Les femmes, leurs désirs, leur plaisir et leur orgasme

Je suis en train d’écrire un (très) long article sur les idéaux de beauté (qui devrait être bientôt fini). A cette occasion, j’ai fait une digression sur le plaisir sexuel des femmes. Mais, cette digression me semble trop longue pour rester dans un article sur les idéaux de beauté. Je trouve néanmoins dommage de la supprimer et je la publie donc en tant qu’article indépendant.

Shere Hite

Shere Hite a révolutionné la vision de la sexualité féminine avec son rapport (source de l’image)

Le plaisir sexuel reste encore inaccessible à bon nombre de femmes. Si elles sont objectivées sexuellement, elles ne sont pas considérées comme des sujets sexuels à part entière : leur désir serait faible ou inexistant, leur sexualité passive, et leurs plaisir relèverait de la responsabilité de leur partenaire masculin (selon une vision du monde hétérocentrée).

Un difficile accès au plaisir et à l’orgasme

Une enquête de 20051 à très large échelle, portant sur près de 28 000 personnes du monde entier, âgées de 20 à 80 ans, indiquent que les femmes rencontrent plus de difficultés dans leur sexualité. Elles sont plus fréquemment incapables d’atteindre l’orgasme ou d’avoir du plaisir pendant les rapports sexuels. Ainsi, près de 18% des femmes d’Europe du Nord ont du mal à atteindre l’orgasme au moins occasionnellement (dont 3,5% fréquemment) contre 9% des hommes (1,6% fréquemment). En Europe du sud (dans laquelle la France est inclue), on trouve la même tendance : 24% des femmes contre 12% des hommes ont au moins occasionnellement des difficultés à avoir un orgasme (dont 6 et 2% fréquemment). La proportion de personnes ne trouvant pas de plaisir lors des rapports sexuels est du même ordre de grandeur, et encore une fois, les femmes sont désavantagées. Les femmes rencontrent également plus de douleurs que les hommes lors des rapports sexuels (par exemple, 12% des femmes d’Europe du sud rencontrent au moins occasionnellement des douleurs contre 4% des hommes).

femme soin

Beaucoup de femmes ont des rapports sexuels pour témoigner de l’amour à leur partenaire

Cette  insatisfaction peut expliquer pourquoi, on trouve que dans une enquête auprès de 111 femmes en couple hétérosexuel, la principale raison d’avoir des rapports sexuels n’est pas le désir sexuel pour près de 58% d’entre elles2 (précisons que ces femmes éprouvent moins de plaisir et de satisfaction pendant les rapports que celles qui couchent par désir). Plus exactement, 41% des femmes ont des rapports sexuels principalement pour renforcer le lien entre elles et leur partenaire. Une étude de 20033, conduite auprès de 3262 femmes américaines originaires de plusieurs ethnies et âgées de 45 à  52 ans confirme que le plaisir sexuel n’est pas la première motivation pour laquelle les femmes (sauf les afro-américaines) s’engagent dans des rapports sexuels. La question était de savoir pour quelles raisons elles s’étaient engagées dans des rapports sexuels les 6 derniers mois. Ainsi, environ 88% des femmes avaient eu des rapports sexuels pour notamment ressentir du plaisir, mais 91% en ont eu pour notamment exprimer l’amour qu’elles vouaient à leur partenaire. Si 88% est un chiffre certes élevé, cela signifie tout de même que 12% des femmes interrogées ont eu des rapports les 6 derniers mois avant l’enquête pour des raisons jamais liées au plaisir sexuel. Cela était particulièrement vrai pour les femmes hispaniques qui étaient près de de 30% à avoir des eu des rapports pendant 6 mois pour des motivations jamais liées au plaisir sexuel. Notons que pour 72% de l’ensemble des femmes (et 80% et 81% des femmes hispaniques et d’origine japonaise, respectivement), une des raisons avancées était : « parce que le partenaire le voulait ». Enfin, une étude4 conduite auprès de 943 jeunes adultes américain∙e∙s indiquent que les hommes ont des motivations plus égoïstes que les femmes à avoir des rapports sexuels (avoir du plaisir, mais aussi se sentir aimé), alors que les femmes ont des motivations plus altruistes (exprimer de l’amour). Ces résultats suggèrent que les femmes s’engagent dans des rapports sexuels plus pour créer du lien avec leur partenaire que pour leur propre plaisir, ce qui correspond à un rôle de soin et de care.

Plus étonnant encore : le plaisir que les femmes peuvent éprouver dans des rapports (hétérosexuels) est en réalité recherché… pour la satisfaction des hommes. Une étude américaine qualitative publiée en 2014 et menée auprès de jeunes adultes hétérosexuels5 indique que l’orgasme féminin est considéré comme plus important pour le partenaire masculin que pour la femme. Les femmes indiquent qu’elles accordent relativement peu d’importance à leur propre plaisir : ce qu’elles veulent absolument éviter, c’est de froisser l’égo de leur partenaire. C’est pour cela qu’elles craignent de ne pas avoir d’orgasme. En revanche, les hommes n’envisagent pas d’avoir de rapports sans orgasme. Ils confirment également qu’il est extrêmement satisfaisant pour eux de permettre à une femme d’atteindre l’orgasme. Cependant ce sentiment serait souvent plus égoïste qu’il peut y paraître : dans l’étude, la joie éprouvée avait assez fréquemment peu de lien direct avec les sentiments de la partenaire. Elle correspondait plutôt au fait de se sentir sexuellement compétent, de penser être « un bon coup », et d’être donc confirmé dans sa virilité. Même l’orgasme féminin semble donc être avant tout recherché dans le but de satisfaire psychologiquement les hommes.

