueur, moyennant rétribution, un corps, ou des parties du corps, qui sont « vidés » de l’esprit de la personne. Le prostitueur peut accéder à des parties du corps, à condition que ces dernières soient transformées en marchandise, sans âme et sans vie. Ce qu’achète le prostitueur, c’est l’accès à un corps vide, pendant une certaine période de temps. Il achète aussi, il est vrai, des actes sexuels, mais de nouveau, ces actes sexuels sont absolument séparés de la personne qui les accomplis. Ce ne sont donc pas des « services » anodins, car dans les autres professions, celui ou celle qui effectue des services n’éprouve pas le besoin de devoir absolument se dissocier afin de ne pas être mentalement présent·e. Enfin, le prostitueur fait ceci pour son propre plaisir : ce que ressent la personne prostituée n’est pas son problème, puisqu’il a payé.

Cela permet de revenir à la définition de l’objectivation sexuelle par Sandra Bartky, et de constater que la prostitution en est une parfaite illustration4 :

L’objectivation sexuelle survient à chaque fois que le corps d’une femme, les parties de son corps, ou ses fonctions sexuelles, sont séparées de sa personne, réduit à l’état de simples instruments, ou considérés comme s’ils pouvaient la représenter. En d’autres termes, quand les femmes sont objectivées, elles sont traitées comme des corps – et en particulier, comme des corps qui existent pour l’utilisation et le plaisir des autres.

Ce que souhaitent les clients : l’achat du Moi

Les prostitueurs se rendent bien compte du fait que ce qu’ils achètent est l’accès à un corps vide, mort311. Par exemple,  un client raconte :

Quand vous faîtes l’amour, elle ne fait rien, c’est triste à dire ce que je vais vous dire, c’est tout juste si vous ne prenez pas, je ne sais pas, quelqu’un qui dort ou qui est mort. Oui, c’est macabre. Vous prendriez une morte, vous feriez l’amour avec elle, c’est vraiment le résultat. Il n’y a aucune sensation, il n’y a aucun sentiment, il n’y a rien311.

silhouette-d8217hommeIl y a eu peu d’études sur les clients, et encore moins sur leur ressenti. Néanmoins, le peu de travaux à ce sujet indiquent tous la même chose : la majorité des prostitueurs sont insatisfaits de leur clientélisme, justement parce qu’ils achètent des actes sexuels mécaniques, détachés de la personne. Par exemple, l’étude réalisée en France par Saïd Bouamama et Claudine Legardinier sur un échantillon de 63 clients a montré que la grande majorité (71 %) sont déçus ou insatisfaits de leur recours à la prostitution311. Les raisons avancées sont la passivité des personnes prostituées, le manque de relationnel, le fait que la personne prostituée refuse d’être embrassée ou qu’elle ait l’air de s’ennuyer. En d’autres termes, ils veulent que la prostituée agisse comme si elle n’était pas payée et qu’elle désirait le rapport sexuel. Ils sont déçus de n’avoir que des actes sexuels mécaniques et l’accès à un corps vide. Rose Dufour, dans une enquête sur 64 clients québécois retrouve la même insatisfaction liée aux mêmes causes281. D’après une enquête portant sur un échantillon de 103 clients londoniens312, 71% d’entre eux ressentent de la honte, de la culpabilité, ou une autre forme de sentiment négatif à propos de leur clientélisme. Encore une fois, l’une des explications à ces sentiments négatifs a été le fait de ne pas pouvoir acheter une véritable relation sexuelle, mais juste des actes sexuels détachés de la personne prostituée.

Comme le souligne l’étude de Bouamama et Legardinier, ce qui est recherché par ces hommes est une relation d’échanges, alors que par définition, la prostitution ne permet l’achat que d’un acte unilatéral, sans réciprocité. Ces hommes ont une demande paradoxale et donc impossible à satisfaire : ils veulent pouvoir acheter du sexe, mais que ce sexe ne soit pas une marchandise, coupée de la personne. Comme l’indiquent les différentes études à ce sujet, ils utilisent l’argent pour ne pas avoir à se soucier de la personne qu’ils ont en face d’eux et pour ne pas avoir de lien avec elle. Mais en même temps, ils veulent que la prostituée soit, elle, émotionnellement impliquée.

Comme le dit Kajsa Ekis Ekman :

[Le prostitueur] exige toujours plus – plus d’authenticité, plus de sincérité. Il veut tout son corps, toute sa personnalité, tout son Moi. L’acheteur de sexe est dans un état où il s’abuse lui-même, ce qui le conduit à toujours convoiter ce qu’il ne peut acheter. C’est le dilemme insoluble de la prostitution. C’est l’une des raisons qui fait que la prostitution ne peut jamais devenir « un travail comme les autres ». Pour existe, il lui faut occulter tout caractère de travail. Et à qui incombe-t-il alors de l’occulter ? Bien entendu, à la partie qui vend, à la femme. Elle travaille dans le sexe, mais doit faire semblant de ne pas vraiment travailler.347

En d’autres termes, la plupart des acheteurs exigent donc que la prostitution ne ressemble pas à ce qu’elle est, à savoir un accord marchand (notons tout de fois qu’une minorité n’est absolument pas dérangés par le fait que la personne prostituée n’ait pas l’air d’apprécier la passe ; certains en tirent même du plaisir312). Cette exigence devient de plus en plus forte quand on « monte en gamme ». Autant, dans la prostitution de rue, les passes sont rapides et avec un contact moindre, autant les prostitueurs attendent de la prostitution de luxe que les femmes tiennent une conversation et fassent au moins semblant d’apprécier le rapport sexuel. Le « social time » (temps en dehors du rapport sexuel, généralement consacré à la discussion) est un critère d’évaluation important des « escorts ». L’achat d’une fausse authenticité est au cœur du concept de la Girl Friend Experience, un type de prostitution où la passe doit ressembler à une relation de couple, et où autrement dit le Moi tout entier doit être à disposition de l’acheteur. Les techniques de mise à distance décrites précédemment doivent être moins visibles et peuvent être plus difficilement utilisées. Selon Kajsa Ekis Ekman, ce type de prostitution est encore plus violent pour la personne, car l’acheteur cherche à acheter une plus grande partie de la personne (le prostitueur doit pouvoir converser avec la prostituée, prendre une douche et/ou le dîner avec elle, lui faire des câlins, etc.) ; les limites que posent la prostituée entre la marchandise et le Moi se délitent donc. Par exemple, dans l’escorting, la passe dure plus longtemps et les barrières temporelles sont donc moins solides. Par ailleurs, dans la Girl Friend Experience, le baiser est souvent de rigueur, ce qui fait qu’une autre limite corporelle classique dans la prostitution (le baiser) se désagrège. Il est donc plus difficile pour la personne prostituée de se dissocier : la réification est poussée plus en avant. Les parties de soi que la personne accepte de vendre sont plus importantes ; le Moi a moins de place.

prostitution 01

Dans la prostitution de luxe (droite), la réification est plus avancée.

Pour assurer le mensonge inhérent à la prostitution (les prostituées ne peuvent que proposer des actes dissociés du Moi, mais sont dans l’obligation de donner l’illusion d’une implication qui n’existe pas), les prostituées doivent jouer un rôle. Elles doivent faire comme si leur corps et les actes sexuels vendus n’étaient pas vidés du Moi, mais habités de désirs et d’émotions. On en revient à la technique de mise à distance qui consiste à dissimuler son identité et à prendre une autre personnalité. La sociologue féministe Kathleen Barry avance que les rôles que doivent jouer les prostituées se conforment à la demande des clients, et donc aux stéréotypes les plus sexistes, racistes et dégradants. Dans la prostitution de luxe, et notamment la Girl Friend Experience, le rôle doit être encore plus travaillé, plus approfondi, plus crédible.

L’intérêt des prostitueurs pour le corps des femmes

Carole Pateman, dans son livre Le contrat sexuel349, note que les clients ont un intérêt tout particulier pour le corps des prostituées. Ce n’est pas quelque chose que l’on retrouve dans le travail. En effet,  le capitaliste n’a pas d’intérêt intrinsèque pour le corps du travailleur. Ce qui l’intéresse, c’est le profit, et donc le résultat du travail. Elle cite une étude de 1981 montrant que 15 à 20 % des clients de prostituées de Birmingham demandent une masturbation, acte qu’ils peuvent accomplir eux-mêmes. Cela signifie que c’est bien l’accès au corps d’une femme qui est recherché par les hommes à travers la prostitution. Elle fait également remarquer qu’un capitaliste ne voit pas d’inconvénient à remplacer les travailleurs par des machines. Elle met ces machines en parallèle avec le marché des « poupées gonflables » : contrairement aux machines, la principale qualité recherchée par les hommes chez les poupées gonflables est leur ressemblance avec le corps d’une véritable femme. Ces poupées sont donc un substitut littéral des femmes, alors que les machines ne sont qu’un substitut fonctionnel.

Cet intérêt pour le corps des femmes se voit à la façon dont se présente le marché de la prostitution. Ce marché se fragmente en partie en fonction du type de corps que présentent les femmes : les noires, les asiatiques, les trans, les obèses, celles qui ont de gros seins, etc. D’ailleurs, les prix varient en fonction du corps (les femmes noires et celles qui sont âgées valent moins que les jeunes blanches, par exemple). Comme l’exprime un client de manière assez caricaturale 311 :

Quand tu es devant un étalage avec des produits qui te font envie, tu as envie de les essayer un peu tous, et puis après tu précises un peu. Donc j’ai un peu tout essayé. Les brunes, les blondes, les grosses poitrines, les petites poitrines, les gros culs, les petits culs, les grosses bouches, les noires, les jaunes, tout. Comme ça, par curiosité.

L’étude sur les clients londoniens indique que 21% des clients recherchent une variété de corps et un certain type de physique correspondant des stéréotypes raciaux ou sexuels. C’était la deuxième raison qu’ils avançaient de leur clientélisme (la première, avancée par 32% des clients, était de soulager un besoin sexuel irrépressible). Certains clients voient les femmes en termes de « types de corps » (« black », « asiat’ », « d’Europe de l’est », « obèse », « rousse », etc.) et cherchent à essayer chacun de ces types, comme s’il s’agissait d’une collection d’objets.

A travers le corps, c’est aussi un rôle stéréotypé qu’ils recherchent : une femme asiatique docile, une femme noire sauvage et insatiable, une jeune blanche étudiante, indépendante et « libérée », qui joint l’utile à l’agréable, etc.

Ce que recherchent certaines clients prostitueurs : l'accès à une variété de corps, comme une collection.

Ce que recherchent certains clients prostitueurs : l’accès à une variété de corps, comme une collection.

7.3.            Les troubles liés aux violences sexuelles présents chez les personnes prostituées

Plusieurs études ont pu mettre en évidence que les personnes prostituées souffrent fréquemment de troubles psychologiques. Dans la plupart des cas, ces études ne permettent pas de déterminer précisément si ces troubles psychologiques proviennent des violences vécues antérieurement à la prostitution (car comme on l’a vu, les personnes prostituées ont d’importants antécédents de violence avant l’entrée dans la prostitution) ou s’ils résultent de l’activité prostitutionnelle. Il est très vraisemblable qu’ils proviennent des deux. En effet, les témoignages des personnes prostituées montrent que pendant la passe, se déroule une dissociation péritraumatique. Or, cette dissociation péritraumatique serait très probablement à l’origine de plusieurs problèmes de santé mentale comme le SSPT*152 et les troubles dissociatifs105.

Une étude de 2009350 portant sur 46 prostituées sud-coréennes est particulièrement intéressante car elle utilise des outils statistiques pour distinguer l’effet des violences sexuelles dans l’enfance de celui de la prostitution sur la sévérité de plusieurs troubles.

Troubles dissociatifs

La prévalence des troubles dissociatifs est importante chez les personnes prostituées. Par exemple, une étude de 1990 montre que 55% des personnes se prostituant dans la rue et 80% de celles se prostituant les boîtes de strip-tease présentent des troubles dissociatifs de type psychoformes351. Dans une étude turque de 2000, des femmes prostituées dans un bordel légal présentaient divers troubles dissociatifs psychoformes : 20% d’entre elles présentaient une amnésie dissociative, 4% un trouble de la dépersonnalisation et 18% des troubles dissociatifs non spécifiés. Sur l’échelle d’expériences dissociatives (DES) qui permet de mesurer la dissociation psychoforme, les personnes prostituées obtenaient un score moyen de 19,5 contre 8,2 pour des femmes non prostituées293. L’étude de 2009 sur des femmes prostituées coréennes a également montré que celles-ci avaient un score moyen de 24,3 contre 15,9 pour des femmes non prostituées350. Enfin, dans une étude sur 37 femmes sorties de la prostitution depuis au moins 1 an et demi, 16% présentaient des troubles dissociatifs293.

Il est très probable qu’une partie de ces troubles dissociatifs de type psychoformes soient dus aux violences vécues antérieurement à la prostitution (car comme on l’a vu, les personnes prostituées ont des antécédents de violence avant l’entrée dans la prostitution). Mais il est aussi possible que ces troubles dissociatifs résultent au moins en partie de l’activité prostitutionnel. Néanmoins, l’étude coréenne n’a pas réussi à détecter un effet de la prostitution sur les troubles dissociatifs psychoformes (en revanche, l’inceste avait un effet significatif)350. L’échantillon étant relativement petit (46), la puissance des tests n’était peut-être pas suffisante.