Cela peut expliquer pourquoi les femmes simulent plus fréquemment l’orgasme que les hommes.  Les données indiquent qu’entre 54 et 65% des femmes ont au moins simulé une fois dans leur vie un orgasme, contre 11 à 36% des hommes6. Selon le rapport Hite, environ 34% des femmes simulent régulièrement7. Les raisons pour lesquelles hommes et femmes prétendent avoir un orgasme divergent6. Les hommes simuleraient significativement plus que les femmes pour les raisons suivantes : parce qu’ils savent que l’orgasme n’arrivera pas (car ils ont trop bu ou ont déjà eu un orgasme dans la journée), parce qu’ils sont fatigués, parce qu’ils regrettent le choix de leur partenaire ou parce qu’ils ont perdu leur érection. Les femmes simulent plus que les hommes pour ces raisons : leur partenaire est peu compétent, la pratique sexuelle effectuée (en générale, une pénétration vaginale) n’a que peu de chances d’aboutir un orgasme, ou encore parce que leur partenaire est sur le point d’avoir un orgasme. Mais surtout, elles simulent plus que les hommes parce qu’elles ne veulent pas blesser leur partenaire, voire veulent lui faire plaisir… Ces raisons se retrouvent dans d’autres études7–9. A nouveau, il est question de penser avant tout à son partenaire, au détriment de son propre plaisir, puisque la simulation ne risque pas d’entraîner une remise en question des pratiques effectuées…

Comme expliquer que les femmes ont elles si peu de plaisir ? Peut-être parce que la pénétration vaginale reste la norme. Elle est souvent considérée comme la seule véritable pratique sexuelle. D’après une enquête sur la sexualité de 199210, 60% des Français∙e∙s pensent qu’un rapport sexuel inclut nécessairement une pénétration. Selon cette même enquête, 99% des hétérosexuel∙le∙s répondaient que leur dernier rapport sexuel incluait une pénétration vaginale. Un sondage IFOP récent11 indique que 83% des femmes pratiqueraient souvent la pénétration vaginale sans caresse clitoridienne de la part du ou de la partenaire (contre 40% la pénétration avec caresse clitoridienne de la part du ou de la partenaire, 42% les caresses et 33% le cunnilingus). A côté de ça, les pratiques qui stimulent directement le clitoris (caresse, cunnilingus) ne sont souvent considérées que comme des préliminaires au « véritable » rapport sexuel (la pénétration), et non comme de la sexualité en tant que telle.

Le rapport Hite, édition de 1976

Le rapport Hite, édition de 1976

Or la pénétration vaginale a peu de chances de provoquer un orgasme chez les femmes, surtout en l’absence de stimulations clitoridiennes. Shere Hite a publié en 1976 une enquête sur la sexualité des femmes qui fit scandale car elle remettait en cause les visions classiques7. Cette enquête démontra que seulement une minorité de femmes (30%) pouvait avoir régulièrement un orgasme par la pénétration vaginale, auxquelles on peut rajouter 19% qui ont des orgasmes pendant la pénétration à condition qu’il y ait une stimulation manuelle du clitoris. Ces chiffres sont à comparer avec les 95% des femmes qui arrivent à avoir au moins régulièrement des orgasme durant la masturbation, généralement effectuée via une stimulation directe du clitoris7. La chercheuse Elisabeth Lloyd (biologiste et philosophe) a attentivement examiné la littérature à ce sujet, dans un livre sorti en 200512. Les études sont difficilement comparables, surtout parce que certaines ne distinguent pas, parmi les femmes qui ont des orgasmes pendant la pénétration, celles qui nécessitent une stimulation manuelle du clitoris de celles qui n’en ont pas besoin. Néanmoins, elle estime qu’il y aurait globalement 25% des femmes qui auraient toujours ou presque un orgasme par la pénétration, et une petite majorité (50-60%) qui aurait un orgasme au moins une fois sur deux. Environ un tiers des femmes auraient rarement ou jamais des orgasmes par le coït.

Le mythe de l’orgasme vaginal

Havelock Ellis

Havelock Ellis

Un rappel historique peut permettre de comprendre pourquoi la sexualité est toujours peu tournée vers le plaisir et la satisfaction des femmes.

Au XIXème siècle, le plaisir sexuel féminin était absolument nié ; la masturbation était considérée avec tellement d’horreur qu’elle était « soignée » à l’aide d’une clitoridectomie, à savoir une ablation du clitoris (et donc une mutilation similaire à l’excision)13. On considérait la pénétration vaginale comme bonne pour la santé des femmes, mais indépendamment du plaisir qu’elles y prenaient14.

Au début du XXème siècle eut lieu ce que certains historiens appelèrent la première révolution sexuelle (et ce que certaines féministes analysèrent au contraire comme un retour de bâton patriarcal)15. Des théoriciens, tels que Sigmund Freud ou Havelock Ellis, proclamèrent que la sexualité pouvait être source de plaisir, y compris pour les femmes, et mirent fin à l’idée que ces dernières étaient insensibles aux joies de la sexualité. C’est à cette époque que le concept de préliminaires fut également inventé15. Néanmoins, les idées issues de cette révolution sont bien moins progressistes qu’elles n’y paraissent. Ellis avançait par exemple que les femmes étaient, par essence, masochistes et passives dans leur sexualité, et prenaient du plaisir dans la douleur15. Mais l’un des mythes les plus influents et les plus persistants créé à cette époque fut celui de l’orgasme vaginal (précisons au passage qu’il n’y a pas d’orgasme vaginal ; l’orgasme provoquée par la pénétration est également dû à la stimulation du clitoris).

Freud écrivit dans Trois essais sur la théorie sexuelle (1905)16 que les adolescentes devaient effectuer, au moment de leur puberté, un « transfert » érotique du clitoris vers le vagin14,17. Elles devaient abandonner une sexualité immature, « masculine » et basée sur le clitoris, pour une forme de sexualité « féminine », centrée sur le vagin, « passive » et dépendante du pénis. Ce n’est qu’ainsi qu’elles pouvaient passer du statut de « petit homme » à celui de femme véritable. Ce transfert devait leur permettre d’accepter leur place et leur rôle de femme dans la société ; il devait notamment leur permettre de remplacer l’envie de pénis par l’envie de bébé17. Si ce transfert n’était pas réalisé de manière adéquate, il pouvait générer divers troubles mentaux, comme l’envie de pénis, l’hystérie ou encore l’hostilité envers les hommes.

Sigmund Freud

Sigmund Freud

Cette théorie de l’orgasme vaginale fut adoptée et développée par un grand nombre de psychanalystes et sexologues jusque dans les années 1960. Elle devint très populaire aux Etats-Unis et dans les autres pays occidentaux dès les années 1920, fit l’objet de nombreux articles et livres14,17 et eut une influence considérable. Tou∙te∙s les adeptes de Freud ne partageaient pas forcément exactement les mêmes convictions au sujet de l’orgasme vaginal (certain∙e∙s suggéraient que le clitoris puisse servir à amener la femme à l’orgasme vaginal, quand d’autres pensaient que la stimulation de cet organe pouvait être source de maladie mentale), mais tou∙te∙s stipulèrent que l’orgasme vaginal était le seul type de jouissance acceptable pour les femmes. Il était également considéré comme le véritable moyen de soumettre une femme, et de lui permettre d’accepter la domination de son mari15. Ainsi une femme qui apprenait à avoir des orgasmes vaginaux apprenaient à rester à sa place14. Cela contribuait aussi à lui procurer une bonne santé14. L’inverse était vrai aussi : on disait des femmes qui aimaient vraiment leur mari, qui acceptaient pleinement la maternité et étaient sexuellement passives qu’elles avaient facilement des orgasmes vaginaux. Les manuels de sexologie enjoignaient ainsi les femmes à non seulement se soumettre, mais à carrément « s’abandonner » à leur époux  afin d’avoir des orgasmes vaginaux15.

Celles qui ne parvenaient pas à jouir par la pénétration vaginale étaient considérées comme « frigides », même si elles parvenaient par ailleurs à avoir des orgasmes par la masturbation ou les caresses. La « frigidité » était alors considérée comme une pathologie mentale, assez grave pour qu’elle requière les soins d’un psychiatre ou d’un gynécologue14,15. Pendant des décennies, des milliers de femmes, anxieuses et inquiètes, se sont pressées chez des psychanalystes afin de « guérir »15. Ces femmes, emplies de culpabilité et de honte, pensaient qu’elles étaient anormales et qu’elles avaient un gros problème.

Parallèlement, le clitoris fut perçu comme l’organe de tous les dangers. Le danger du clitoris fut en particulier théorisé par deux psychanalystes, Hitschmann et Bergler dans les années 1930-194014. Les femmes « clitoridiennes » étaient selon eux des femmes qui refusaient leur place dans la société et voulaient rivaliser avec les hommes. Ils considéraient également que féminisme et frigidité étaient liés : selon eux, les femmes frigides, telles les lesbiennes et les féministes, ne pouvant accepter la domination masculine dans leur sexualité, développaient des fantasmes névrotiques à propos de leurs propres pouvoirs. Ils déclarèrent ainsi que si la psychanalyse parvenait à soigner l’ensemble des femmes frigides, le mouvement pour les droits des femmes disparaîtrait de lui-même, comme si l’orgasme dit vaginal pouvait permettre de « domestiquer » les rebelles…

Notes From the 2nd Year

La revue Notes From the 2nd Year dans laquelle fut publié Le Mythe de l’Orgasme Vaginal (1968)

Des travaux et réflexions ultérieurs, notamment ceux de sexologues comme Masters et Johnson18 (qui ont démontré que l’orgasme dit vaginal est en réalité provoqué par une stimulation du clitoris) et surtout ceux de féministes comme Anne Koedt19 ou Shere Hite7 dans les années 1960-1970, ont permis de relativiser ces notions, et de montrer qu’il n’était pas anormal ou pathologique pour une femme de ne pas ressentir d’orgasme pendant la pénétration vaginale. Anne Koedt proposa notamment de se réapproprier le clitoris et les notions qui l’entouraient : féminisme, activité, agressivité et autonomie. Shere Hite a non seulement effectué une étude révolutionnaire sur la sexualité des femmes, mais elle s’est en plus fermement élevée contre le dictat de l’orgasme vaginal, et a proposé dans son fameux rapport une analyse féministe pour l’expliquer. Ces féministes ont montré que ce n’était pas les femmes qui étaient anormales, mais bien les normes en matière de sexualité qui n’étaient pas adaptées au corps des femmes, ou du moins au corps de la majorité des femmes.

Le mythe n’est pas mort…

zizi sexuel

Dans le fameux livre pour enfants, Le Guide du Zizi Sexuel, on apprend que le clitoris est « comme un minuscule zizi de garçon avec un urètre en-dessous pour faire pipi »

Néanmoins, malgré cette remise en cause de la théorie freudienne et une relative réhabilitation du clitoris, la pénétration vaginale reste la pratique sexuelle « normale » lors des rapports hétérosexuels, tandis que les stimulations directes du clitoris reléguées au rang de « préliminaires ». La « frigidité » reste une source d’inquiétude pour de nombreuses femmes, comme en témoignent de nombreux fils de discussion sur les forums internet. De nombreuses méconnaissances persistent ; par exemple, selon une étude menée auprès d’étudiant∙e∙s, près d’un tiers des hommes pensent que la majorité des femmes auront un orgasme par la pénétration vaginale20. De plus, toujours selon cette même étude, 30% des femmes et 25% des hommes ne sont pas capables de situer correctement le clitoris sur le corps.

Par ailleurs, la sexualité des femmes est encore sujette à de nombreux clichés. Ainsi, elle est encore perçue comme passive et non autonome, comme en témoigne l’analyse de manuels d’éducation sexuelle publiés en France21. Plus précisément, elle est souvent conçue comme une simple réponse au désir masculin, qui est lui actif et moteur, d’où le fait que la notion de consentement est souvent considéré comme plus pertinente que celle de désir en ce qui concerne les femmes. Cette perception de la sexualité féminine comme étant passive est corroborée par l’étude qualitative de 2014 citée ci-dessus5. Elle indique que les jeunes adultes considèrent que c’est l’homme qui, par ses performances et ses stimulations physiques, est responsable du plaisir prodigué à la femme et de son orgasme dans les rapports hétérosexuels. La femme a, quant à elle, la responsabilité de « se préparer mentalement » à l’orgasme, en se « relaxant », en s’ouvrant et en s’abandonnant. Ces idées suggèrent que les femmes ne peuvent pas ou ne doivent pas accomplir par elles-mêmes les gestes leur permettant d’atteindre l’orgasme lors d’un rapport hétérosexuel. On considère aussi que la sexualité féminine est peu « efficace » : les femmes seraient, par essence, plus lentes que les hommes  à atteindre l’orgasme. C’est vrai dans le cas de la pénétration vaginale (pratique peu adaptée pour stimuler correctement une majorité de femmes), mais c’est absolument faux dans le cas de la stimulation directe du clitoris7.