Des troubles dissociatifs somatoformes ont pu être également observés chez les personnes prostituées307. Par exemple, l’étude coréenne montre également que les femmes prostituées présentent plus de troubles dissociatifs somatoformes que l’échantillon témoin350. Ce travail a pu également démontrer un effet significatif de la prostitution (et des violences sexuelles dans l’enfance) dans l’apparition de ces troubles. Par ailleurs, dans les témoignages, les personnes prostituées évoquent fréquemment le fait qu’elles ne sentent plus leur corps, notamment (mais pas seulement) pendant les passes :

« Mon corps n’éprouve rien. Comme si j’étais morte»352

« Je ne sentais rien, même pas les coups que je recevais du client. Un jour je suis rentrée chez moi et je me suis rendue compte que j’avais des bleus aux membres. Je n’avais pas senti le ou les clients qui m’avaient frappée.»353

« Cette arthrose, je ne la sentais jamais. Pour se prostituer, il faut anesthésier son corps. Et j’avais anesthésié les douleurs réelles. On s’anesthésie tellement qu’on finit par s’endormir. C’est le début d’une mort. »354

Judith Trinquart, médecin légiste, évoque ces troubles dissociatifs somatoformes dans sa thèse307. Elle a pu constater au cours de son stage au « Les Amis du bus des femmes » (association de santé communauté pour les personnes prostituées) que le seuil de douleur des personnes prostituées est très élevé. Selon elle, les personnes prostituées deviennent progressivement de moins en moins sensibles au toucher. Elle avance qu’il existe une corrélation entre l’insensibilité à la douleur et la durée de l’activité prostitutionnelle. Par ailleurs, l’anesthésie apparaîtrait d’abord dans la sphère génitale avant de s’étendre à l’ensemble du corps. Ce phénomène serait à l’origine de la mauvaise santé physique des personnes prostituées : en présence de maladie ou de blessure, le signal d’alarme (la douleur) n’existe plus. En plus de cela, Judith Trinquart estime qu’il existe un trouble du schéma corporel : le corps est dédoublé puisqu’il y a d’un côté le corps-marchandise, vendu au client, et le corps pour l’intimité (cf paragraphe La dissociation pour vendre son corps tout en préservant son âme). Cependant, au fur et à mesure du temps passé dans l’activité prostitutionnel, le corps-marchandise prend de plus en plus d’importance, et le corps commence à être considéré un simple outil de travail.  Comme les personnes prostituées ne ressentent plus la douleur et ont de plus en plus l’impression d’être étrangères à leur corps, elles attendent le dernier moment pour le « réparer » avant qu’il ne devienne inutilisable dans la prostitution. Il arrive donc que des personnes prostituées consultent alors qu’elles présentent une maladie à un stade très avancé.

Rosen Hicher, survivante de la prostitution, lors de sa marche pour l’abolition a déclaré sur Canal + le 29 septembre 2014 « Je [n’]ai pas sentie [ma cloque au pied], parce que le problème de la prostituée, c’est qu’elle est complètement dissociée… c’est qu’on ne sent pas les douleurs. J’aimerais beaucoup avoir mal. Je comprendrais à ce moment-là que j’existe. Souffrir, c’est vivre. Là, j’ai l’impression d’avoir un corps mort. »

Rosen Hicher, survivante de la prostitution, lors de sa marche pour l’abolition a déclaré sur Canal + le 29 septembre 2014 «Je [n’]ai pas sentie [ma cloque au pied], parce que le problème de la prostituée, c’est qu’elle est complètement dissociée… c’est qu’on ne sent pas les douleurs. J’aimerais beaucoup avoir mal. Je comprendrais à ce moment-là que j’existe. Souffrir, c’est vivre. Là, j’ai l’impression d’avoir un corps mort. »

Plusieurs études montrent que les populations prostituées sont très fortement sujettes à des syndromes de stress post-traumatique (SSPT)*. Par exemple, une étude portant sur 100 personnes (hommes ou femmes) se prostituant dans la rue, à Washington, indique une prévalence de 42%. Une autre effectuée en Australie indique que 47% des femmes prostituées interrogées présentaient ou avaient présenté dans le passé un SSPT355. La sévérité des symptômes du SSPT sont mesurés grâce à une échelle appelée Post Traumatic Stress Disorder checklist356. Si une personne obtient un score situé au-dessus de 40, celle-ci est considérée comme atteinte d’un syndrome de stress post-traumatique. Or le score moyen obtenu était de 56,8 sur un échantillon de 17 femmes prostituées ou ex-prostituées vivant au Maryland357. Par ailleurs, une prévalence du SSPT de 68% a été trouvée dans une étude incluant 854 personnes prostituées des deux sexes et provenant de neuf pays différents (Afrique du Sud, Thaïlande, Turquie, Etats-Unis, Zambie, Canada, Allemagne, Colombie, Mexique)335,336.  Ce taux variait de 54% (Mexique) à 86% (Colombie). Le score moyen était de 53,5 et variait de 49 (Mexique) à 58 (Colombie). Ce score est toujours supérieur à 40, et est à comparer avec celui obtenu sur un groupe témoin de femmes adultes, qui se situait autour de 24358. Par ailleurs, un échantillon des femmes ayant connu des violences physiques et sexuelles dans l’enfance a obtenu un score moyen égal à 37358. Cela suggère (i) soit que les personnes entrant dans la prostitution ont des symptômes de SSPT particulièrement graves (plus graves en tout cas que la moyenne des victimes de pédocriminalité), (ii) soit que la prostitution elle-même aggrave les symptômes du SSPT, (iii) soit les deux.

L’étude portant sur 46 prostituées sud-coréennes350 montre que celles-ci présentaient en moyenne des SSPT plus graves que des femmes non prostituées. Elle a également mis en évidence que la prostitution avait un effet dans la gravité de certains symptômes comme la réexpérience du traumatisme et l’évitement.

Toxicomanie et alcoolisme

Les travaux de recherche ont pu démontrer un fort lien entre usage de drogues et prostitution343,345,359–362, et ceci depuis la fin des années 1970. Par exemple, en 1997, les tests de détection de drogues illégales se sont avérés positifs pour 92,5% des femmes arrêtées pour prostitution à Atlanta360,363.  Un travail sur les femmes pauvres vivant à Harlem a montré que 92,5% de celles qui se prostituaient consommaient régulièrement du crack, contre 61,8% parmi celles qui ne se prostituaient pas364. Les drogues les plus fréquemment utilisées sont l’alcool, la marijuana, la cocaïne (sous forme de crack) et l’héroïne343,360. L’alcool est principalement consommé par des personnes se prostituant dans des bars ou des boîtes de nuit, tandis que les drogues dites dures le sont par les prostituées de rue345. L’utilisation de drogues est très fréquente dans tous les types de prostitution, comme l’indiquent des études en Ecosse365 et aux Pays-Bas345. Néanmoins, les prostituées de rue ont des consommations plus importantes334 et utilisent des drogues plus addictives. Une étude britannique de 1999366 indiquait qu’en moyenne, 78% des revenus de la prostitution de rue étaient utilisé pour l’achat de drogues, contre 68% dans la prostitution d’intérieur.

Un certain nombre de femmes prostituées utilisant des drogues sont toxicomanes. Par exemple, une enquête355 sur un échantillon de 72 femmes prostituées de rue en Australie indique que 82% d’entre elles sont dépendantes à l’héroïne, 36% à la cocaïne et 32% au cannabis.  Une étude343 portant sur 51 femmes prostituées utilisatrices de drogues a montré que 59% d’entre elles se prostituaient essentiellement pour financer leur consommation. Par ailleurs, 73% avaient une consommation d’héroïne qui est devenu, à un moment ou un autre, « incontrôlable ». De même, un quart connaissait ou avait connu une dépendance forte à la cocaïne. Près de 88% avaient été en contact avec des services de soin pour un problème de drogues. Dans une étude, c’est 48% des femmes prostituées interrogées qui continuent à se prostituer essentiellement pour payer leur consommation367. Dans une autre, ce pourcentage descend à 22,3%, ce qui reste une proportion non négligeable368. Dans un très petit échantillon de 10 femmes prostituées de rue à Nottingham, 80% (9) d’entre elles indiquaient qu’elles se prostituaient afin de financer une toxicomanie grave369.

Le lien causal entre toxicomanie et prostitution est complexe. Les travaux de recherche indiquent qu’une fraction des personnes entre dans la prostitution afin de financer leur consommation276,281,303,305,343 (proportion allant d’environ 15 à 75% selon les études). Néanmoins, il semblerait que pour une partie des personnes prostituées, la prostitution génère ou aggrave la toxicomanie. Par exemple, Rose Dufour281 qui a travaillé avec des femmes prostituées québécoises note que parmi 11 femmes alcooliques, 7 le sont devenues suite à leur entrée dans la prostitution. Et parmi 17 femmes toxicomanes, la prostitution précède la toxicomanie pour 5 d’entre elles. Une étude montre que parmi des femmes prostituées utilisant de l’héroïne, environ la moitié avait commencé leur consommation avant leur entrée dans la prostitution, et l’autre moitié après343. Cette même étude montre que les femmes les plus dépendantes à l’héroïne sont aussi celles qui trouvent que cette drogue les aide à surmonter les passes. Tout cela suggère que l’activité prostitutionnelle a des conséquences sur la toxicomanie, notamment parce que l’utilisation de drogues aide à la dissociation nécessaire dans la prostitution. Il s’agit donc d’un cycle infernal qui réduit les possibilités de sortir de la prostitution : les personnes toxicomanes entrent dans la prostitution pour pouvoir payer leur consommation, mais l’activité prostitutionnelle fait qu’elles doivent prendre de plus en plus de drogues. Elles doivent par conséquent se prostituer à un rythme plus élevé, ce qui augmente à nouveau la consommation, etc.

Autres problèmes

La dépression est un problème fréquemment rencontré par les personnes prostituées. Par exemple, une étude368 a montré une prévalence de 24,4% (dans l’année) sur un échantillon de 193 prostituées exerçant en Suisse. Une autre étude a montré que parmi 127 femmes prostituées portoricaines, 70% avaient des symptômes de dépression370. Des données indiquent également qu’environ 85% des femmes victimes de réseau de traite aux Etats-Unis sont dépressives371. Selon une enquête sur des femmes prostituées de rue à Sydney355, 87% d’entre elles présentaient des symptômes de dépression (57% : des symptômes de dépression sévère). Environ 74% affirmaient avoir déjà songé à se suicider, et 42% avaient déjà commis une tentative de suicide. Par ailleurs, on a été trouvé que, parmi 383 toxicomanes, les principales causes de dépression était (1) le fait d’être une femme (2) d’avoir connu la prostitution372. Dans une autre étude portant sur 4 607 toxicomanes des deux sexes373, la dépression, les tendances suicidaires et d’autres problèmes mentaux (trouble anxieux et symptômes psychotiques) étaient associées à la prostitution, y compris quand on tenait compte d’antécédents de violences sexuelles dans l’enfance. Une étude sur des femmes prostituées à Harlem a montré que ces dernières présentaient des symptômes de plusieurs troubles mentaux (dépression, trouble anxieux, trouble obsessionnel compulsif, etc.) significativement plus importants que les femmes non prostituées364. Cela était probablement dû à la prostitution, car le modèle tenait compte de plusieurs autres facteurs explicatifs comme les violences sexuelles subies, la consommation de drogues ou encore la couleur de peau.

8.     Conclusion finale : retour sur la théorie de l’objectivation sexuelle

Les violences sexuelles et la prostitution sont des cas extrêmes d’objectivation sexuelle. Dans ce cas, l’agresseur ou le prostitueur utilise le corps d’une personne pour son propre plaisir, sans respecter ses besoins et ses désirs. La victime n’est plus considérée comme une personne, mais comme un objet dont on peut se servir si on en ressent l’envie. Ces formes d’objectivation extrême ont des conséquences sur les victimes, puisqu’elle peuvent être à l’origine de  troubles dissociatifs, de syndromes de stress post-traumatique, de dépressions et d’autres problèmes d’ordre psychologique.

On peut noter des ressemblances entre le trouble dissociatif et l’auto-objectivation. L’auto-objectivation, bien que clairement différente des troubles dissociatifs à proprement parler, implique également une sorte dissociation de son corps. La dissociation est l’un des aspects de l’objectivation, puisque l’objectivation consiste à séparer la personne de son corps : l’auto-objectivation consiste à voir son corps comme un objet à admirer et à donc à adopter un regard extérieur sur lui. Comme l’a écrit Simone de Beauvoir dans le Deuxième Sexe à propos de ce qui ressemble à l’auto-objectivation : « Elle devient un objet; et elle se saisit comme objet; c’est avec surprise qu’elle découvre ce nouvel aspect de son être : il lui semble qu’elle se dédouble; au lieu de coïncider exactement avec soi, voilà qu’elle se met à exister dehors»374. Au lieu de vivre son corps de l’intérieur, en s’intéressant par exemple aux sensations internes qu’il peut nous apporter, la personne auto-objectivée ne s’intéresse plus qu’à l’image qu’elle renvoie aux autres. Les personnes dissociées tout comme les personnes s’auto-objectivant, présentent des perturbations au niveau des sensations. Les personnes qui ont des troubles dissociatifs somatoformes présentent clairement des anomalies au niveau des sensations extéroceptives  (toucher, vision, odorat, gustation, audition), mais aussi intéroceptives*. Les personnes auto-objectivées présentent elles aussi des perturbation des sensations, mais seulement  intéroceptives324–326.