En science aussi, des idées rétrogrades refont jour. Par exemple, une sexologue, Rosemary Basson, a proposé en 2001 un modèle sur la sexualité féminine qui stipule que le désir des femmes est fondamentalement différent de celui des hommes. Selon ce modèle, les femmes ont, contrairement aux hommes, fréquemment des rapports sexuels sans désir, ce qui ne serait pas vraiment un problème puisqu’elles pourraient finir par éprouver un certain plaisir dans ces rapports. Il est effectivement vrai qu’une partie des femmes (environ un tiers) ont une sexualité de ce type (qui est génératrice de moins de plaisir, d’orgasme et qui est moins satisfaisante qu’une sexualité fondée sur le désir)2. Le problème n’est donc pas que ce modèle ne représente pas une certaine réalité, mais plutôt que ceux et celles qui le promulguent ne voient aucun problème dans cette situation, et ne font aucun lien avec la domination masculine et avec le fait que la sexualité soit encore centrée sur le plaisir masculin. Ce modèle postule, encore une fois, que les femmes ont par essence une sexualité passive, qui mérite d’être « réveillée » par les actes du partenaire (désirant et donc, implicitement, masculin). Il a donc été à juste titre critiqué par des féministes qui y ont vu un danger22. Si une femme n’est pas censée désirer un rapport avant qu’il ait commencé, pourquoi se soucier de son refus ? Son « non » finira bien par se transformer en « oui ». J’ai pu effectivement constater en me promenant sur Internet que le modèle de Basson était utilisé comme argument par des hommes luttant contre des lois plus sévères sur le viol aux Etats-Unis (plus précisément, la loi sur le consentement « enthousiaste » en Californie ; ces hommes disaient que de toute façon, une femme ne peut pas désirer avec « enthousiasme » un rapport sexuel).

Enfin, certains psychologues continuent à adhérer et à défendre ardemment l’ancienne théorie de Freud. Par exemple, le psychologue Stuart Brody affirme que l’orgasme dit vaginal est supérieur à l’orgasme clitoridien, et meilleur pour la santé23. Pire, l’orgasme clitoridien aurait des conséquences sanitaires néfastes et serait bien un signe d’immaturité psychologique24. Les travaux de ce chercheur semblent, heureusement, très critiqués par ses confrères et consœurs25, mais cela n’empêche pas les médias, y compris français, de relayer abondamment ses théories26,27.

Conclusion

En conclusion, les femmes ne sont plus perçues, depuis le début du XXème siècle, comme des êtres totalement incapables de ressentir du plaisir sexuel. Néanmoins, le plaisir ne leur est accordé que dans un certain cadre, celui d’une pratique généralement peu satisfaisante pour elles et qui continue d’être associée à la domination masculine (cf culture du viol en Occident… et aussi le fait que les féministes soient encore traitées de « mal baisées » et de « frigides » !). Ce plaisir, et plus particulièrement l’orgasme, n’est d’ailleurs pas recherché dans le but premier de satisfaire et de réjouir les femmes ; l’objectif est de gratifier l’égo du partenaire masculin et de le confirmer dans sa virilité. Enfin, les femmes ne sont pas considérées comme des sujets de désirs, plus comme des êtres passifs qui se contentent de répondre à des stimulations érotiques.

Supplément (ajout du 19/12)

Coïncidence : j’ai publié cet article le 18 décembre et le lendemain je tombe sur les résultats de ce sondage IFOP menée auprès de plus de 8000 femmes dans plusieurs pays occidentaux :France, Espagne, Italie, Royaume-Uni, Allemagne, Pays-Bas, États-Unis et Canada.

Ces résultats indiquent que les femmes françaises sont les plus mal loties en termes de plaisir sexuel : presque la moitié des Françaises (49%) ont du mal à atteindre l’orgasme (le chiffre le plus élevé) contre 28% des Néerlandaises. Elles ne sont que 52% à avoir eu un orgasme « souvent » avec un partenaire au cours de leur vie (contre 69% des Italiennes et Néerlandaises), le pourcentage le plus faible. Ce sont aussi elles qui simulent le plus (31% simulent régulièrement) contre 18% des femmes néerlandaises.

Quelle est la raison à cela ? C’est toujours le même problème : c’est en France que la pénétration vaginale est la plus courante, et notamment la pénétration vaginale sans stimulation clitoridienne. La masturbation et la double stimulation (clitoridienne et vaginale) sont particulièrement rares.

Quelques images sympathiques qui récapitulent les résultats de ce sondage :