Malgré ces ressemblances, l’auto-objectivation et les troubles dissociatifs sont des troubles bien distincts : il a été par exemple démontré que les personnes ayant l’impression de sortir parfois de leur corps (dépersonnalisation/déréalisation) étaient plus insatisfaites de leur corps que la moyenne, mais n’étaient pas particulièrement enclines à surveiller leur poids ou à ressentir de l’anxiété par rapport à leur apparence, contrairement aux personnes auto-objectivées99.

En 2009, le concept d’embodiment a été proposé comme un nouveau paradigme pour une approche interdisciplinaire entre psychopathologie et neuroscience378. L’embodiment permet d’aller au-delà de l’opposition classique corps-esprit. Ce concept part du principe que nos sensations et nos sentiments sont perçus à travers notre corps, et sont liés aux états internes et externes de celui-ci. En effet, les sensations corporelles sont des signaux pertinents pour la survie et bien être, et sont à la base de l’état émotionnel. La dissociation (et notamment la déréalisation/dépersonnalisation), tout comme l’auto-objectivation, peuvent être qualifiées de troubles de l’embodiment. Ce concept peut permettre de mieux comprendre les conséquences de l’objectivation sexuelle.

Idées de lecture pour aller plus loin…

Le livre noir des violences sexuelles, par Muriel Salmona L'Être et la marchandise contrat

Références

  1. Sifneos, P. E. The Prevalence of ‘Alexithymic’ Characteristics in Psychosomatic Patients. Psychotherapy and Psychosomatics 22, 255–262 (1973).
  2. Moyal-Barracco, M. & Lynch, P. J. 2003 ISSVD terminology and classification of vulvodynia: a historical perspective. J Reprod Med 49, 772–777 (2004).
  3. Fredrickson, B. L. & Roberts, T.-A. Objectification Theory. Psychology of Women Quarterly 21, 173–206 (1997).
  4. Bartky, S. L. Femininity and Domination: Studies in the Phenomenology of Oppression. (Routledge, 1990).
  5. Lambert, S. in Un troussage de domestique (Editions Syllepse, 2011).
  6. Szymanski, D. M., Moffitt, L. B. & Carr, E. R. Sexual Objectification of Women: Advances to Theory and Research. The Counseling Psychologist 39, 6–38 (2011).
  7. Hill, M. S. & Fischer, A. R. Examining Objectification Theory Lesbian and Heterosexual Women’s Experiences With Sexual- and Self-Objectification. The Counseling Psychologist 36, 745–776 (2008).
  8. Watson, L. The Relationships Among Childhood Sexual Abuse, Self-Objectification, and Sexual Risk Behaviors in Undergraduate Women. Counseling and Psychological Services Dissertations (2012). at <http://scholarworks.gsu.edu/cps_diss/59&gt;
  9. Barth, J., Bermetz, L., Heim, E., Trelle, S. & Tonia, T. The current prevalence of child sexual abuse worldwide: a systematic review and meta-analysis. Int J Public Health 58, 469–483 (2013).
  10. Andrews, B. Bodily shame as a mediator between abusive experiences and depression. Journal of Abnormal Psychology 104, 277–285 (1995).
  11. Andrews, B. Bodily shame in relation to abuse in childhood and bulimia: A preliminary investigation. British Journal of Clinical Psychology 36, 41–49 (1997).
  12. Logio, K. A. Gender, Race, Childhood Abuse, and Body Image among Adolescents. Violence Against Women 9, 931–954 (2003).
  13. Wenninger, K. & Heiman, J. R. Relating Body Image to Psychological and Sexual Functioning in Child Sexual Abuse Survivors. J Trauma Stress 11, 543–562 (1998).
  14. Zweig, J. M., Crockett, L. J., Sayer, A. & Vicary, J. R. A longitudinal examination of the consequences of sexual victimization for rural young adult women. Journal of Sex Research 36, 396–409 (1999).
  15. Tripp, M. M. & Petrie, T. A. Sexual Abuse and Eating Disorders: A Test of a Conceptual Model. Sex Roles 44, 17–32 (2001).
  16. Weiner, K. E. & Thompson, J. K. Overt and covert sexual abuse: Relationship to body image and eating disturbance. International Journal of Eating Disorders 22, 273–284 (1997).
  17. Calogero, R. M., Davis, W. N. & Thompson, J. K. The Role of Self-Objectification in the Experience of Women with Eating Disorders. Sex Roles 52, 43–50 (2005).
  18. Calogero, R. M. Objectification Processes and Disordered Eating in British Women and Men. J Health Psychol 14, 394–402 (2009).
  19. Moradi, B., Dirks, D. & Matteson, A. V. Roles of Sexual Objectification Experiences and Internalization of Standards of Beauty in Eating Disorder Symptomatology: A Test and Extension of Objectification Theory. Journal of Counseling Psychology 52, 420–428 (2005).
  20. Noll, S. M. & Fredrickson, B. L. A Mediational Model Linking Self-Objectification, Body Shame, and Disordered Eating. Psychology of Women Quarterly 22, 623–636 (1998).
  21. Grabe, S., Monique, L. & Hyde, J. S. The role of the media in body image concerns among women: A meta-analysis of experimental and correlational studies. Psychological Bulletin 134, 460–476 (2008).
  22. Mercurio, A. E. & Landry, L. J. Self-objectification and Well-being: The Impact of Self-objectification on Women’s Overall Sense of Self-worth and Life Satisfaction. Sex Roles 58, 458–466 (2008).
  23. Sanchez, D. T. & Kiefer, A. K. Body Concerns In and Out of the Bedroom: Implications for Sexual Pleasure and Problems. Arch Sex Behav 36, 808–820 (2007).
  24. Steer, A. & Tiggemann, M. The Role of Self-Objectification in Women’s Sexual Functioning. Journal of Social and Clinical Psychology 27, 205–225 (2008).
  25. Everaerd, W., Laan, E. T. M., Both, S. & Van der Velde, J. in Psychological Perspectives on Human Sexuality 101–146 (Lenore T. Szuchman, Frank Muscarella, 2000).
  26. Levin, R. J. & van Berlo, W. Sexual arousal and orgasm in subjects who experience forced or non-consensual sexual stimulation – a review. Journal of Clinical Forensic Medicine 11, 82–88 (2004).
  27. Sarrel, P. M. & Masters, W. H. Sexual molestation of men by women. Arch Sex Behav 11, 117–131 (1982).
  28. Hoon, P. W., Wincze, J. P. & Hoon, E. F. A test of reciprocal inhibition: Are anxiety and sexual arousal in women mutually inhibitory? Journal of Abnormal Psychology 86, 65–74 (1977).
  29. Palace, E. M. & Gorzalka, B. B. The enhancing effects of anxiety on arousal in sexually dysfunctional and functional women. Journal of Abnormal Psychology 99, 403–411 (1990).
  30. Ramsey, G. V. The Sexual Development of Boys. The American Journal of Psychology 56, 217 (1943).
  31. Bozman, A. W. & Beck, J. G. Covariation of sexual desire and sexual arousal: The effects of anger and anxiety. Arch Sex Behav 20, 47–60 (1991).
  32. Barlow, D. H., Sakheim, D. K. & Gayle, J. Anxiety increases sexual arousal. Journal of Abnormal Psychology 92, 49–54 (1983).
  33. Meston, C. M. & Gorzalka, B. B. The effects of sympathetic activation on physiological and subjective sexual arousal in women. Behaviour Research and Therapy 33, 651–664 (1995).
  34. Meston, C. M. & Gorzalka, B. B. Differential effects of sympathetic activation on sexual arousal in sexually dysfunctional and functional women. J Abnorm Psychol 105, 582–591 (1996).
  35. Meston, C. M. Sympathetic nervous system activity and female sexual arousal. The American Journal of Cardiology 86, 30–34 (2000).
  36. Fa, G., O, R., G, B. & A, J. Neural control of penile erection. Urol Clin North Am 22, 747–766 (1995).
  37. Groth, A. N. & Burgess, A. W. Male rape: Offenders and victims. The American Journal of Psychiatry 137, 806–810 (1980).
  38. Clark, L. M. G. & Lewis, D. J. Rape: the price of coercive sexuality. (Women’s Press, 1977).
  39. Nicholas, A. & Burgess, A. W. Male rape: Offenders and victims. The American Journal of Psychiatry 137, 806–810 (1980).
  40. Young, L. Sexual abuse and the problem of embodiment. Child Abuse & Neglect 16, 89–100 (1992).
  41. Dussy, D. Le berceau des dominations. Anthropologie de l’inceste, livre 1. (Editions La Discussion, 2013).
  42. Nijenhuis, E. R. S. Somatoform Dissociation. Journal of Trauma &amp; Dissociation 1, 7–32 (2001).
  43. Koopman, C. et al. Dissociative Symptoms and Cortisol Responses to Recounting Traumatic Experiences Among Childhood Sexual Abuse Survivors with PTSD. Journal of Trauma &amp; Dissociation 4, 29–46 (2003).
  44. Simeon, D. et al. Hypothalamic-Pituitary-Adrenal Axis Function in Dissociative Disorders, Post-Traumatic Stress Disorder, and Healthy Volunteers. Biological Psychiatry 61, 966–973 (2007).
  45. Keeshin, B. R., Strawn, J. R., Out, D., Granger, D. A. & Putnam, F. W. Cortisol Awakening Response in Adolescents with Acute Sexual Abuse Related Posttraumatic Stress Disorder. Depress Anxiety 31, 107–114 (2014).
  46. Van IJzendoorn, M. H., Fridman, A., Bakermans-Kranenburg, M. J. & Sagi-Schwartz, A. Aftermath of Genocide: Holocaust Survivors’ Dissociation Moderates Offspring Level of Cortisol. Journal of Loss and Trauma 18, 64–80 (2013).
  47. Heim, C., Ehlert, U., Hanker, J. P. & Hellhammer, D. H. Abuse-related posttraumatic stress disorder and alterations of the hypothalamic-pituitary-adrenal axis in women with chronic pelvic pain. Psychosom Med 60, 309–318 (1998).
  48. Elzinga, B. M., Bermond, B. & van Dyck, R. The Relationship between Dissociative Proneness and Alexithymia. Psychotherapy and Psychosomatics 71, 104–111 (2002).
  49. Grabe, H.-J., Rainermann, S., Spitzer, C., Gänsicke, M. & Freyberger, H. J. The Relationship between Dimensions of Alexithymia and Dissociation. Psychotherapy and Psychosomatics 69, 128–131 (2000).
  50. Zlotnick, C. et al. The relationship between dissociative symptoms, alexithymia, impulsivity, sexual abuse, and self-mutilation. Comprehensive Psychiatry 37, 12–16 (1996).
  51. Griffin, M. G., Resick, P. A. & Mechanic, M. B. Objective assessment of peritraumatic dissociation: Psychophysiological indicators. The American Journal of Psychiatry 154, 1081–1088 (1997).
  52. Zurbriggen, E. L. & Freyd, J. J. in From child sexual abuse to adult sexual risk: Trauma, revictimization, and intervention (eds. Koenig, L. J., Doll, L. S., O, A. & Pequegnat, W.) 135–157 (American Psychological Association, 2004).
  53. American Psychiatric Association. DSM 5. (American Psychiatric Association, 2013).
  54. Crise d’angoisse, sentiment d’irréalité du monde autour – Stress, anxiété, angoisse – FORUM psychologie. Forum Doctissimo (2012). at <http://forum.doctissimo.fr/psychologie/stress-anxiete-angoisse/crise-sentiment-autour-sujet_156830_1.htm&gt;
  55. Bernstein, E. M. & Putnam, F. W. Development, reliability, and validity of a dissociation scale. J. Nerv. Ment. Dis. 174, 727–735 (1986).
  56. Nijenhuis, E. R. S. et al. Evidence for associations among somatoform dissociation, psychological dissociation and reported trauma in patients with chronic pelvic pain. J Psychosom Obstet Gynaecol 24, 87–98 (2003).
  57. Nijenhuis, E. R. S., Spinhoven, P., van Dyck, R., van der Hart, O. & Vanderlinden, J. Degree of somatoform and psychological dissociation in dissociative disorder is correlated with reported trauma. J. Traum. Stress 11, 711–730 (1998).
  58. Nijenhuis, E. R. S., Spinhoven, P., van Dyck, R., van der Hart, O. & Vanderlinden, J. The development of the somatoform dissociation questionnaire (SDQ-5) as a screening instrument for dissociative disorders. Acta Psychiatrica Scandinavica 96, 311–318 (1997).
  59. Walker, E. A., Katon, W. J., Neraas, K., Jemelka, R. P. & Massoth, D. Dissociation in women with chronic Pelvic pain. The American journal of psychiatry 149, 534–537 (1992).
  60. Walker, E. A., Gelfand, A. N., Gelfand, M. D., Green, C. & Katon, W. Chronic pelvic pain and gynecological symptoms in women with irritable bowel syndrome. J Psychosom Obstet Gynaecol 17, 39–46 (1996).
  61. Badura, A., Reiter, R., Altmaier, E., Rhomberg, A. & Elas, D. Dissociation, Somatization, Substance Abuse, and Coping in Women With Chronic Pelvic Pain. Obstetrics & Gynecology 90, 405–410 (1997).
  62. Collett, B. J., Cordle, C. J., Stewart, C. R. & Jagger, C. A comparative study of women with chronic pelvic pain, chronic nonpelvic pain and those with no history of pain attending general practitioners. BJOG: An International Journal of Obstetrics & Gynaecology 105, 87–92 (1998).
  63. Reissing, E. D., BINIK, Y. M., KHALIF, S., COHEN, D. & AMSEL, R. Etiological Correlates of Vaginismus: Sexual and Physical Abuse, Sexual Knowledge, Sexual Self-Schema, and Relationship Adjustment. Journal of Sex & Marital Therapy 29, 47–59 (2003).
  64. Salmon, P., Skaife, K. & Rhodes, J. Abuse, Dissociation, and Somatization in Irritable Bowel Syndrome: Towards an Explanatory Model. J Behav Med 26, 1–18 (2003).
  65. Whitehead, W. E., Palsson, O. & Jones, K. R. Systematic review of the comorbidity of irritable bowel syndrome with other disorders: What are the causes and implications? Gastroenterology 122, 1140–1156 (2002).
  66. Walker, E. A., Gelfand, A. N., Gelfand, M. D. & Katon, W. J. Psychiatric diagnoses, sexual and physical victimization, and disability in patients with irritable bowel syndrome or inflammatory bowel disease. Psychological Medicine 25, 1259–1267 (1995).
  67. Engel Jr., C. C., Walker, E. A. & Katon, W. J. Factors related to dissociation among patients with gastrointestinal complaints. Journal of Psychosomatic Research 40, 643–653 (1996).
  68. Butrick, C. W. Pathophysiology of pelvic floor hypertonic disorders. Obstet. Gynecol. Clin. North Am. 36, 699–705 (2009).
  69. Faubion, S. S., Shuster, L. T. & Bharucha, A. E. Recognition and Management of Nonrelaxing Pelvic Floor Dysfunction. Mayo Clin Proc 87, 187–193 (2012).
  70. Postma, R., Bicanic, I., van der Vaart, H. & Laan, E. Pelvic Floor Muscle Problems Mediate Sexual Problems in Young Adult Rape Victims. J Sex Med 10, 1978–1987 (2013).
  71. Velde, J. van der, Laan, E. & Everaerd, W. Vaginismus, a Component of a General Defensive Reaction. An Investigation of Pelvic Floor Muscle Activity during Exposure to Emotion-Inducing Film Excerpts in Women with and without Vaginismus. Int Urogynecol J 12, 328–331 (2001).
  72. Russ, M. J., Shearin, E. N., Clarkin, J. F., Harrison, K. & Hull, J. W. Subtypes of self-injurious patients with borderline personality disorder. Am J Psychiatry 150, 1869–1871 (1993).
  73. Ağargün, M. Y., Tekeoğlu, I., Kara, H., Adak, B. & Ercan, M. Hypnotizability, pain threshold, and dissociative experiences. Biological Psychiatry 44, 69–71 (1998).
  74. Ludäscher, P. et al. Elevated pain thresholds correlate with dissociation and aversive arousal in patients with borderline personality disorder. Psychiatry Research 149, 291–296 (2007).
  75. Orbach, I., Mikulincer, M., King, R., Cohen, D. & Stein, D. Thresholds and tolerance of physical pain in suicidal and nonsuicidal adolescents. J. Consult. Clin. Psychol. 65, 646–652 (1997).
  76. Orbach, I. et al. Perception of physical pain in accident and suicide attempt patients: Self-preservation vs self-destruction. Journal of Psychiatric Research 30, 307–320 (1996).
  77. Nock, M. K., Joiner Jr., T. E., Gordon, K. H., Lloyd-Richardson, E. & Prinstein, M. J. Non-suicidal self-injury among adolescents: Diagnostic correlates and relation to suicide attempts. Psychiatry Research 144, 65–72 (2006).
  78. Rodriguez-Srednicki, O. Childhood Sexual Abuse, Dissociation, and Adult Self-Destructive Behavior. Journal of Child Sexual Abuse 10, 75–89 (2002).
  79. Zoroglu, S. S. et al. Suicide attempt and self-mutilation among Turkish high school students in relation with abuse, neglect and dissociation. Psychiatry and Clinical Neurosciences 57, 119–126 (2003).
  80. Orbach, I., Stein, D., Shani-Sela, M. & Har-Even, D. Body Attitudes and Body Experiences in Suicidal Adolescents. Suicide and Life-Threatening Behavior 31, 237–249 (2001).
  81. Anderson, G., Yasenik, L. & Ross, C. A. Dissociative experiences and disorders among women who identify themselves as sexual abuse survivors. Child Abuse & Neglect 17, 677–686 (1993).
  82. Saxe, G. N., Chawla, N. & Van der Kolk, B. Self-Destructive Behavior in Patients with Dissociative Disorders. Suicide and Life-Threatening Behavior 32, 313–320 (2002).
  83. Brodsky, B. S., Cloitre, M. & Dulit, R. A. Relationship of dissociation to self-mutilation and childhood abuse in borderline personality disorder. Am J Psychiatry 152, 1788–1792 (1995).
  84. Briere, J. & Gil, E. Self-mutilation in clinical and general population samples: prevalence, correlates, and functions. Am J Orthopsychiatry 68, 609–620 (1998).
  85. Orbach, I. Dissociation, Physical Pain, and Suicide: A Hypothesis. Suicide and Life-Threatening Behavior 24, 68–79 (1994).
  86. Longden, E., Madill, A. & Waterman, M. G. Dissociation, trauma, and the role of lived experience: Toward a new conceptualization of voice hearing. Psychological Bulletin 138, 28–76 (2012).
  87. Mussgay, L., Klinkenberg, N. & Rüddel, H. Heart Beat Perception in Patients with Depressive, Somatoform, and Personality Disorders. Journal of Psychophysiology 13, 27–36 (1999).
  88. Schaefer, M., Egloff, B. & Witthöft, M. Is interoceptive awareness really altered in somatoform disorders? Testing competing theories with two paradigms of heartbeat perception. Journal of Abnormal Psychology 121, 719–724 (2012).
  89. Zlotnick, C. et al. The relationship between sexual abuse and eating pathology. Int. J. Eat. Disord. 20, 129–134 (1996).
  90. Wonderlich, S. A., Brewerton, T. D., Jocic, Z., Dansky, B. S. & Abbott, D. W. Relationship of childhood sexual abuse and eating disorders. J Am Acad Child Adolesc Psychiatry 36, 1107–1115 (1997).
  91. Fischer, S., Stojek, M. & Hartzell, E. Effects of multiple forms of childhood abuse and adult sexual assault on current eating disorder symptoms. Eating Behaviors 11, 190–192 (2010).
  92. Jonas, S. et al. Sexual abuse and psychiatric disorder in England: results from the 2007 Adult Psychiatric Morbidity Survey. Psychological Medicine 41, 709–719 (2011).
  93. Smolak, L. & Murnen, S. K. A meta-analytic examination of the relationship between child sexual abuse and eating disorders. Int. J. Eat. Disord. 31, 136–150 (2002).