IFOP01

IFOP2

IFOP03

IFOP04

IFOP05

Références

  1. Laumann, E. O. et al. Sexual problems among women and men aged 40-80 y: prevalence and correlates identified in the Global Study of Sexual Attitudes and Behaviors. Int. J. Impot. Res. 17, 39–57 (2005).
  2. Sand, M. & Fisher, W. A. Women’s Endorsement of Models of Female Sexual Response: The Nurses’ Sexuality Study. The Journal of Sexual Medicine 4, 708–719 (2007).
  3. Cain, V. S. et al. Sexual functioning and practices in a multi‐ethnic study of midlife women: Baseline results from swan. The Journal of Sex Research 40, 266–276 (2003).
  4. Patrick, M. E., Maggs, J. L. & Abar, C. C. Reasons to Have Sex, Personal Goals, and Sexual Behavior During the Transition to College. The Journal of Sex Research 44, 240–249 (2007).
  5. Salisbury, C. M. A. & Fisher, W. A. ‘Did You Come?’ A Qualitative Exploration of Gender Differences in Beliefs, Experiences, and Concerns Regarding Female Orgasm Occurrence During Heterosexual Sexual Interactions. The Journal of Sex Research 51, 616–631 (2014).
  6. Muehlenhard, C. L. & Shippee, S. K. Men’s and Women’s Reports of Pretending Orgasm. The Journal of Sex Research 47, 552–567 (2010).
  7. Hite, S. The Hite Report: A Nationwide Study of Female Sexuality. (Seven Stories Press, 1976).
  8. Fahs, B. Performing Sex: The Making and Unmaking of Women’s Erotic Lives. (SUNY Press, 2011).
  9. Roberts, C., Kippax, S., Waldby, C. & Crawford, J. Faking it: The Story of ‘Ohh!’ Women’s Studies International Forum 18, 523–532 (1995).
  10. Bajos, N. & Spira, A. Analyse des Comportements Sexuels en France (ACSF). Sciences sociales et santé 9, 57–68 (1991).
  11. Les femmes et l’orgasme. (IFOP, 2014).
  12. Lloyd, E. A. The Case of the Female Orgasm: Bias in the Science of Evolution. (Harvard University Press, 2009).
  13. Studd, J. A comparison of 19th century and current attitudes to female sexuality. Gynecological Endocrinology 23, 673–681 (2007).
  14. Gerhard, J. Revisiting ‘The Myth of the Vaginal Orgasm’: The Female Orgasm in American Sexual Thought and Second Wave Feminism. Feminist Studies 26, 449–476 (2000).
  15. Jeffreys, S. in The sexual liberals and the attack on feminism 14–27 (1990).
  16. Freud, S. Trois essais sur la théorie sexuelle. (Editions Flammarion, 1905).
  17. Rodriguez, S. B. Female Circumcision and Clitoridectomy in the United States: A History of a Medical Treatment. (Boydell & Brewer, 2014).
  18. Masters, W. & Johnson, V. E. Human Sexual Response. (Ishi Press, 1966).
  19. Koedt, A. The myth of the vaginal orgasm. Women’s Liberation Movement (1968). Version française
  20. Wade, L. D., Kremer, E. C. & Brown, J. The incidental orgasm: the presence of clitoral knowledge and the absence of orgasm for women. Women Health 42, 117–138 (2005).
  21. Ferrand, A. La « libération sexuelle » est une guerre économique d’occupation. Genre, sexualité & société (2010). doi:10.4000/gss.1402
  22. Tyler, M. No Means Yes? Perpetuating Myths in the Sexological Construction of Women’s Desire. Women & Therapy 32, 40–50 (2008).
  23. Brody, S. Vaginal orgasm is associated with better psychological function. Sexual and Relationship Therapy 22, 173–191 (2007).
  24. Brody, S. & Costa, R. M. Vaginal Orgasm Is Associated with Less Use of Immature Psychological Defense Mechanisms. The Journal of Sexual Medicine 5, 1167–1176 (2008).
  25. Levin, R. J. The deadly pleasures of the clitoris and the condom – a rebuttal of Brody, Costa and Hess (2012). Sexual and Relationship Therapy 27, 272–295 (2012).
  26. Launet, E. Coït de neuf, docteur ? Que du vieux ! Nest Libération (2010).
  27. Orgasme féminin: oui, la taille du pénis compte. Le Huffington Post (2012).
Publicités

49 réflexions sur “Les femmes, leurs désirs, leur plaisir et leur orgasme

  1. Merci pour la qualité de cet article. Je voudrais qu’il soit lu par un maximum de personnes tant il me semble pertinent. Comme quoi les digressions sont parfois bien utiles.

  2. Pingback: Random 6 | Pearltrees

  3. Pingback: Body - l342 | Pearltrees

  4. Pingback: Sexualité - l342 | Pearltrees

  5. Pingback: Parenting - l342 | Pearltrees

  6. J’ai beaucoup aimé l’article, mais je me suis arrêtée à «le mythe de l’orgasme vaginal. Mais l’un des mythes les plus influents et les plus persistants créé à cette époque fut celui de l’orgasme vaginal (précisons au passage qu’il n’y a pas d’orgasme vaginal ; l’orgasme provoquée par la pénétration est également dû à la stimulation du clitoris).» …car ce n’est pas vrai… du moins pour moi.

    Lorsque j’étais jeune adulte, quelqu’un m’a expliqué que l’orgasme vaginal était très très difficile à atteindre, qu’il faut stimulé le poing G pendant une bonne trentaine de minutes avant d’arriver à l’atteindre, mais une fois atteint, chaque fois suivante demande de moins en moins de temps à y arriver. J’ai mis cette théorie à l’épreuve. Je peux vous assurer que c’est vrai! Il y a une très grande différence entre l’orgasme « clitorien » et l’orgasme vaginal… (clitorien est rapide à atteindre et n’est pas très long, alors que le vaginal demande (surtout au début) plus de patience, mais une fois atteint, c’est le fameux « la femme au 7ème ciel) et ce dernier peut venir avec ou sans l’orgasme clitorien (les deux en même temps, c’est total, le bliss du sex!). Passer à côté de ces expériences sensoriels, je peux comprendre alors pourquoi le sex serait pour certaines si fades 😦

    Je peux aussi indiquer que d’avoir des enfants change le corps d’une femme et que j’ai personnellement « perdu » ma capacité à être précoce avec l’orgasme vaginale; ma vie sexuelle n’est plus du tout comme avant, mais je sais plus ou moins comment je pourrais la retrouver… je n’en ai pas encore eu le TEMPS avec la vie de famille 😛

    • Merci pour votre commentaire,

      C’est vrai qu’il y a cette histoire de point G. Néanmoins, si je me fie à la littérature scientifique sur le sujet (que j’ai regardé rapidement, j’avoue), l’existence du point G est vraiment très controversée. Il est étudié intensivement depuis les années 40, et personne n’a pu encore vraiment l’identifier et le décrire d’un point de vue anatomique.

      Dans le rapport Hite, des femmes décrivent les orgasmes qu’elles ont par stimulation directe du clitoris, et ceux qu’elles ont par pénétration. En effet, ces orgasmes sont différents. Celui par stimulation directe est plus localisé et plus intense ; celui par pénétration est plus diffus, s’étendant dans une plus grande partie du corps. Certaines femmes préfèrent les orgasmes par stimulation directe, d’autres par pénétration.

      Vu les données actuelles, j’aurais tendance à penser que le point G n’existe pas (mais… affaire à suivre. Peut-être que de nouvelles découvertes vont changer la donne). Je suppose que dans les deux cas (stimulation directe ou pénétration), le clitoris est stimulé, mais de façon différente, ce qui donne des orgasmes différents en termes de sensations.

    • Je suis entièrement d’accord, un orgasme vaginal c’est une expérience inoubliable ! C’est plus compliqué que l’orgasme clitoridien mais c’est surtout parce que c’est du à un Autre qui connaît (forcément) moins bien notre corps que nous et qu’il faut en général faire quelques ajustements (communication communication communication !) Je vois par exemple que la stimulation clitoridienne par mon partenaire m’apporte beaucoup moins de plaisir que quand je le fais moi-même, parce que je sais exactement à quelle vitesse etc je dois aller alors que lui ne le ressent pas.