  94. Waller, G. et al. Somatoform Dissociation, Psychological Dissociation, and Specific Forms of Trauma. Journal of Trauma & Dissociation 1, 81–98 (2001).
  95. Simeon, D., Smith, R. J., Knutelska, M. & Smith, L. M. Somatoform dissociation in depersonalization disorder. J Trauma Dissociation 9, 335–348 (2008).
  96. Ilhan Yargiç, L., Şar, V., Tutkun, H. & Alyanak, B. Comparison of dissociative identity disorder with other diagnostic groups using a structured interview in Turkey. Comprehensive Psychiatry 39, 345–351 (1998).
  97. Sar, V., Akyüz, G., Kundakçi, T., Kiziltan, E. & Dogan, O. Childhood trauma, dissociation, and psychiatric comorbidity in patients with conversion disorder. Am J Psychiatry 161, 2271–2276 (2004).
  98. Anderson, G., Yasenik, L. & Ross, C. A. Dissociative experiences and disorders among women who identify themselves as sexual abuse survivors. Child Abuse & Neglect 17, 677–686 (1993).
  99. Murray, C. D. & Fox, J. Dissociational body experiences: Differences between respondents with and without prior out-of-body-experiences. British Journal of Psychology 96, 441–456 (2005).
  100. Briere, J. & Runtz, M. Symptomatology associated with childhood sexual victimization in a nonclinical adult sample. Child Abuse & Neglect 12, 51–59 (1988).
  101. Chu, J. A. & Dill, D. L. Dissociative symptoms in relation to childhood physical and sexual abuse. The American Journal of Psychiatry 147, 887–892 (1990).
  102. DiTomasso, M. J. & Routh, D. K. Recall of abuse in childhood and three measures of dissociation. Child Abuse & Neglect 17, 477–485 (1993).
  103. Ellason, J. W., Ross, C. A. & Fuchs, D. L. Lifetime axis I and II comorbidity and childhood trauma history in dissociative identity disorder. Psychiatry 59, 255–266 (1996).
  104. Farley, M. & Keaney, J. C. Physical Symptoms, Somatization, and Dissociation in Women Survivors of Childhood Sexual Assault. Women & Health 25, 33–45 (1997).
  105. Johnson, D. M., Pike, J. L. & Chard, K. M. Factors predicting PTSD, depression, and dissociative severity in female treatment-seeking childhood sexual abuse survivors☆, ☆☆, ★. Child Abuse & Neglect 25, 179–198 (2001).
  106. Keaney, J. C. & Farley, M. Dissociation in an outpatient sample of women reporting childhood sexual abuse. Psychol. Rep. 78, 59–65 (1996).
  107. Kirby, J. S., Chu, J. A. & Dill, D. L. Correlates of dissociative symptomatology in patients with physical and sexual abuse histories. Comprehensive Psychiatry 34, 258–263 (1993).
  108. Kisiel, C. L. & Lyons, J. S. Dissociation as a Mediator of Psychopathology Among Sexually Abused Children and Adolescents. Am J Psychiatry 158, 1034–1039 (2001).
  109. Maynes, L. C. & Feinauer, L. L. Acute and chronic dissociation and somatized anxiety as related to childhood sexual abuse. The American Journal of Family Therapy 22, 165–175 (1994).
  110. Cloitre, M., Scarvalone, P. & Difede, J. Posttraumatic stress disorder, self- and interpersonal dysfunction among sexually retraumatized women. J. Traum. Stress 10, 437–452 (1997).
  111. Dancu, C. V., Riggs, D. S., Hearst-Ikeda, D., Shoyer, B. G. & Foa, E. B. Dissociative experiences and posttraumatic stress disorder among female victims of criminal assault and rape. J Trauma Stress 9, 253–267 (1996).
  112. Kessler, B. L. & Bieschke, K. J. A retrospective analysis of shame, dissociation, and adult victimization in survivors of childhood sexual abuse. Journal of Counseling Psychology 46, 335–341 (1999).
  113. Nishith, P., Mechanic, M. B. & Resick, P. A. Prior Interpersonal Trauma: The Contribution to Current PTSD Symptoms in Female Rape Victims. J Abnorm Psychol 109, 20–25 (2000).
  114. Ross, C. A. et al. Abuse histories in 102 cases of multiple personality disorder. Can J Psychiatry 36, 97–101 (1991).
  115. Saxe, G. N. et al. Dissociative disorders in psychiatric inpatients. Am J Psychiatry 150, 1037–1042 (1993).
  116. Strick, F. & Wilcoxon, S. A comparison of dissociative experiences in adult female outpatients with and without histories of early incestuous abuse. Dissociation : Vol. 4, No. 4, 4, 193–199 (1991).
  117. Talbot, J. A., Talbot, N. L. & Tu, X. Shame-proneness as a diathesis for dissociation in women with histories of childhood sexual abuse. J. Traum. Stress 17, 445–448 (2004).
  118. Sanders, B. & Jiolas, M. Dissociation and childhood trauma in psychologically disturbed adolescents. Perspectives in Psychiatric Care 27, 37–37 (1991).
  119. Roesler, T. A. & McKenzie, N. Effects of childhood trauma on psychological functioning in adults sexually abused as children. J. Nerv. Ment. Dis. 182, 145–150 (1994).
  120. Irwin, H. J. Proneness to dissociation and traumatic childhood events. J. Nerv. Ment. Dis. 182, 456–460 (1994).
  121. Collin-Vézina, D. & Hébert, M. Comparing dissociation and PTSD in sexually abused school-aged girls. J. Nerv. Ment. Dis. 193, 47–52 (2005).
  122. Darves-Bornoz, J.-M., Degiovanni, A. & Gaillard, P. Validation of a French version of the Dissociative Experiences Scale in a rape-victim population. Canadian journal of psychiatry 44, 271–275 (1999).
  123. Shearer, S. L. Dissociative phenomena in women with borderline personality disorder. Am J Psychiatry 151, 1324–1328 (1994).
  124. Vanwesenbeeck, I., Graaf, R. de, Zessen, G. van, Straver, C. J. & Visser, J. H. Professional HIV risk taking, levels of victimization, and well-being in female prostitutes in The Netherlands. Arch Sex Behav 24, 503–515 (1995).
  125. Atelier: La résistance de l’humain : juillet 2009. Arevi at <http://www.incestearevi.org/pages/retouratelierjuillet2009.htm&gt;
  126. Wolf, E. J. et al. A Latent Class Analysis of Dissociation and PTSD: Evidence for a Dissociative Subtype. Arch Gen Psychiatry 69, 698–705 (2012).
  127. Van der Kolk, B. A. et al. Dissociation, somatization, and affect dysregulation: the complexity of adaptation of trauma. Am J Psychiatry 153, 83–93 (1996).
  128. Waelde, L. C., Silvern, L. & Fairbank, J. A. A taxometric investigation of dissociation in Vietnam veterans. J. Traum. Stress 18, 359–369 (2005).
  129. Yehuda, R. et al. Dissociation in aging Holocaust survivors. The American Journal of Psychiatry 153, 935–940 (1996).
  130. Lanius, R. A., Bluhm, R., Lanius, U. & Pain, C. A review of neuroimaging studies in PTSD: Heterogeneity of response to symptom provocation. Journal of Psychiatric Research 40, 709–729 (2006).
  131. Putnam, F. W. et al. Patterns of dissociation in clinical and nonclinical samples. J. Nerv. Ment. Dis. 184, 673–679 (1996).
  132. Lanius, R. A. et al. Recall of emotional states in posttraumatic stress disorder: an fMRI investigation. Biological Psychiatry 53, 204–210 (2003).
  133. Lanius, R. A. et al. Functional connectivity of dissociative responses in posttraumatic stress disorder: A functional magnetic resonance imaging investigation. Biological Psychiatry 57, 873–884 (2005).
  134. Lanius, R. A. et al. The nature of traumatic memories: a 4-T FMRI functional connectivity analysis. Am J Psychiatry 161, 36–44 (2004).
  135. Lanius, R. A. et al. Brain activation during script-driven imagery induced dissociative responses in PTSD: a functional magnetic resonance imaging investigation. Biological Psychiatry 52, 305–311 (2002).
  136. Bremner, J. D. et al. Neural correlates of memories of childhood sexual abuse in women with and without posttraumatic stress disorder. Am. J. Psychiatry 156, 1787–1795 (1999).
  137. Lanius, R. A. et al. Emotion Modulation in PTSD: Clinical and Neurobiological Evidence for a Dissociative Subtype. American Journal of Psychiatry 167, 640–647 (2010).
  138. Ginzburg, K. et al. Evidence for a dissociative subtype of post-traumatic stress disorder among help-seeking childhood sexual abuse survivors. J Trauma Dissociation 7, 7–27 (2006).
  139. Lanius, R. A. et al. Neural correlates of traumatic memories in posttraumatic stress disorder: a functional MRI investigation. Am J Psychiatry 158, 1920–1922 (2001).
  140. Hopper, J. W., Frewen, P. A., van der Kolk, B. A. & Lanius, R. A. Neural correlates of reexperiencing, avoidance, and dissociation in PTSD: symptom dimensions and emotion dysregulation in responses to script-driven trauma imagery. J Trauma Stress 20, 713–725 (2007).
  141. Steuwe, C., Lanius, R. A. & Frewen, P. A. Evidence for a Dissociative Subtype of Ptsd by Latent Profile and Confirmatory Factor Analyses in a Civilian Sample. Depress Anxiety 29, 689–700 (2012).
  142. Evren, C. et al. Lifetime PTSD and quality of life among alcohol-dependent men: Impact of childhood emotional abuse and dissociation. Psychiatry Research 186, 85–90 (2011).
  143. Wolf, E. J. et al. The Dissociative Subtype of Ptsd: A Replication and Extension. Depress Anxiety 29, 679–688 (2012).
  144. Koenen, K. C. et al. Polymorphisms in FKBP5 are associated with peritraumatic dissociation in medically injured children. Mol Psychiatry 10, 1058–1059 (2005).
  145. Noëlle, L. Renaître de ses hontes. (le Passeur éd., 2013).
  146. Je souffre trop – Page : 37 – Viol et abus sexuels – FORUM sexualité. Forum Doctissimo (2013). at <http://forum.doctissimo.fr/doctissimo/pedophilie-viol/souffre-sujet_14732_37.htm&gt;
  147. un peu perdue – Viol et abus sexuels – FORUM sexualité. Forum Doctissimo (2009). at <http://forum.doctissimo.fr/doctissimo/pedophilie-viol/perdue-sujet_11841_1.htm&gt;
  148. Viol : quelle prise en charge pour les victimes ? Allo Docteurs (2014). at <http://www.youtube.com/watch?v=HIkFXpTU7QQ&gt;
  149. Galliano, G., Noble, L. M., Travis, L. A. & Puechl, C. Victim Reactions During Rape/Sexual Assault A Preliminary Study of the Immobility Response and Its Correlates. J Interpers Violence 8, 109–114 (1993).
  150. Moskowitz, A. K. ‘Scared Stiff’: Catatonia as an Evolutionary-Based Fear Response. Psychological Review 111, 984–1002 (2004).
  151. Gershuny, B. S., Cloitre, M. & Otto, M. W. Peritraumatic dissociation and PTSD severity: do event-related fears about death and control mediate their relation? Behaviour Research and Therapy 41, 157–166 (2003).
  152. Ozer, E. J., Best, S. R., Lipsey, T. L. & Weiss, D. S. Predictors of posttraumatic stress disorder and symptoms in adults: a meta-analysis. Psychol Bull 129, 52–73 (2003).
  153. Marmar, C. R. et al. Peritraumatic dissociation and posttraumatic stress in male Vietnam theater veterans. Am J Psychiatry 151, 902–907 (1994).
  154. O’Toole, B. I., Marshall, R. P., Schureck, R. J. & Dobson, M. Combat, Dissociation, and Posttraumatic Stress Disorder in Australian Vietnam Veterans. J Trauma Stress 12, 625–640 (1999).
  155. Tichenor, V., Marmar, C. R., Weiss, D. S., Metzler, T. J. & Ronfeldt, H. M. The relationship of peritraumatic dissociation and posttraumatic stress: findings in female Vietnam theater veterans. J Consult Clin Psychol 64, 1054–1059 (1996).
  156. Ursano, R. J. et al. Peritraumatic dissociation and posttraumatic stress disorder following motor vehicle accidents. Am J Psychiatry 156, 1808–1810 (1999).
  157. Koopman, C., Classen, C. & Spiegel, D. Predictors of posttraumatic stress symptoms among survivors of the Oakland/Berkeley, Calif., firestorm. Am J Psychiatry 151, 888–894 (1994).
  158. Shalev, A. Y., Peri, T., Canetti, L. & Schreiber, S. Predictors of PTSD in injured trauma survivors: a prospective study. Am J Psychiatry 153, 219–225 (1996).
  159. Wastell, C. A. Exposure to trauma: the long-term effects of suppressing emotional reactions. J. Nerv. Ment. Dis. 190, 839–845 (2002).
  160. Ehlers, A. & Clark, D. M. A cognitive model of posttraumatic stress disorder. Behaviour Research and Therapy 38, 319–345 (2000).
  161. Brewin, C. R. A cognitive neuroscience account of posttraumatic stress disorder and its treatment. Behaviour Research and Therapy 39, 373–393 (2001).
  162. Murray, J., Ehlers, A. & Mayou, R. A. Dissociation and post-traumatic stress disorder: two prospective studies of road traffic accident survivors. BJP 180, 363–368 (2002).
  163. Briere, J., Scott, C. & Weathers, F. Peritraumatic and Persistent Dissociation in the Presumed Etiology of PTSD. Am J Psychiatry 162, 2295–2301 (2005).
  164. Hagenaars, M. A., van Minnen, A. & Hoogduin, K. A. L. Peritraumatic psychological and somatoform dissociation in predicting PTSD symptoms: a prospective study. J. Nerv. Ment. Dis. 195, 952–954 (2007).
  165. Marshall, G. N. & Schell, T. L. Reappraising the link between peritraumatic dissociation and PTSD symptom severity: evidence from a longitudinal study of community violence survivors. J Abnorm Psychol 111, 626–636 (2002).
  166. Arellano, C. M. Child Maltreatment and Substance Use: A Review of the Literature. Subst Use Misuse 31, 927–935 (1996).
  167. Butt, S., Chou, S. & Browne, K. A rapid systematic review on the association between childhood physical and sexual abuse and illicit drug use among males. Child Abuse Rev. 20, 6–38 (2011).
  168. Hovdestad, W. E., Tonmyr, L., Wekerle, C. & Thornton, T. Why is Childhood Maltreatment Associated with Adolescent Substance Abuse? A Critical Review of Explanatory Models. Int J Ment Health Addiction 9, 525–542 (2011).
  169. Langeland, W. & Hartgers, C. Child Sexual and Physical Abuse and Alcoholism: A Review. Journal of Studies on Alcohol and Drugs 59, 336 (1998).
  170. Simpson, T. L. & Miller, W. R. Concomitance between childhood sexual and physical abuse and substance use problems: A review. Clinical Psychology Review 22, 27–77 (2002).
  171. Stewart, S. H. Alcohol abuse in individuals exposed to trauma: a critical review. Psychol Bull 120, 83–112 (1996).
  172. Tonmyr, L., Thornton, T., Draca, J. & Wekerle, C. A Review of Childhood Maltreatment and Adolescent Substance Use Relationship. Current Psychiatry Reviews 6, 223–234 (2010).
  173. Chilcoat, H. D. & Breslau, N. Posttraumatic stress disorder and drug disorders: testing causal pathways. Arch. Gen. Psychiatry 55, 913–917 (1998).
  174. Chilcoat, H. D. & Breslau, N. Investigations of causal pathways between ptsd and drug use disorders. Addictive Behaviors 23, 827–840 (1998).
  175. Deykin, E. Y. & Buka, S. L. Prevalence and risk factors for posttraumatic stress disorder among chemically dependent adolescents. The American journal of psychiatry 154, 752–757 (1997).
  176. Kilpatrick, D. G. et al. Risk factors for adolescent substance abuse and dependence: Data from a national sample. Journal of Consulting and Clinical Psychology 68, 19–30 (2000).
  177. Wekerle, C., Drug Strategy and Controlled Substances Programme (Canada), Office of Research and Surveillance & National Clearinghouse on Family Violence (Canada). Up against a wall coping with becoming a teen when you have been maltreated as a child: substance use among adolescents in child welfare versus adolescents in the general population : a comparison of the Maltreatment and Adolescent Pathways (MAP) Longitudinal Study and the Ontario Student Drug Use Survey (OSDUS) datasets. (Office of Research and Surveillance, Drug Strategy and Controlled Substances Directorate, 2009). at <http://site.ebrary.com/id/10350354&gt;
  178. Clark, D. B., Thatcher, D. L. & Maisto, S. A. Adolescent neglect and alcohol use disorders in two-parent families. Child Maltreat 9, 357–370 (2004).
  179. Lang, C. M. & Sharma-Patel, K. The relation between childhood maltreatment and self-injury: a review of the literature on conceptualization and intervention. Trauma Violence Abuse 12, 23–37 (2011).
  180. Deiter, P. J., Nicholls, S. S. & Pearlman, L. A. Self-injury and self capacities: Assisting an individual in crisis. J. Clin. Psychol. 56, 1173–1191 (2000).
  181. Muehlenkamp, J. J. & Saris–Baglama, R. N. Self–Objectification and its Psychological Outcomes for College Women. Psychology of Women Quarterly 26, 371–379 (2002).
  182. Zlotnick, C. et al. Trauma, dissociation, impulsivity, and self-mutilation among substance abuse patients. Am J Orthopsychiatry 67, 650–654 (1997).
  183. Zanarini, M. C., Laudate, C. S., Frankenburg, F. R., Reich, D. B. & Fitzmaurice, G. Predictors of self-mutilation in patients with borderline personality disorder: A 10-year follow-up study. Journal of Psychiatric Research 45, 823–828 (2011).
  184. Aglan, A., Kerfoot, M. & Pickles, A. Pathways from adolescent deliberate self-poisoning to early adult outcomes: a six-year follow-up. Journal of Child Psychology and Psychiatry 49, 508–515 (2008).
  185. Akyuz, G., Sar, V., Kugu, N. & Doğan, O. Reported childhood trauma, attempted suicide and self-mutilative behavior among women in the general population. European Psychiatry 20, 268–273 (2005).
  186. Boudewyn, A. C. & Liem, J. H. Childhood sexual abuse as a precursor to depression and self-destructive behavior in adulthood. J Trauma Stress 8, 445–459 (1995).
  187. Dubo, E. D., Zanarini, M. C., Lewis, R. E. & Williams, A. A. Childhood antecedents of self-destructiveness in borderline personality disorder. Can J Psychiatry 42, 63–69 (1997).
  188. Glassman, L. H., Weierich, M. R., Hooley, J. M., Deliberto, T. L. & Nock, M. K. Child maltreatment, non-suicidal self-injury, and the mediating role of self-criticism. Behav Res Ther 45, 2483–2490 (2007).
  189. Van der Kolk, B. A., Perry, J. C. & Herman, J. L. Childhood origins of self-destructive behavior. Am J Psychiatry 148, 1665–1671 (1991).
  190. Weierich, M. R. & Nock, M. K. Posttraumatic stress symptoms mediate the relation between childhood sexual abuse and nonsuicidal self-injury. J Consult Clin Psychol 76, 39–44 (2008).
  191. Yates, T. M., Carlson, E. A. & Egeland, B. A prospective study of child maltreatment and self-injurious behavior in a community sample. Development and Psychopathology 20, 651–671 (2008).
  192. Zlotnick, C., Mattia, J. I. & Zimmerman, M. Clinical correlates of self-mutilation in a sample of general psychiatric patients. J. Nerv. Ment. Dis. 187, 296–301 (1999).
  193. Gratz, K. L., Conrad, S. D. & Roemer, L. Risk Factors for Deliberate Self-Harm Among College Students. American Journal of Orthopsychiatry 72, 128–140 (2002).
  194. Matsumoto, T. et al. Patterns of self-cutting: A preliminary study on differences in clinical implications between wrist- and arm-cutting using a Japanese juvenile detention center sample. Psychiatry and Clinical Neurosciences 58, 377–382 (2004).
  195. Wiederman, M. W., Sansone, R. A. & Sansone, L. A. Bodily Self-Harm and Its Relationship to Childhood Abuse Among Women in a Primary Care Setting. Violence Against Women 5, 155–163 (1999).
  196. Gladstone, G. L. et al. Implications of Childhood Trauma for Depressed Women: An Analysis of Pathways From Childhood Sexual Abuse to Deliberate Self-Harm and Revictimization. Am J Psychiatry 161, 1417–1425 (2004).
  197. Van der Kolk, B. A., Perry, J. C. & Herman, J. L. Childhood origins of self-destructive behavior. Am J Psychiatry 148, 1665–1671 (1991).
  198. Evren, C. & Evren, B. Self-mutilation in substance-dependent patients and relationship with childhood abuse and neglect, alexithymia and temperament and character dimensions of personality. Drug and Alcohol Dependence 80, 15–22 (2005).
  199. Green, A. H. Self-destructive behavior in battered children. Am J Psychiatry 135, 579–582 (1978).
  200. Paivio, S. C. & McCulloch, C. R. Alexithymia as a mediator between childhood trauma and self-injurious behaviors. Child Abuse & Neglect 28, 339–354 (2004).
  201. Swannell, S. et al. Child maltreatment, subsequent non-suicidal self-injury and the mediating roles of dissociation, alexithymia and self-blame. Child Abuse & Neglect 36, 572–584 (2012).
  202. Carroll, J., Schaffer, C., Spensley, J. & Abramowitz, S. I. Family experiences of self-mutilating patients. Am J Psychiatry 137, 852–853 (1980).
  203. Rallis, B. A., Deming, C. A., Glenn, J. J. & Nock, M. K. What Is the Role of Dissociation and Emptiness in the Occurrence of Nonsuicidal Self-Injury? Journal of Cognitive Psychotherapy 26, 287–298 (2012).
  204. Cerutti, R., Manca, M., Presaghi, F. & Gratz, K. L. Prevalence and clinical correlates of deliberate self-harm among a community sample of Italian adolescents. Journal of Adolescence 34, 337–347 (2011).
  205. Zweig-Frank, H., Paris, J. & Guzder, J. Psychological risk factors for dissociation and self-mutilation in female patients with borderline personality disorder. Can J Psychiatry 39, 259–264 (1994).
  206. Agence de la santé publique du Canada. Risque de transmission du VIH : Sommaire des données scientifiques – Agence de la santé publique du Canada. (2013).
  207. Messman, T. L. & Long, P. J. Child sexual abuse and its relationship to revictimization in adult women: A review. Clinical Psychology Review 16, 397–420 (1996).
  208. Messman-Moore, T. L. & Long, P. J. The role of childhood sexual abuse sequelae in the sexual revictimization of women: An empirical review and theoretical reformulation. Clinical Psychology Review 23, 537–571 (2003).
  209. Gidycz, C. A., Coble, C. N., Latham, L. & Layman, M. J. Sexual Assault Experience in Adulthood and Prior Victimization Experiences A Prospective Analysis. Psychology of Women Quarterly 17, 151–168 (1993).
  210. Gidycz, C. A., Hanson, K. & Layman, M. J. A Prospective Analysis Of The Relationships Among Sexual Assault Experiences: An Extension of Previous Findings. Psychology of Women Quarterly 19, 5–29 (1995).
  211. DePrince, A. P. Social Cognition and Revictimization Risk. Journal of Trauma &amp; Dissociation 6, 125–141 (2005).
  212. Mayall, A. & Gold, S. R. Definitional Issues and Mediating Variables in the Sexual Revictimization of Women Sexually Abused as Children. J Interpers Violence 10, 26–42 (1995).
  213. Messman-Moore, T. L. & Long, P. J. Child Sexual Abuse and Revictimization in the Form of Adult Sexual Abuse, Adult Physical Abuse, and Adult Psychological Maltreatment. J Interpers Violence 15, 489–502 (2000).
  214. Urquiza, A. J. & Goodlin-Jones, B. L. Child sexual abuse and adult revictimization with women of color. Violence Vict 9, 223–232 (1994).
  215. Bryer, J. B., Nelson, B. A., Miller, J. B. & Krol, P. A. Childhood sexual and physical abuse as factors in adult psychiatric illness. Am J Psychiatry 144, 1426–1430 (1987).
  216. Merrill, L. L. et al. Childhood Abuse and Sexual Revictimization in a Female Navy Recruit Sample. J Trauma Stress 12, 211–225 (1999).
  217. Jinich, S. et al. Childhood Sexual Abuse and HIV Risk-Taking Behavior Among Gay and Bisexual Men. AIDS Behav 2, 41–51 (1998).
  218. Paul, J. P., Catania, J., Pollack, L. & Stall, R. Understanding childhood sexual abuse as a predictor of sexual risk-taking among men who have sex with men: The Urban Men’s Health Study☆. Child Abuse & Neglect 25, 557–584 (2001).
  219. Heusser, S. & Elkonin, D. Childhood sexual abuse and HIV sexual-risk behaviour among men who have sex with men in South Africa. South African Journal of Psychology 0081246313516258 (2013). doi:10.1177/0081246313516258
  220. Kalichman, S. C., Gore-Felton, C., Benotsch, E., Cage, M. & Rompa, D. Trauma Symptoms, Sexual Behaviors, and Substance Abuse: Correlates of Childhood Sexual Abuse and HIV Risks Among Men Who Have Sex with Men. Journal of Child Sexual Abuse 13, 1–15 (2004).
  221. Fergusson, D. M., Horwood, L. J. & Lynskey, M. T. Childhood sexual abuse, adolescent sexual behaviors and sexual revictimization. Child Abuse & Neglect 21, 789–803 (1997).
  222. Messman-Moore, T. L. & Long, P. J. Alcohol and substance use disorders as predictors of child to adult sexual revictimization in a sample of community women. Violence Vict 17, 319–340 (2002).
  223. Wyatt, G. E., Guthrie, D. & Notgrass, C. M. Differential effects of women’s child sexual abuse and subsequent sexual revictimization. J Consult Clin Psychol 60, 167–173 (1992).
  224. Roodman, A. A. & Clum, G. A. Revictimization rates and method variance: A meta-analysis. Clinical Psychology Review 21, 183–204 (2001).
  225. Arriola, K. R. J., Louden, T., Doldren, M. A. & Fortenberry, R. M. A meta-analysis of the relationship of child sexual abuse to HIV risk behavior among women. Child Abuse & Neglect 29, 725–746 (2005).
  226. Tsutsumi, A., Izutsu, T. & Matsumoto, T. Risky sexual behaviors, mental health, and history of childhood abuse among adolescents. Asian Journal of Psychiatry 5, 48–52 (2012).
  227. Arata, C. M. Sexual Revictimization and PTSD: An Exploratory Study. Journal of Child Sexual Abuse 8, 49–65 (1999).
  228. Sandberg, D. A., Matorin, A. I. & Lynn, S. J. Dissociation, posttraumatic symptomatology, and sexual revictimization: A prospective examination of mediator and moderator effects. J. Traum. Stress 12, 127–138 (1999).
  229. Freyd, J. J., Martorello, S. R., Alvarado, J. S., Hayes, A. E. & Christman, J. C. Cognitive environments and dissociative tendencies: performance on the standard Stroop task for high versus low dissociators. Appl. Cognit. Psychol. 12, S91–S103 (1998).
  230. DePrince, A. P. & Freyd, J. J. Forgetting Trauma Stimuli. Psychological Science 15, 488–492 (2004).
  231. DePrince, A. P. & Freyd, J. J. Dissociative Tendencies, Attention, and Memory. Psychological Science 10, 449–452 (1999).
  232. Noll, J. G., Horowitz, L. A., Bonanno, G. A., Trickett, P. K. & Putnam, F. W. Revictimization and Self-Harm in Females Who Experienced Childhood Sexual Abuse Results from a Prospective Study. J Interpers Violence 18, 1452–1471 (2003).
  233. Chen, L. P. et al. Sexual Abuse and Lifetime Diagnosis of Psychiatric Disorders: Systematic Review and Meta-analysis. Mayo Clinic Proceedings 85, 618–629 (2010).
  234. Fischer, S., Stojek, M. & Hartzell, E. Effects of multiple forms of childhood abuse and adult sexual assault on current eating disorder symptoms. Eating Behaviors 11, 190–192 (2010).
  235. Faravelli, C., Giugni, A., Salvatori, S. & Ricca, V. Psychopathology after rape. Am J Psychiatry 161, 1483–1485 (2004).
  236. Ackard, D. M. & Neumark-Sztainer, D. Date violence and date rape among adolescents: associations with disordered eating behaviors and psychological health. Child Abuse Negl 26, 455–473 (2002).
  237. Dubosc, A. et al. Early adult sexual assault and disordered eating: The mediating role of posttraumatic stress symptoms. J. Traum. Stress 25, 50–56 (2012).
  238. Hund, A. R. & Espelage, D. L. Childhood Sexual Abuse, Disordered Eating, Alexithymia, and General Distress: A Mediation Model. Journal of Counseling Psychology 52, 559–573 (2005).
  239. Holzer, S. R., Uppala, S., Wonderlich, S. A., Crosby, R. D. & Simonich, H. Mediational significance of PTSD in the relationship of sexual trauma and eating disorders. Child Abuse & Neglect 32, 561–566 (2008).
  240. Gustafson, T. B. & Sarwer, D. B. Childhood sexual abuse and obesity. Obesity Reviews 5, 129–135 (2004).
  241. Aaron, D. J. & Hughes, T. L. Association of Childhood Sexual Abuse With Obesity in a Community Sample of Lesbians. Obesity 15, 1023–1028 (2007).
  242. Felitti, V. J. Long-term medical consequences of incest, rape, and molestation. South. Med. J. 84, 328–331 (1991).
  243. Felitti, V. J. Childhood sexual abuse, depression, and family dysfunction in adult obese patients: a case control study. South. Med. J. 86, 732–736 (1993).
  244. Springs, F. E. & Friedrich, W. N. Health risk behaviors and medical sequelae of childhood sexual abuse. Mayo Clin. Proc. 67, 527–532 (1992).
  245. Williamson, D. F., Thompson, T. J., Anda, R. F., Dietz, W. H. & Felitti, V. Body weight and obesity in adults and self-reported abuse in childhood. Int. J. Obes. Relat. Metab. Disord. 26, 1075–1082 (2002).
  246. Mamun, A. A. et al. Does Childhood Sexual Abuse Predict Young Adult’s BMI? A Birth Cohort Study. Obesity 15, 2103–2110 (2007).
  247. Grilo, C. M. & Masheb, R. M. Childhood psychological, physical, and sexual maltreatment in outpatients with binge eating disorder: Frequency and associations with gender, obesity, and eating-related psychopathology. Obes. Res. 9, 320–325 (2001).
  248. Striegel-Moore, R. H., Dohm, F.-A., Pike, K. M., Wilfley, D. E. & Fairburn, C. G. Abuse, Bullying, and Discrimination as Risk Factors for Binge Eating Disorder. Am J Psychiatry 159, 1902–1907 (2002).
  249. Wiederman, M. W., Sansone, R. A. & Sansone, L. A. Obesity among sexually abused women: an adaptive function for some? Women Health 29, 89–100 (1999).
  250. King, T. K., Clark, M. M. & Pera, V. History of sexual abuse and obesity treatment outcome. Addict Behav 21, 283–290 (1996).
  251. Bancroft, J. The Medicalization of Female Sexual Dysfunction: The Need for Caution. Arch Sex Behav 31, 451–455 (2002).
  252. Van Berlo, W. & Ensink, B. Problems with Sexuality after Sexual Assault. Annual Review of Sex Research 11, 235–257 (2000).
  253. Lutfey, K. E., Link, C. L., Litman, H. J., Rosen, R. C. & McKinlay, J. B. An examination of the association of abuse (physical, sexual, or emotional) and female sexual dysfunction: results from the Boston Area Community Health Survey. Fertility and Sterility 90, 957–964 (2008).
  254. Letourneau, E. J., Resnick, H. S., Kilpatrick, D. G., Saunders, B. E. & Best, C. L. Comorbidity of sexual problems and posttraumatic stress disorder in female crime victims. Behavior Therapy 27, 321–336 (1996).
  255. Loeb, T. B. et al. Child Sexual Abuse: Associations with the Sexual Functioning of Adolescents and Adults. Annual Review of Sex Research 13, 307–345 (2002).
  256. Leonard, L. M. & Follette, V. M. Sexual Functioning in Women Reporting a History of Child Sexual Abuse: Review of the Empirical Literature and Clinical Implications. Annual Review of Sex Research 13, 346–388 (2002).
  257. Najman, J. M., Dunne, M. P., Purdie, D. M., Boyle, F. M. & Coxeter, P. D. Sexual Abuse in Childhood and Sexual Dysfunction in Adulthood: An Australian Population-Based Study. Arch Sex Behav 34, 517–526 (2005).
  258. Schloredt, K. A. & Heiman, J. R. Perceptions of Sexuality as Related to Sexual Functioning and Sexual Risk in Women with Different Types of Childhood Abuse Histories. J Trauma Stress 16, 275–284 (2003).
  259. Handa, V. L., Cundiff, G., Chang, H. H. & Helzlsouer, K. J. Female sexual function and pelvic floor disorders. Obstet Gynecol 111, 1045–1052 (2008).
  260. Pons, M. E. Sexual health of women with pelvic floor disorders. Int Urogynecol J 20, 5–7 (2009).
  261. Bohn, D. K. & Holz, K. A. Sequelae of abuse: Health Effects of Childhood Sexual Abuse, Domestic Battering, and Rape. Journal of Nurse-Midwifery 41, 442–456 (1996).
  262. Johnson, D. M., Pike, J. L. & Chard, K. M. Factors predicting PTSD, depression, and dissociative severity in female treatment-seeking childhood sexual abuse survivors☆, ☆☆, ★. Child Abuse & Neglect 25, 179–198 (2001).
  263. Brodsky, B. S., Cloitre, M. & Dulit, R. A. Relationship of dissociation to self-mutilation and childhood abuse in borderline personality disorder. The American Journal of Psychiatry 152, 1788–1792 (1995).
  264. Maniglio, R. Child sexual abuse in the etiology of depression: A systematic review of reviews. Depress. Anxiety 27, 631–642 (2010).
  265. Walker, J., Archer, J. & Davies, M. Effects of Rape on Men: A Descriptive Analysis. Arch Sex Behav 34, 69–80 (2005).
  266. Resick, P. A. The Psychological Impact of Rape. J Interpers Violence 8, 223–255 (1993).
  267. Stein, M. B. et al. Childhood physical and sexual abuse in patients with anxiety disorders and in a community sample. Am J Psychiatry 153, 275–277 (1996).
  268. Browne, A. & Finkelhor, D. Impact of child sexual abuse: A review of the research. Psychological Bulletin 99, 66–77 (1986).
  269. Despentes, V. King Kong Theory. (Profile Books, 2009).
  270. Dworkin, A. Prostitution and Male Supremacy. Mich. J. Gender & L. 1, 1 (1993).
  271. James, J. & Meyerding, J. Early sexual experience as a factor in prostitution. Arch Sex Behav 7, 31–42 (1978).
  272. Silbert, M. H. & Pines, A. M. Early Sexual Exploitation as an Influence in Prostitution. Social Work 28, 285–289 (1983).
  273. Bagley, C. & Young, L. Juvenile prostitution and child sexual abuse: A controlled study. Canadian Journal of Community Mental Health 6, 5–26 (1987).
  274. Bagley, C. Adolescent prostitution in Canada and the Philippines Statistical comparisons, an ethnographic account and policy options. International Social Work 42, 445–454 (1999).
  275. Farley, M. & Barkan, H. Prostitution, Violence, and Posttraumatic Stress Disorder. Women & Health 27, 37–49 (1998).
  276. Potterat, J. J., Rothenberg, R. B., Muth, S. Q., Darrow, W. W. & Phillips‐Plummer, L. Pathways to prostitution: The chronology of sexual and drug abuse milestones. Journal of Sex Research 35, 333–340 (1998).
  277. Simons, R. L. & Whitbeck, L. B. Sexual Abuse as a Precursor to Prostitution and Victimization Among Adolescent and Adult Homeless Women. Journal of Family Issues 12, 361–379 (1991).
  278. Widom, C. S. & Kuhns, J. B. Childhood victimization and subsequent risk for promiscuity, prostitution, and teenage pregnancy: a prospective study. Am J Public Health 86, 1607–1612 (1996).