  7. Pingback: Féminisme | Pearltrees

  8. Merci beaucoup pour cet article très bien rédigé et appuyé de nombreuses recherches.
    Vous faites la lumière sur un phénomène très actuel et parvenez à tirer des conclusions objectives très bien mises en perspective.
    Je diffuse au maximum.

  9. Je me demande aussi s’il n’y aurait pas deux autres causes : les femmes ont été historiquement et sont encore dans pas mal d’endroits contraintes à la sexualité par la violence, à mon avis ça laisse des traces. Et puis, les femmes ont été maintenues dans la méconnaissance de leurs organes sexuels : soit elles n’ont pas de mots pour les dire, soit ce sont des mots enfantins, et ce sont presque toujours des mots péjoratifs. Et c’est bien une construction sociale patriarcale dévalorisant les femmes et leur sexualité, imposant la norme hétéro-sexuelle pour la procréation : pas vraiment excitant tout ça ! Bravo pour ton article.

    • Merci du commentaire !
      Effectivement, ça a été bien démontré que les violences sexuelles ont un impact sur la sexualité et diminuent le désir sexuel et la capacité à avoir un orgasme. J’en parle ici 😉 https://antisexisme.net/2015/02/27/dissociation/#troubles_sexuels
      Et sinon, je pense aussi que la méconnaissance des organes sexuels jouent aussi, ainsi que le mépris qui les entourent (ils sentiraient mauvais, sont « mous », sales, seraient seulement un « trou », ressembleraient à une moule, etc.). De quoi engendrer une honte peu propice au plaisir !

      • Vous avez dit dans votre réponse à mon commentaire que ca n’avait pas de rapport avec la confiance en soi or vous dites ici que la méconnaissance des organes sexuels et le mépris peuvent engendrer la honte peu propice au plaisir ! J’avais donc raison en disant qu’avoir un orgasme nécessite d’avoir confiance en soi, de se sentir à l’aise dans son corps si vous préférez. Et pour revenir sur un plan plus « scientifique » tous les orgasmes qu’ils soient « clitoridien » ou « vaginaux » sont tout deux liés au clitoris et que seule la stimulation diffère.

        • Oui, la capacité à avoir du plaisir et un orgasme dépend de différents facteurs : connaissance de soi, confiance, absence de stress, exposition ou non à des violences sexuelles…
          Mais dans votre commentaire, vous avez écrit :

          l’orgasme vaginal qui nécessite un véritable « lâcher prise » et une grande confiance en soi et en son partenaire

          Vous avez bien précisé « orgasme vaginal« . J’ai peut-être mal compris, mais j’ai eu l’impression que vous disiez que les femmes qui n’ont des orgasmes que par stimulation clitoridienne étaient stressées ou manquaient de confiance en elles. Ce n’est pas le cas.

  10. Merci pour cet article très très intéressant et bien documenté qui remet beaucoup de choses à plat.
    D’un point de vue masculin, si je peux me permettre, éduqué dans ma jeunesse à la triste culture porn, ce n’est qu’au gré des différents partenaires sexuels que l’on en apprend vraiment sur la sexualité et l’orgasme féminin (et encore, à condition de s’y intéresser) et que l’on casse tous les mythes malheureusement encore bien ancrés dans la société. À quand une véritable éducation sexuelle ?
    Dommage que le ton de l’article soit toutefois un peu péremptoire sur certains points (les hommes ne recherchent l’orgasme féminin que pour se sentir virils, c’est peut-être un peu réducteur, et d’ailleurs cela revoit à la notion suivante : qu’est ce que le véritable altruisme ?) et fasse l’impasse sur les aspects scientifiques de l’orgasme féminin atteint par pénétration (vaginale ou anale).
    Merci encore, continuez !

    • Bonjour et merci pour ce commentaire

      Vous n’êtes pas le premier à dire que le ton est un peu péremptoire sur le sujet de l’égoïsme masculin de la recherche de l’orgasme féminin. Ce n’était pas mon objectif… En effet, ces résultats proviennent d’une étude qualitative, avec un faible nombre de sujets. Je vais peut-être rajouter le conditionnel dans ma phrase.

      Quant à l’aspect scientifique… c’est intéressant, mais je ne pouvais pas aborder ! 🙂

  11. Bonjour!
    Merci pour cet article très intéressant, il est bon d’avoir ce genre de lecture!!
    J’ajouterai que le sondage IFOP que vous avez cité en complément contribue à faire de l’orgasme une norme et à ne penser le plaisir féminin et masculin qu’à travers l’orgasme. Tout se passe comme si l’orgasme était indispensable au plaisir. Or, je ne pense pas que cela soit vrai et il est surement dommageable que l’orgasme soit érigé en but à atteindre à tout prix car il s’agit alors d’une nouvelle pression qui s’exerce sur les individus. On nous fait croire qu’une nuit d’amour sans orgasme ne vaut rien… Dommage!

    • Bonjour,
      Il y a effectivement une pression à l’orgasme chez les femmes, notamment via à la pénétration. Et comme je le dis dans l’article, ce n’est malheureusement pas nouveau : les femmes étaient envoyées chez le psy si elles étaient « frigides » !

      Je ne veux pas contribuer à cette pression, mais je trouve ça néanmoins intéressant de s’intéresser sur cette disparité : 90-95% des femmes arrivent facilement à avoir un orgasme lors de la masturbation ; beaucoup moins lors des rapports hétérosexuels. Je trouve que c’est assez révélateur !

  12. Tout ce que j’ai lu me choque pas plus que ça. Notre société a toujours mis les femmes au second plan (sauf si l’on remonte dans l’histoire et qu’on se centre sur les sociétés matriarcales qui ont existé, mais bon ces sociétés n’ont pas fait long feu). Tout ça pour dire qu’il n’y a pas réellement d’éducation sexuelle, si je me remémore un semblant de cours au collège on avait appris à comment mettre un préservatif, les moyens contraceptifs et c’est tout. Donc tout était axé sur le mâle finalement puisqu’on a tous en tête le fameux préservatif masculin (petite parenthèse préservatif souvent mis en avant juste à coté des toilettes publics chez les femmes je me suis toujours demandée pourquoi quand j’aurais préféré qu’on mette des choses nécessaires aux femmes tel que des serviettes hygiéniques, enfin bon la société patriarcale a parlé alors elle a raison). Le deuxième outil éducatif c’est bien sur internet , ces fameux sites pornographiques qui rapportent des milliards et qui réduisent les femmes à des morceaux de viande, je passe les descriptifs de certaines vidéos qui réduisent les femmes à des « salopes, « chaudes » et j’en passe et bien entendu l’homme est toujours sur son piedestal, le dieu du sexe.. je me suis toujours demandé si j’étais la seule femme choquée par tant de bêtise. La société, et donc les gens, sont eux memes responsables de leur propre ignorance. Et oui l’homme ne pense qu’à son propre plaisir, c’est navrant mais c’est un fait c’est bien pour ça que les femmes suivent toujours la volonté de leur tendre et cher , je ne veux pas faire ma frigide , ce que Freud prétendrait de moi, mais les femmes devraient plus s’assumer et avouer que la pénétration n’a rien d’extasiant. Encore faudrait-il qu’on arrête de rendre tabou la masturbation féminine, ça serait un premier pas.. le second pas serait de détruire l’industrie du porno qui traite les femmes comme des moins que rien ce qui augmente le nombre de viols puisque la majorité des gens sont éduqués non pas par leurs parents mais par le porno. Donc tant qu’on nous éduquera de la sorte rien ne changera, c’est aux femmes de s’imposer et de détruire le patriarcat qui nous impose tout , de nos tenus jusqu’à notre pilosité, notre manucure, notre vie et en tant que femme je souhaite laisser aux futures générations un monde où hommes et femmes seraient égaux, l’un ne dominant pas sur l’autre.

  13. Bonjour, homme féministe pour ce qu’il pense de sa vision et de ses actions, je voudrais réagir à votre très complète digression que j’ai appréciée. Je vais utiliser le « je » afin de n’impliquer que moi dans les propos. Vos propos sont très juste, parfaitement illustrés et commentés et j’ai envie de dire : et après ? Ce qui m’intéresse en tant qu’homme c’est d’amener un maximum de mes semblables à ce genre de réflexion : comment partager le plaisir, comment créer à deux un lieu d’union. Cela avec mes semblable et mes filles aussi, pour lesquelles je m’interroge : comment leur parler de plaisir, de liberté d’être et de respecter de soit même et que oui, la sexualité épanouie fait partie de la vie ? Votre article dénonce, démontre, démonte, mais que proposer comme sortie ? Quelle voie prendre, ensemble, homme et femme, femme et homme, pour sacraliser l’union du masculin et du féminin ? Je vais me permettre une digression. L’homme quand il devient amant, n’a pas les codes, n’a pas appris, il ne sait pas comment le plaisir féminin « fonctionne ». Tout juste essaye t’il de reproduire un mouvement de va et vient semblable à ses propres caresses et si personne ne l’interroge, à commencer par sa compagne sur son acte, qui le peut ? Si lui-même est empêtré dans des représentations pornographique de ce qui doit être. De la même manière et là, je rejoins un élément du texte, pour vous, très chères compagnes, amantes, femmes, la sortie de la passivité et la prise du contrôle, la prise de connaissance de votre propre plaisir est/sont la condition d’évolution… Oui, les femmes font peut être l’amour par « devoir » comme décrit et en même temps qu’elle tristesse non ? Pourquoi la prise de parole, les actes seraient dévolus à l’homme ? Qui doit endosser une responsabilité d’évolution ? Un ou une ? Les deux ? Je crois en un mot : éducation et conscience. Il y a des écoles d’éducation, ou l’union du féminin et du masculin est le centre de l’apprentissage, ou la puissance du féminin est reconnue et sanctifié, cette école de vie, que j’ai pratiqué, s’appelle le Tantra… Osez, soyez curieux /se allez découvrir les enseignements. Je reste un éternel optimiste de l’évolution de cette situation pour le bien de toutes et tous et par la même de la société.
    Voilà, c’était une envie de partage et d’espoir. Merci.

  14. Merci pour cet article passionnant. Je me permets de vous signaler le livre d’Elisa Brune et Yves Ferroul intitulé Le Secret des femmes, Voyage au cœur du plaisir et de la jouissance, à la fois résumé des recherches et des points de vue sur la question et somme de témoignages. La réalité n’est pas reluisante mais il y a de l’espoir, je suis d’accord avec Walter…

  15. Merci pour cet article très intéressant et qui explique beaucoup de choses, pour ma part.
    Il serait intéressant et utile d’en écrire un centré sur la sexualité masculine.
    Le conditionnement social se fait aussi chez l’homme (pression de la performance, peur de ne pas satisfaire, incompréhension). Après en avoir parlé à beaucoup d’hommes je constate que certains (beaucoup) ont une sexualité très peu épanouie car ils pensent devoir tout maîtriser et qu’évidemment, ça ne fonctionne pas, et donc le plaisir féminin est faible, ils le ressentent et n’en ont pas non plus, trop concentrés sur leur « performance »… C’est un cercle vicieux, et l’on doit détruire ces constructions imaginaires présentes chez les deux sexes, et qui leur nuisent à eux aussi!

    Bien évidemment, cet article était centré sur la femme, ce n’est donc pas le moins du monde un reproche.

  16. Pingback: Lezhysterik | Pearltrees

  17. Bonjour, je ne sais pas si c’est parce que j’ai 19 ans et que je n’ai pas 40 ans de conditionnement derrière moi mais je n’ai pas vraiment de mal à atteindre l’orgasme vaginale (à des degrés variables mais présent à chaque fois). J’en ai aussi par la masturbation mais ils sont différents des orgasmes vaginaux. Les orgasmes vaginaux ont aussi une stimulation plus psychologique car ils ont lieu au cours d’un acte sexuel avec l’Autre (personnellement c’est avec mon copain donc les sentiments jouent beaucoup je pense, un orgasmes c’est physique ET psychologique) surtout pour l’orgasme vaginal qui nécessite un véritable « lâcher prise » et une grande confiance en soi et en son partenaire. Pour le coup je suis en désaccord avec la partie « egoïsme des hommes » car un « bon coup » est justement tout l’inverse : il cherche à donner de manière altruiste car il tient à sa partenaire et cherche à lui faire plaisir.