  279. Zierler, S. et al. Adult survivors of childhood sexual abuse and subsequent risk of HIV infection. Am J Public Health 81, 572–575 (1991).
  280. Gibbs Van Brunschot, E. & Brannigan, A. Childhood maltreatment and subsequent conduct disorders: The case of female street prostitution. International Journal of Law and Psychiatry 25, 219–234 (2002).
  281. Dufour, R. Je vous salue–: Marion, Carmen, Clémentine, Eddy, Jo-Annie, Nancy, Jade, Lili, Virginie, Marie-Pierre : le point zéro de la prostitution. (Éditions MultiMondes, 2005).
  282. Tyler, K. A., Hoyt, D. R. & Whitbeck, L. B. The Effects of Early Sexual Abuse on Later Sexual Victimization Among Female Homeless and Runaway Adolescents. J Interpers Violence 15, 235–250 (2000).
  283. Farley, M., Lynne, J. & Cotton, A. J. Prostitution in Vancouver: Violence and the Colonization of First Nations Women. Transcultural Psychiatry 42, 242–271 (2005).
  284. Kramer, L. A. & Berg, E. C. A Survival Analysis of Timing of Entry into Prostitution: The Differential Impact of Race, Educational Level, and Childhood/Adolescent Risk Factors. Sociological Inquiry 73, 511–528 (2003).
  285. Widom, C. S. Childhood sexual abuse and its criminal consequences. Society 33, 47–53 (1996).
  286. Ahrens, K. R., Katon, W., McCarty, C., Richardson, L. P. & Courtney, M. E. Association between childhood sexual abuse and transactional sex in youth aging out of foster care. Child Abuse & Neglect 36, 75–80 (2012).
  287. Bebbington, P. E. et al. Child sexual abuse reported by an English national sample: characteristics and demography. Soc Psychiatry Psychiatr Epidemiol 46, 255–262 (2011).
  288. Svensson, F., Fredlund, C., Svedin, C. G., Priebe, G. & Wadsby, M. Adolescents selling sex: Exposure to abuse, mental health, self-harm behaviour and the need for help and support—a study of a Swedish national sample. Nord J Psychiatry 67, 81–88 (2012).
  289. McClanahan, S. F., McClelland, G. M., Abram, K. M. & Teplin, L. A. Pathways Into Prostitution Among Female Jail Detainees and Their Implications for Mental Health Services. PS 50, 1606–1613 (1999).
  290. Widom, C. S. & Ames, M. A. Criminal consequences of childhood sexual victimization. Child Abuse & Neglect 18, 303–318 (1994).
  291. Silbert, M. H. & Pines, A. M. Sexual child abuse as an antecedent to prostitution. Child Abuse & Neglect 5, 407–411 (1981).
  292. Campbell, R., Ahrens, C. E., Sefl, T. & Clark, M. L. The relationship between adult sexual assault and prostitution: an exploratory analysis. Violence Vict 18, 299–317 (2003).
  293. Ross, C. A., Farley, M. & Schwartz, H. L. Dissociation Among Women in Prostitution. Journal of Trauma Practice 2, 199–212 (2004).
  294. Lalor, K. & McElvaney, R. Child Sexual Abuse, Links to Later Sexual Exploitation/High-Risk Sexual Behavior, and Prevention/Treatment Programs. Trauma Violence Abuse 11, 159–177 (2010).
  295. Wilson, H. W. & Widom, C. S. The Role of Youth Problem Behaviors in the Path From Child Abuse and Neglect to Prostitution: A Prospective Examination. J Res Adolesc 20, 210–236 (2010).
  296. Wilson, H. W. & Widom, C. S. An examination of risky sexual behavior and HIV in victims of child abuse and neglect: A 30-year follow-up. Health Psychology 27, 149–158 (2008).
  297. Wilson, H. W. & Widom, C. S. A Prospective Examination of the Path from Child Abuse and Neglect to Illicit Drug Use in Middle Adulthood: The Potential Mediating Role of Four Risk Factors. J Youth Adolescence 38, 340–354 (2009).
  298. Savin-Williams, R. C. Verbal and physical abuse as stressors in the lives of lesbian, gay male, and bisexual youths: Associations with school problems, running away, substance abuse, prostitution, and suicide. Journal of Consulting and Clinical Psychology 62, 261–269 (1994).
  299. Roe-Sepowitz, D. E. Juvenile Entry Into Prostitution The Role of Emotional Abuse. Violence Against Women 18, 562–579 (2012).
  300. Chen, X., Tyler, K. A., Whitbeck, L. B. & Hoyt, D. R. Early Sexual Abuse, Street Adversity, and Drug Use among Female Homeless and Runaway Adolescents in the Midwest. Journal of Drug Issues 34, 1–21 (2004).
  301. Greene, J. M., Ennett, S. T. & Ringwalt, C. L. Prevalence and correlates of survival sex among runaway and homeless youth. Am J Public Health 89, 1406–1409 (1999).
  302. Kral, A. H., Molnar, B. E., Booth, R. E. & Watters, J. K. Prevalence of sexual risk behaviour and substance use among runaway and homeless adolescents in San Francisco, Denver and New York City. Int J STD AIDS 8, 109–117 (1997).
  303. Kennedy, M. A., Klein, C., Bristowe, J. T. K., Cooper, B. S. & Yuille, J. C. Routes of Recruitment: Pimps’ Techniques and Other Circumstances That Lead to Street Prostitution. Journal of Aggression, Maltreatment & Trauma 15, 1–19 (2007).
  304. Erickson, P. G., Butters, J., McGillicuddy, P. & Hallgren, A. Crack and Prostitution: Gender, Myths, and Experiences. Journal of Drug Issues 30, 767–788 (2000).
  305. Silbert, M. H., Pines, A. M. & Lynch, T. Substance Abuse and Prostitution. Journal of Psychoactive Drugs 14, 193–197 (1982).
  306. Tyler, K. A., Hoyt, D. R., Whitbeck, L. B. & Cauce, A. M. The Impact of Childhood Sexual Abuse on Later Sexual Victimization among Runaway Youth. Journal of Research on Adolescence 11, 151–176 (2001).
  307. Trinquart, J. La décorporalisation dans la pratique prostitutionnelle: un obstacle majeur à l’accès aux soins. (2002).
  308. Motoi, I., Muse, P. & Dufour, R. La femme, sa sexualité et son pouvoir sexuel: programme d’appropriation de sa sexualité : guide de formation, d’animation et d’autoréflexion. (PUQ, 2011).
  309. D’ Aquin, T. Somme théologique. (1266).
  310. Mandeville, B. La fable des abeilles. (1714).
  311. Bouamama, S. & Legardinier, C. Les clients de la prostitution: l’enquête. (Presses de la Renaissance, 2006).
  312. Farley, M., Bindel, J. & Golding, J. Men who buy sex: Who they buy and what they know. (Eaves London, 2009).
  313. Macleod, J., Farley, M., Anderson, L. & Golding, J. Challenging men’s demand for prostitution in Scotland. (Women’s Support Project, 2008).
  314. Tabet, M.-C. L. L’ex-prostituée Jade raconte le procès du Carlton : ‘Je ne veux plus de leur argent’. Le Journal du Dimanche (2015). at <http://www.lejdd.fr/Societe/Justice/L-ex-prostituee-Jade-raconte-le-proces-du-Carlton-Je-ne-veux-plus-de-leur-argent-718138&gt;
  315. Barry, K. L. The Prostitution of Sexuality. (NYU Press, 1996).
  316. Mignard, A. Propos élémentaires sur la prostitution. Les Temps Modernes (1976).
  317. sillam. Prostituée par choix – Page : 3 – Prostitution – FORUM sexualité. (2011). at <http://forum.doctissimo.fr/doctissimo/prostitution/prostituee-choix-sujet_145245_3.htm#t629571&gt;
  318. Høigård, C. & Finstad, L. Backstreets: Prostitution, Money, and Love. (Pennsylvania State Univ Pr, 1992).
  319. Olsson, H. Det svåra sökandet efter kunskap eller Vem är jag och vem är den andra? Tidskriften Socialt arbete (1987).
  320. Vanwesenbeeck, I. Prostitutes’ well-being and risk. x, (VU University Press, 1994).
  321. Coy, M. This body which is not mine The notion of the habit body, prostitution and (dis)embodiment. Feminist Theory 10, 61–75 (2009).
  322. Sanders, T. ‘It’s Just Acting’: Sex Workers’ Strategies for Capitalizing on Sexuality. Gender, Work & Organization 12, 319–342 (2005).
  323. Vanwesenbeeck, I. Burnout among female indoor sex workers. Arch Sex Behav 34, 627–639 (2005).
  324. Sanders, T. A continuum of risk? The management of health, physical and emotional risks by female sex workers. Sociology of Health & Illness 26, 557–574 (2004).
  325. Farley, M. ‘Bad for the Body, Bad for the Heart’: Prostitution Harms Women Even if Legalized or Decriminalized. Violence Against Women 10, 1087–1125 (2004).
  326. Brewis, J. & Linstead, S. ‘The Worst Thing is the Screwing’ (1): Consumption and the Management of Identity in Sex Work. Gender, Work & Organization 7, 84–97 (2000).
  327. Farley, M. et al. Garden of truth: The prostitution and trafficking of Native women in Minnesota. (St. Paul, MN: Minnesota Indian Women’s Sexual Assault Coalition, and Prostitution Research and Education., 2011).
  328. Lundbom, S. & Nagata, M. Att leva med prostitutionserfarenhet : kvalitativa intervjuer med fyra kvinnor. (2007). at <http://su.diva-portal.org/smash/record.jsf?pid=diva2%3A197599&dswid=8652&gt;
  329. Madrigal, J. Latino Truck Driver Trade: Sex and HIV in Central America. (Routledge, 2014).
  330. Chu, J. A. The repetition compulsion revisited: Reliving dissociated trauma. Psychotherapy: Theory, Research, Practice, Training 28, 327–332 (1991).
  331. Nixon, K., Tutty, L., Downe, P., Gorkoff, K. & Ursel, J. The Everyday Occurrence Violence in the Lives of Girls Exploited Through Prostitution. Violence Against Women 8, 1016–1043 (2002).
  332. Napoli, M., Gerdes, K. & DeSouza-Rowland, S. Treatment of Prostitution Using Integrative Therapy Techniques: A Case Study. Journal of Contemporary Psychotherapy 31, 71–87 (2001).
  333. Raphael, J. & Shapiro, D. L. Violence in Indoor and Outdoor Prostitution Venues. Violence Against Women 10, 126–139 (2004).
  334. Church, S., Henderson, M., Barnard, M. & Hart, G. Violence by clients towards female prostitutes in different work settings: questionnaire survey. BMJ 322, 524–525 (2001).
  335. Farley, M., Baral, I., Kiremire, M. & Sezgin, U. Prostitution in Five Countries: Violence and Post-Traumatic Stress Disorder. Feminism & Psychology 8, 405–426 (1998).
  336. Farley, M. et al. Prostitution and Trafficking in Nine Countries. Journal of Trauma Practice 2, 33–74 (2004).
  337. Sanders, T. Controllable laughter: Managing sex work through humour. Sociol.-J. Brit. Sociol. Assoc. 38, 273–291 (2004).
  338. Sanders, T. The condom as psychological barrier: Female sex workers and emotional management. Feminism Psychol. 12, 561–566 (2002).
  339. Abel, G. M. Different stage, different performance: The protective strategy of role play on emotional health in sex work. Social Science & Medicine 72, 1177–1184 (2011).
  340. Jaget, C. Une Vie de Putain. (Presses d’Aujourd’hui, 1975).
  341. Kramer, L. A. Emotional Experiences of Performing Prostitution. Journal of Trauma Practice 2, 186–197 (2004).
  342. Gorry, J., Roen, K. & Reilly, J. Selling your self? The psychological impact of street sex work and factors affecting support seeking. Health & Social Care in the Community 18, 492–499 (2010).
  343. Gossop, M., Powis, B., Griffiths, P. & Strang, J. Sexual behaviour and its relationship to drug-taking among prostitutes in south London. Addiction 89, 961–970 (1994).
  344. Hicher, R. Prostitution : « Je n’étais qu’une marchandise ». Le Monde (2013). at <http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/11/26/prostitution-je-n-etais-qu-une-marchandise_3520706_3232.html&gt;
  345. De Graaf, R., Vanwesenbeeck, I., van Zessen, G., Straver, C. J. & Visser, J. H. Alcohol and drug use in heterosexual and homosexual prostitution, and its relation to protection behaviour. AIDS Care 7, 35–47 (1995).
  346. Young, A., Boyd, C. & Hubbell, A. Prostitution, drug use, and coping with psychological distress. Journal of Drug Issues 4, 789–800 (2000).
  347. Ekman, K. E. L’être et la marchandise prostitution maternité de substitution. (MEditeur, 2013).
  348. Chloé. Moi, ex-prostituée, je dis NON à la prostitution ! Sisyphe (2010). at <http://sisyphe.org/spip.php?article3478&gt;
  349. Fassin, E., Pateman, C., Fraisse, G. & Nordmann, C. Le contrat sexuel. (Editions La Découverte, 2010).
  350. Choi, H., Klein, C., Shin, M.-S. & Lee, H.-J. Posttraumatic Stress Disorder (PTSD) and Disorders of Extreme Stress (DESNOS) Symptoms Following Prostitution and Childhood Abuse. Violence Against Women (2009). doi:10.1177/1077801209335493
  351. Ross, C. A., Anderson, G., Heber, S. & Ron, G. Dissociation and abuse among multiple-personality patients, prostitutes, and exotic dancers. Hospital & Community Psychiatry 41, 328–330 (1990).
  352. Charlemagne, S. A corps perdus. (Jean-Claude Lattès, 1994).
  353. Képès, S. Violences sexuelles et prostitution dans la société patriarcale. Recherches 313–316 (1995).
  354. Rosen : ‘Je me suis autodétruite. Si j’avais continué, je serais morte ». Prostitution et Société (2012). at <http://www.prostitutionetsociete.fr/temoignages/rosen-je-me-suis-autodetruite-si-j&gt;
  355. Roxburgh, A., Degenhardt, L. & Copeland, J. Posttraumatic stress disorder among female street-based sex workers in the greater Sydney area, Australia. BMC Psychiatry 6, 1–12 (2006).
  356. Weathers, F., Litz, B., Herman, D., Huska, J. & Keane, T. The PTSD Checklist (PCL): Reliability, validity, and diagnostic utility. in (International Society for Traumatic Stress Studies., 1993).
  357. Wiechelt, S. A. & Shdaimah, C. S. Trauma and Substance Abuse Among Women in Prostitution: Implications for a Specialized Diversion Program. Journal of Forensic Social Work 1, 159–184 (2011).
  358. Farley, M. & Patsalides, B. M. Physical symptoms, posttraumatic stress disorder, and healthcare utilization of women with and without childhood physical and sexual abuse. Psychol Rep 89, 595–606 (2001).
  359. Gossop, M., Griffiths, P., Powis, B. & Strang, J. Severity of heroin dependence and HIV risk. I. Sexual behaviour. AIDS Care 5, 149–157 (1993).
  360. Nuttbrock, L. A., Rosenblum, A., Magura, S., Villano, C. & Wallace, J. Linking female sex workers with substance abuse treatment. Journal of Substance Abuse Treatment 27, 233–239 (2004).
  361. Goldstein, P. J. Prostitution and Drugs. (Lexington Books, 1979).
  362. Roxburgh, A., Degenhardt, L., Copeland, J. & Larance, B. Drug Dependence and Associated Risks Among Female Street-Based Sex Workers in the Greater Sydney Area, Australia. Subst Use Misuse 43, 1202–1217 (2008).
  363. Arrestee Drug Abuse Monitoring Program: 1997. Annual Report on Adult and Juvenile Arrestees (NCJ Publication 171672). (National Institute of Justice. Office of Justice Programs, US Department of Justice, 1997).
  364. el-Bassel, N. et al. Sex trading and psychological distress among women recruited from the streets of Harlem. Am J Public Health 87, 66–70 (1997).
  365. Cusick, L. Female Prostitution in Glasgow: Drug Use and Occupational Sector. Addict Res Theory 6, 115–130 (1998).
  366. May, T., Edmunds, M., (professor.), M. H., Hough, M. & Unit, G. B. H. O. R., Development and Statistics Directorate Policing and Reducing Crime. Street business: the links between sex and drug markets. (Home Office, Policing and Reducing Crime Unit, Research, Development and Statistics Directorate, 1999).
  367. Parker, H. J. & Bottomley, T. Crack Cocaine and Drugs: Crime Careers. (SPARC, Department of Social Policy and Social Work, University of Manchester, 1996).
  368. Rössler, W. et al. The mental health of female sex workers. Acta Psychiatrica Scandinavica 122, 143–152 (2010).
  369. Hester, M. & Westmarland, N. Tackling Street Prostitution: Towards an Holistic Approach. (Home Office, 2004).
  370. Alegría, M. et al. HIV infection, risk behaviors, and depressive symptoms among Puerto Rican sex workers. Am J Public Health 84, 2000–2002 (1994).
  371. Raymond, J., Hughes, D. & Gomez, C. in International Sex Trafficking of Women & Children: Understanding the Global Epidemic (Looseleaf Law Publications, 2001).
  372. Booth, R. E., Koester, S. K. & Pinto, F. Gender Differences in Sex-Risk Behaviors, Economic Livelihood, and Self-Concept Among Drug Injectors and Crack Smokers. The American Journal on Addictions 4, 313–322 (1995).
  373. Burnette, M. L. et al. Prevalence and health correlates of prostitution among patients entering treatment for substance use disorders. Arch. Gen. Psychiatry 65, 337–344 (2008).
  374. Beauvoir, S. de. Le Deuxième Sexe. (Gallimard, 1949).
  375. Ainley, V. & Tsakiris, M. Body Conscious? Interoceptive Awareness, Measured by Heartbeat Perception, Is Negatively Correlated with Self-Objectification. PLoS ONE 8, e55568 (2013).
  376. Tylka, T. L. & Hill, M. S. Objectification Theory as It Relates to Disordered Eating Among College Women. Sex Roles 51, 719–730 (2004).
  377. Peat, C. M. & Muehlenkamp, J. J. Self-Objectification, Disordered Eating, and Depression A Test of Mediational Pathways. Psychology of Women Quarterly 35, 441–450 (2011).
  378. Fuchs, T. & Schlimme, J. E. Embodiment and psychopathology: a phenomenological perspective: Current Opinion in Psychiatry 22, 570–575 (2009).
Publicités