    • Bonsoir,
      Je n’ai nulle part écrit qu’il était difficile pour toutes les femmes d’atteindre un orgasme vaginal. Cela dépend des femmes. Comme il est dit dans l’article, les femmes qui peuvent l’atteindre facilement sont minoritaires mais existent, évidemment.
      Par ailleurs, non : la capacité à avoir un orgasme vaginal n’a pas de rapport avec la confiance en soi. Vous semblez réitérer les propos de Freud et cie : les femmes non capables d’avoir un orgasme vaginal auraient des traits de caractères différents (et moins positifs) que celles qui parviennent à avoir des orgasmes vaginaux.
      Ca n’a pas non plus de rapport avec l’âge.
      Enfin, pour rebondir sur un autre de vos commentaires : vous dîtes préférer l’orgasme vaginal à l’orgasme clitoridien. Ce n’est pas le cas de toutes les femmes.

      • Je ne « préfère » pas l’orgasme vaginal ce sont deux choses différentes c’est tout. Mais en tant que femme hétérosexuelle heureusement que je ressens du plaisir lors de la pénétration sinon j’aurais jamais envie de faire l’amour ! Ça dépend des femmes mais personnellement j’aime bien quand c’est mon copain qui « s’occupe » de moi comme ça je ne pense à rien et je peux me concentrer sur les sensations qu’il me procure. La position Andromaque est pas mal pour contrôler les mouvements etc mais je suis moins détendue et plus concentrée sur les mouvements musculaire que sur les sensations. Je dois être paresseuse haha ! Il faut pas non plus croire que tout est inné et avoir du plaisir à deux requiert un entraînement et une bonne connaissance du corps de l’autre.
        Définition d’un bon coup (écrit par une femme) http://www.coachseduction.fr/devenir-un-bon-coup/
        Comment atteindre l’orgasme par la pénétration : http://www.journaldesfemmes.com/couple/sexo/1225684-conseils-orgasme-femme/

        • heureusement que je ressens du plaisir lors de la pénétration sinon j’aurais jamais envie de faire l’amour

          Tout le long de cet article, j’ai essayé de démontrer qu’il n’y avait pas que la sacro-sainte pénétration et que les stimulations clitoridiennes n’étaient pas moins de la sexualité que le coït (et même, que chez la majorité des femmes, elles généraient plus de plaisir et d’orgasmes que la pénétration vaginale). Et là, vous me dîtes que faire l’amour = pénétration. On en revient à des schémas normatifs et phallocentrés. Les femmes qui n’ont pas une sexualité basée sur la pénétration ne font donc pas l’amour ?

          • J’ai bien précisé en tant que femme HÉTÉROSEXUELLE. Faire l’amour AVEC UN HOMME = préliminaires + pénétration. Je peux comprendre que quand on a pas vraiment de plaisir par la pénétration on ait pas envie d’aller plus loin mais bon autant avoir des rapports lesbiens si le pénis du partenaire est inutile. C’est comme si un homme homosexuel disait qu’il n’avait pas envie de mettre son pénis dans l’anus de son partenaire ou qu’il n’avait pas envie que son partenaire mette son pénis dans son anus.

            • Euh… lol.
              Je suis une meuf hétéro, donc attirée par les hommes. Mais la pénétration, c’est pas trop mon truc. Je fais l’amour autrement et je jouis à chaque fois. Je suis très satisfaite de ma vie sexuelle, et mon conjoint l’est aussi.
              De quel droit tu te permets de me dire que ma sexualité n’en est pas une vraie parce que je ne suis pas le schéma préliminaire + pénétration ? Selon toi, depuis toutes ces années passées auprès de mon mec, je n’ai jamais fait l’amour avec lui, malgré tout le plaisir sexuel que j’ai eu avec lui ?
              Je trouve ton commentaire insultant.
              Tu as vraiment des idées préconcues sur la sexualité (sur ce qu’elle DOIT être, au détriment du plaisir que peuvent éprouver les personnes). A se demander si tu as lu l’article que tu es en train de commenter, qui explique qu’il existe différentes formes de sexualité.
              Et pour ta gouverne, la majorité des hommes homosexuels ne pratique pas la sodomie… Mais bon, si on suit ta logique, ils n’ont pas vraiment de sexualité, ou ils ne sont pas vraiment gays.

            • Je ne vais pas en rajouter car je pense que Mesange a bien répondu. L’orientation sexuelle n’est pas liée aux pratiques ou préférences sexuelles (je connais d’ailleurs des hommes hétérosexuels qui aiment être pénétrés).
              Je ne souhaite pas continuer davantage la conversation qui me semble effectivement assez bloquée. Néanmois, je mets quand même cet article en lien au cas où le sujet vous intéresse : http://www.feministes-radicales.org/wp-content/uploads/2010/11/Le-mythe-de-lorgasme-vaginal-Anne-Koedt-19701.pdf

  18. Cet article laisse beaucoup de côté la dimension psychologique de l’orgasme car il est vrai qu’un orgasme vaginal peut être atteint de manière purement physique c’est beaucoup plus long que quand il y a une excitation mentale. (Expérience personnelle, je ne parle que pour moi) quand je suis excitée mentalement (que ce soit pas des paroles, des fantasmes etc) je peux avoir un orgasme vaginal de manière assez « précoce » (5min) alors que sans c’est beaucoup plus long (20min).

  19. C’est un très bon article, mais l’orgasme clitoridien et l’orgasme vaginal ne sont en fait qu’un seul et même orgasme. En effet, le clitoris s’étend tout autour du vagin, et la partie que l’on voit n’en est qu’une toute petite partie. Donc lorsque que l’on fait une pénétration vaginale, c’est quand même le clitoris que l’on stimule mais peut-être pas suffisamment…

    • Merci ! Oui effectivement, les deux orgasmes sont provoqués par une stimulation clitoridienne (mais les sensations sont néanmoins différentes pour la plupart des femmes entre celui provoqué par stimulation direct et celui provoqué par stimulation par pénétration).

  20. Pingback: Bisexualité : une orientation sexuelle qui dérange (1/3) – Révolution Féministe

  21. Pingback: 30 leçons de vie que j'ai apprises en 30 ans - Eleusis Megara

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s