23 réflexions sur “L’objectivation sexuelle des femmes : un puissant outil du patriarcat – les violences sexuelles graves et la dissociation

  1. Wah… bravo ! C’est long mais parfait (comme tous tes articles ^^’). Je pensais que la sidération et la dissociation était le même phénomène. Je vois que non. Mais j’ai toujours du mal à les distinguer… la sidération c’est le fait d’être paralysé/e et dissociation c’est « sortir de son corps », en gros ? Donc ça reste lié, plus ou moins ?

    Très intéressant la partie sur la prostitution. Comment ne pas être abolitionniste après avoir lu ça ? C’est vraiment effrayant ce que vivent ces femmes. Et très peu connu. On commence à en parler avec cette horreur de Carlton, mais encore une fois, on minimise les faits…

    • Merci 🙂
      De ce que j’ai compris (car j’ai découvert le sujet en même temps que j’écrivais l’article), la sidération serait une forme de dissociation somatoforme (en tout cas, selon certain-e-s auteurices), parce que liée aux fonctions corporelles : on reste paralysée. Tandis que l’impression de sortir de son corps, c’est une forme de dissociation psychoforme, liée aux fonctions mentales (sensation, perception). Dans les deux cas, il s’agit de dissociation péritraumatique, qui survient au moment de l’événement traumatisant.

  2. Pingback: Ferme ta grande gueule connasse tu …me fais mal ! | Caroline Huens

  3. Merci ! c’est très très complet !
    Je confirme la différence entre sidération (on reste paralysée, incapable de réagir) et dissociation (on « sort » de son corps pour ne rien ressentir).
    Lire votre article m’a permis de mettre des mots sur des sensations et des souvenirs, et aussi de me sentir moins seule (ou plutôt, moins bizarre) 🙂
    Difficile de (sur)vivre en se disant que le corps dans lequel on vit ne nous appartient pas vraiment, personnellement j’essaie de me le réapproprier par le yoga, le pilates, la sophrologie… Et j’ai beaucoup de peine et de compassion pour les victimes qui ne trouvent pas le bout du tunnel.
    Bravo pour les articles, toujours très intéressants !

  4. Il est vraiment très bien ton article. C’est exactement ça. Je m’en sers pour essayer d’expliquer à des personnes proches qui ne connaissent pas la dissociation. Merci !! A bientôt !!

  5. J’ai lu cet article il y’a un moment et je l’ai pudiquement commenté sous un autre pseudo. Mais j’y ai souvent repensé depuis sa publication. Vous venez un travail de recherche très important (aucune autre militante féministe/blogueuse ne prend la peine de décortiquer 378 sources académiques avant de cliquer sur « publier »… surtout pas les plus populaires sur la blogosphère). Et de façon générale, votre blog est une ressource géniale pour les victimes/psy/flics/ect… J’espère que vous aurez un jour la reconnaissance que vous méritez.

    (et si je pense que vous pourriez instaurer un genre de « cagnotte virtuelle » où les lecteurs qui apprécient la qualité de vos articles pourraient lâcher quelques sous – j’en ferais partie en tout cas!)

  6. Pingback: Susan Bordo : à  propos du dualisme corps-esprit | Citations féministes

  7. Pingback: Prostitution | Pearltrees

  8. Cet article est une mine d’or!!

    J’aimerais savoir qu’est ce qu’on définit par « victime », une personne qui s’est révélée victime? Une personne que la justice a révélé victime? Et bien que le viol, et les agressions sexuelles soient clairement définis par notre code pénal, je me suis toujours demandé comment savoir si tel acte était finalement consenti, à moitié consenti, consenti par abus de faiblesse, ..etc. Pour exemple, je pense à une expérience d’une personne qui était atteinte de troubles psychologiques: bipolarité, de dissociation, de dépression et de troubles borderline, dysmorphophobie..etc qui avait consenti à faire ce qu’un homme lui demandait tout en posant des barrières (ce qui présumerait son consentement puisqu’elle était censé avoir le choix) parce que cet homme a crée un atmosphère de confiance entre la malade et lui-même, serait-ce ça ne pas être victime? Consentir? Et pour la suite de cette histoire, l’homme offrit de l’argent à cette femme et lui proposa de devenir prostituée. Je souligne par cet exemple que la personne elle-même peut se sentir victime alors que juridiquement elle n’est pas victime puisque le consentement est l’élément constitutif des infractions sexuelles. Et ces personnes non décrétées victimes peuvent aussi finalement avoir les mêmes répercussions qu’une victime « lambda », « type ». Dans votre article vous partez des agressions/viols pour en arriver aux troubles en question. Mais selon moi il y a deux voies, les troubles peuvent être en amont et l’ agression a posteriori.

  9. Pingback: Lezhysterik | Pearltrees

  10. Pingback: MACRO | Pearltrees

  11. Juste une correction: dans vos définitions du début de l’article, vous donnez une définition erronée du mot « interoception ».
    L’interoception c’est la capacité à ressentir et évaluer, de manière plus ou moins précise, son activité physiologique, ce n’est pas une pathologie!
    Par contre certains traumas ou problèmes génétiques peuvent affecter cette capacité effectivement, en ce cas on pourra parler d’une interoception affaiblie…

  12. Pingback: Féminisme | Ressources Animalistes

  13. Pingback: Bibliography – Everything i read and watched – Marine's Independent Project

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s